Loading

Documents from Gilberto Gil's Private Archive

Instituto Gilberto Gil

Instituto Gilberto Gil
Brazil

Details

  • Title: Documents from Gilberto Gil's Private Archive
  • Transcript:
    TÉMOIGNAGES DU LUNDI 17 JUILLET 2006 Un mythe vivant à La Réunion Bienvenue à Gilberto Gil Bien sûr, il parle avec les mains. Il parle avec le cour. Il est ici, curieux de découvrir enfin l'ile de Gramoun Lélé qu'il a entendu au Brésil. Lui, c'est Gilberto Gil, il sera en concert ce soir au Port. G ilberto Gil est parti samedi après-midi du Brésil, hier soir il répondait dans un hôtel à La Réunion aux questions des journalistes Son concert unique à la Halle des Manifestations du Port se situe en milieu de tournée mon- diale. Une tournée qui a com mencé le 25 juin à Amsterdam avant de sillonner l'Europe: France, Allemagne Suisse... Il a marqué une pause pour suivre la conférence des intellectuels de l'Afrique et le voici chez nous. Bienvenue Gil- berto Gil "Témoignages": Musicien et Minis- tre, comment concillez-vous l'utopie artistique et l'action politique? Gilberto Gil: - La musique et la politique se des choses différen tes. Il n'y a pas de conciliation à faire. C'est complémentaire, et il peut y avoir des conflits aussi C'est la vie. C'est autre chose. Je Dédicace de Gilberto Gil ... continue résiduellement à chan- fer et je suis Ministre sur invita- tion du Président «La culture n'appartient pas à l'élite, elle appartient au peuple Un autre journaliste lui demande quel est le rôle de la culture et il répond: -Ouelle que soit la len sion sociale, la question écono- mique... la culture est important pour fous les pays. La culture c'est une synthèse de la vie. Tout ce que nous faisons, tout ce que nous donnons, dans la dimension cul turelle, spirituelle, symbolique, c'est du dialogue. Tout ça c'est la culture. Elle est universelle. Les cultures appartiennent aux peu ples, pas à une élite. Il explique alors les programmes politiques mis en couvre au Brésil pour ouvrir à tous l'accès à la culture et permettre à chaque créateur d'exprimer son talent artistique. Questionné plusieurs fois sur les liens que la musique entretien avec la politique, Gilberto Gil reste prudent. Pour lui, quelles que soit les paroles, le principal c'est le son, c'est dans la musi- La création plutôt que le bizness Quand un de nos confrères sou- haite lui faire donner quelques conseils aux musiciens locaux pour exporter la musique réu- nionnaise, il répond dans la même logique: -la musique c'est la musique. C'est pas la commer cialisation. L'exportation ce n'est qu'un dérivé. Ce qui compte, c'est la dimensioni native Je n'ai pas de conseils à donner. Chaque créateur a sa propre façon de considérer l'office la ache. Cha cun a le choix de considérer la musique comme moyen de vie Alors qu'est-ce que la musique? La musique peut etre moyen d'expression au sens spintuel, elle peut être source de conditions matérielles, elle peut être une arme pour la lutte sociale, politi- que, religieuse. Mais en principe, la musique, c'est l'art c'est un lari- gage, une forme de communica- tion. Moi j'utilise la musique comme une forme d'amusement personnel, comme outil de com munication de mes sentiments, de mes idées. Il précise encore que le tropicalisme n'est pas une forme politique, mais qu'il s'agit plutôt d'exprimer la diversité culturelle Le Brésil est une nation créole "Témoignages": Le peuple brésilien est-il un peuple créole? -On peut considérer que le peu. ple brésilien est créole si on prend en compte sa diversité eth- nique, culturelle, le mélange, le métissage. Le Brésil est une nation créole Mals pourquol Gilberto Gil a-t-il accepté de venir jouer à La Réu- nion?-C'est la curiosité. Speciale ment après la visite que Gramoun Lele a fait au Brésil. Ce côté famille, danse, musique... c'est parell que la musique brésilienne, du carrefour des traditions et du causement politique Un autre journaliste s'inquiète de savoir comment il fait face aux règles du marché mondial de la musique et à son forma- tage... Gilberto Gil lui répond: «Nous nous dévouons à travail ler pour maintenir la diversité cul turelle Le formatage ce n'est pas un problème artistique, c'est le problème de la science, de la technologie, de l'hégémonie poli- fique, vues comme des mythes. La démarche civilisatrice sacrilie la liberté. La liberté n'existe pas au sens absolu. C'est à relativi ser. Nous décisions nous mêmes de sacrifier notre liberté pour les choses que nous désirons. La ciui lisation c'est là le sacrifice de la liberté, car la civilisation passe par la répression. On est la liberte? C'est paradoxal- La liberté, si elle est chanson, s'écoute ce soir au Port. Gilberto Gil donnera un concert riche de 22 chansons retraçant son par- cours artistique, sa vie, avec des ... aux lecteurs de TEMOIGNAGES. Gilberto Gil en compagnie de Jean-Yves Langenier, Maire du Port chants en français, en portugais, en espagnol... pour parler entre autres sur l'esclavage, la peur, la douleur, l'injustice, le manque de solidarité, l'exclusion.... ÉVÉNEMENT 13 Alors, une dernière question, pour la route. Que représente la canne pour Gilberto Gil? -La canne. Le sucre. La douceur. Toute une économie, foute une culture. Beaucoup de chose. Il y a une musique qui s'est dévelop- pée autour, loute une cuisine, toute une gourmandise... Comme quoi, à côté des luttes mondiales sur le marché du sucre, Brésilien et Réunionnais partagent un peu la même his toire, et surtout le même amour. Francky Lauret Le concert Ce soir à 20 heures à la Halle des Manifestation du Port Ouverture des portes avec Les Tambours du Port (defile batu- cada) et le groupe Zikzako Tarifs: 35 euros debout 50 euros assis Point de vente otébiye Vive la huexique! few
    Hide TranscriptShow Transcript

Get the app

Explore museums and play with Art Transfer, Pocket Galleries, Art Selfie, and more

Recommended

Google apps