Chargement…

La plupart du temps installée sur un toit, la girouette est un dispositif constituée d'un élément rotatif monté sur un axe vertical fixe ayant pour fonction de montrer la provenance du vent ainsi que son origine cardinale. Elle est souvent ornée d’un motif de coq, généralement en fer forgé ajouré, qui pivote afin d’indiquer d’où vient le vent. Cette œuvre du MuCEM, constituée de bois et de fer, ne déroge pas à la tradition.

Quant à la symbolique du coq, celle-ci reste controversée : origine chrétienne, évoquant le Christ protecteur sommant le clocher d’une église, ou païenne, se référant à l’emblème national gaulois, chantant, quoiqu’il en soit, la naissance d’un nouveau jour.

Les collections du Mucem renferment une trentaine de girouettes, pour la plupart fabriquées en France. Cet objet a été acquis lors d’une enquête-collecte menée dans l’Aubrac, en Auvergne, dans les années 1960 par le Musée National des Arts et Traditions Populaires. George-Henri Rivière, son fondateur, concevait la recherche comme la mission primordiale du musée. Il lança dès 1939 des enquêtes de terrain dont le but était de dresser l’inventaire de la société rurale française. L’objectif était double : collecter des objets et recueillir la documentation les concernant.
On ignore l’origine de cette représentation du coq au faîte des clochers de nos villages. L’apparition d’une telle pratique remonte, dit-on, au IX siècle.

Le coq serait l’oiseau de lumière, l’emblème du Christ et de l’intelligence de Dieu ‘’ l’oiseau annonciateur du jour qui appelle les âmes à la vie chrétienne’’. Comme le Christ, il annonce l’arrivée du jour après la nuit, symboliquement ’’Celle du bien après le mal’’. De même que le coq annonce le jour nouveau, de même, le chrétien attend le jour où le Seigneur reviendra. C’est peut-être pour cela qu’une représentation de ce volatile soit perchée au sommet de nos églises.
Pour d’autres, le symbole est différent. Il serait celui de la résurrection. « Dans l’art chrétien, il est l’emblème de Saint Pierre : symbole de la résurrection du Christ, de la vigilance chrétienne, des prédicateurs » (Chanoine L-E. Marcel). Une autre explication serait que les premiers chrétiens se réunissaient pour une prière matinale au chant du coq, jusqu’à l’apparition des cloches, vers le V ème siècle.

Donc à cette question : Pourquoi des coqs sur les clochers, on ne peut y répondre que par des conjectures. Ce qui semble évident, après l’énumération de cette symbolique, c’est que le coq, haut placé, rappelle le Christ protecteur, vigilant et défenseurs de ses enfants. Le Coq-Girouette toujours face au vent, est le symbole du Christ face aux péchés et aux dangers du monde ‘’le chrétien face aux mêmes dangers et aux mêmes péchés’’.

Afficher moinsEn savoir plus

Détails

  • Titre: Girouette
  • Lieu: Aubrac, France
  • Dimensions physiques: 32.5 x 85 x 2.27 m
  • Type: Bois et fer

Recommandations

Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil