Loading

Masque anthropomorphe Angbaï

AnonymusDébut du XXème siècle

Musée du quai Branly - Jacques Chirac

Musée du quai Branly - Jacques Chirac
Paris, France

Ce masque est le plus connu des masques des Toma. Les Toma, établis entre la Guinée et le Libéria, seraient les inventeurs du rituel du Poro, apparu au XVIème siècle. Ce rite d’initiation a ensuite été assimilé par plusieurs populations d’Afrique de l’Ouest, entre autres les Mende, les Kissi, les Kpelle, les Bassa, et les Sénoufo.

Le masque Angbaï est doté front proéminent sous lequel les yeux sont dissimulés. Il apparait lors des cérémonies qui rassemblent la communauté : fêtes, deuils et, bien sûr, initiation. Souvent doté de cornes sculptées et d’oreilles pointues qui renvoient au monde animal, Angbaï est dépourvu de bouche car il est intrinsèquement lié au secret. Ce masque est porté par un danseur dont le costume est constitué de peaux et de fourrure.

Le visage de ce masque Angbaï est très schématique et cette caractéristique est accentuée par le travail de sculpture très détaillé réalisé sur les tempes, le front et la partie haute. La coiffure composée de tresses intègre au niveau supérieur une rangée de petites cornes protectrices, sculptées dans le bois. Deux cornes recourbées encadrent une pointe qui était sans doute pourvue d’un petit amalgame magique composé de matières organiques, assemblage d’ingrédients qui nécessite des connaissances précises, destiné à renforcer la puissance du masque.

Details

  • Title: Masque anthropomorphe Angbaï
  • Creator: Unknown
  • Date: Début du XXème siècle
  • Location: Guinée
  • Provenance of the object (French): Guinée
  • Medium (French): Bois
  • Ethnonym: Toma
  • Description (French): Ce masque est le plus connu des masques des Toma. Les Toma, établis entre la Guinée et le Libéria, seraient les inventeurs du rituel du Poro, apparu au XVIème siècle. Ce rite d’initiation a ensuite été assimilé par plusieurs populations d’Afrique de l’Ouest, entre autres les Mende, les Kissi, les Kpelle, les Bassa, et les Sénoufo. Le masque Angbaï est doté front proéminent sous lequel les yeux sont dissimulés. Il apparait lors des cérémonies qui rassemblent la communauté : fêtes, deuils et, bien sûr, initiation. Souvent doté de cornes sculptées et d’oreilles pointues qui renvoient au monde animal, Angbaï est dépourvu de bouche car il est intrinsèquement lié au secret. Ce masque est porté par un danseur dont le costume est constitué de peaux et de fourrure. Le visage de ce masque Angbaï est très schématique et cette caractéristique est accentuée par le travail de sculpture très détaillé réalisé sur les tempes, le front et la partie haute. La coiffure composée de tresses intègre au niveau supérieur une rangée de petites cornes protectrices, sculptées dans le bois. Deux cornes recourbées encadrent une pointe qui était sans doute pourvue d’un petit amalgame magique composé de matières organiques, assemblage d’ingrédients qui nécessite des connaissances précises, destiné à renforcer la puissance du masque.
  • Rights: http://ymago.quaibranly.fr/_customer/fr/license.html

Get the app

Explore museums and play with Art Transfer, Pocket Galleries, Art Selfie, and more

Recommended

Google apps