Cérémonie des moines tibétains du monastère de Nechung Cérémonie des moines tibétains du monastère de Nechung

Vénérable Thubten Ngodup2010-04-15

Maison des Cultures du Monde

Maison des Cultures du Monde

Avec les maîtres de cérémonie: Phuntsok Tensang et Tenzin Rinchen

et les moines: Tenzin Gaphel Namgyal Tsering, Losel Wangchuk, Tenzin Dharma, Lhakpa Tsering, Kalsang Norbu, Gyaltsen Thinlay, Ngawang Peljor, Lobsang Tenzin, Sonam Dakpa, Kalsang Sherap, Nawang Choephel, Phurpu Tsering, Tenzin Wangjor

Chants bouddhiques de la tradition tibétaine. Par les moines du monastère de Nechung, siège de l'Oracle d'État
Le bouddhisme tibétain appartient à la tradition Mahâyâna ou Grand Véhicule qui prône l'idéal du bodhisattva, de celui qui est assez brave pour oeuvrer pour le salut universel en renonçant à sa propre libération, sans désir de mérite personnel. Chenrezig, bodhisattva de l'amour et de la compassion, est la divinité tutélaire du Tibet et occupe aujourd'hui, après le Bouddha, la place la plus importante dans le coeur des Tibétains.
Le monastère de Nechung, siège de l'Oracle d'État consulté par le Dalaï Lama, a été reconstruit par des moines tibétains en exil à Dharamsala, dans le nord de l'Inde. Le monastère connaît une très grande affluence les jours où le Kuten, ou médium, entre en transe et que la voix de Dorjé Dragden parle à travers lui, répondant aux questions qui lui sont posées.
Les instruments à vent et à percussion, toujours en nombre pair, renforcent le caractère dramaturgique des rituels et cérémonies de prières qu'ils accompagnent. Les appels saisissants des grandes trompes en bronze dung chen qui mesurent un peu plus de deux mètres introduisent les longues notes filées des hautbois gyaling ou des rag dung, ces petites trompes de cuivre dont la sonorité rappelle qu'elles étaient autrefois façonnées dans des fémurs humains (rkang dung). Tambours sur cadre nga, cymbales, cloches drilbu ou petits tambours damaru marquent le temps.

Chants d'introduction à la cérémonie
1. Verset extrait de La sagesse fondamentale de la voie du milieu d'Acharya Nagarjuna (env. 150-250), maître renommé du bouddhisme et l'un des plus grands philosophes indiens. Il s'agit d'une louange au Bouddha (Gautama) composée dans un style inconnu jusqu'alors.
2. Louange au guru Padmasambhava, le grand maître qui introduisit le bouddhisme tantrique au Tibet au VIIIe siècle
- Louange à Tsongkhapa (1357-1419), grand réformateur de la tradition tibétaine. Ces deux textes sont inséparables car identiques et découlant l'un de l'autre, comme l'a démontré le cinquième Dalaï Lama (1617-1682).
3. Courte supplique adressée au quatorzième Dalaï Lama dans laquelle est demandée que soit exaucé son voeu de paix dans le monde et de bonheur pour tous les vivants.

Hayagriva
4. Auto-génération sous l'aspect de la divinité Hayagriva, forme courroucée d'Avalokiteshvara (Chenrezig).
Prière de levée des obstacles et rites de protection de la cérémonie, des ritualistes et du mandala (diagramme cosmique servant de support à la méditation)
5. Une fois la divinité visualisée grâce au pouvoir de la méditation, on se prépare à convoquer le puissant protecteur, l'Oracle de Nechung, incarnation de Chenrezig. L'invocation est un terma composé par Padmasambhava et qui fut révélé par Ngadak Nyangrelwa (1136-1204), l'un des plus grands découvreurs de trésors.
6. Ce rituel de méditation du sadhana d'Avalokiteshvara fut composé par le guru Padmasambhava. Il en fit un terma, un trésor qu'il cacha au VIIIe siècle et qui fut découvert par le célèbre découvreur Terton Rigzin Goedem (1337-1408) en un temps de grande nécessité. On l'appelle le rite de Chenrezig, la libération de tous les vivants.
7. Cette partie, très traditionnelle, n'est pratiquée qu'en certaines occasions par les moines de Nechung, notamment au moment de la préparation à la transe du Kuten. On en verra deux extraits.
8. Dédicace au cours de laquelle est récité un verset fameux extrait de Ratnavali de Nagarjuna (IIe-IIIe siècle). Chacun doit prendre conscience qu'en vertu du pouvoir des mérites accumulés pendant la présente cérémonie, il s'engage envers tous les êtres vivants moins chanceux.
9. Verset de Patrul Rinpoche (1808-1887) qui résume l'ensemble de son enseignement sur la Bodhisattvacarya (Marche vers l'Éveil) de Shantideva (685-763). Il prie pour que la précieuse bodhicitta (esprit d'éveil) naisse en chacun et ne cesse de grandir et que règne la paix dans le monde.
10. Verset de conclusion extrait du soutra.

La Maison des Cultures du Monde remercie Monsieur Wangpo Bashi, le Bureau du Tibet à Paris, le Vénérable Karma La (Tenzin Choephel), l'Ambassade de France en Inde, Lama Gyume et le Centre Kagyu Dzong.
La Maison des Cultures du Monde remercie également Monsieur Christophe Ghristi et toute l'équipe de l'Amphithéâtre de l'Opéra Bastille.

Équipe technique Amphithéâtre Bastille
Régisseur général : Jean-Pierre Ruiz
Lumière : Jérôme Coudoin
Son : Christian Coquillaud
Habilleuse : Khadija Azza

Show lessRead more

Details

  • Title: Cérémonie des moines tibétains du monastère de Nechung Cérémonie des moines tibétains du monastère de Nechung
  • Creator: Vénérable Thubten Ngodup, Vénérable Thubten Ngodup
  • Date Created: 2010-04-15, 2010-04-15
  • Location: Tibet

Additional Items

Recommended

Home
Explore
Nearby
Profile