L'étude des étoiles et des planètes remonte à l'Antiquité. Les astronomes grecs et chinois sont parvenus à identifier des centaines d'étoiles, qu'ils ont regroupées en constellations, dont certaines sont toujours reconnues à l'heure actuelle. Au Moyen ge et au début des Temps modernes, la distinction entre astronomie et astrologie reste floue. On a longtemps pensé que le mouvement des étoiles et des planètes avait une influence sur le destin des nations et des individus.

"Chaque mercredi soir, ils observaient le ciel au télescope et apprenaient les noms des étoiles ainsi que le mouvement des planètes."
Harry Potter à l'école des sorciers
Des étoiles plein les yeux

Le plus vieil atlas du ciel nocturne
En 1907, l'explorateur Aurel Stein a découvert dans une grotte de Dunhuang, en Chine, un trésor constitué de 40 000 manuscrits et peintures bouddhistes. Parmi eux se trouvait ce parchemin du plus ancien atlas stellaire, toutes civilisations confondues.

Il a été réalisé vers l'an 700 de notre ère, des siècles avant l'invention du télescope, et il répertorie plus de 1 300 étoiles visibles à l'œil nu dans l'hémisphère nord. À cette époque, la croyance populaire voulait que le mouvement des étoiles reflétât directement les actions de l'empereur de Chine et de sa cour.

Astronomes du mont Athos
Jean de Mandeville était un aventurier anglais célèbre, mais pas moins fictif, ayant vécu au Moyen ge. Ses écrits fantastiques sont devenus populaires en Europe occidentale. Cette illustration accompagnait une traduction tchèque de l'œuvre "Voyages" de Jean de Mandeville.

Elle représente un groupe d'astronomes qui se tiennent sur le mont Athos, en Grèce, également appelé "Sainte Montagne", et qui étudient les étoiles avec leurs astrolabes et leurs quadrants.

D'autres personnages tracent d'étranges caractères dans la poussière à l'aide d'un bâton. Il s'agit peut-être de l'un des alphabets étrangers et mystérieux décrits par Jean de Mandeville.

Un globe céleste
Les globes célestes indiquent la position des étoiles dans le ciel, tel qu'il est vu de la Terre. Ce somptueux spécimen a été réalisé par Vincenzo Coronelli, qui est considéré comme l'un des plus grands créateurs de globes au monde. Il a été fabriqué à Paris en 1693, et son diamètre de 108 cm est véritablement impressionnant (une version plus grande a été conçue pour le roi de France Louis XIV). M. Coronelli a collaboré avec Jean-Baptiste Nolin (graveur de la couronne française) pour la réalisation de ce globe.

"[…] observez les cieux. C'est là que se trouve écrite, pour ceux qui savent lire, la destinée de nos espèces."
Harry Potter et l'Ordre du Phénix

Un centaure anglo-saxon
Ce manuscrit anglo-saxon du XIe siècle est l'un des plus beaux ouvrages que possède la British Library.

La constellation du Sagittaire tire son nom du mot latin signifiant "archer". Elle est représentée sur cette page par un centaure barbu qui bande son arc et dont les épaules sont recouvertes par une cape blanche.

Ce manuscrit est un précieux témoignage d'une autre ère, lorsque nos ancêtres attachaient beaucoup d'importance au suivi des mouvements des corps célestes.

Vous n'êtes pas Sirius
J. K. Rowling s'est inspirée du ciel nocturne pour le nom de nombreux personnages de la saga Harry Potter, dont Drago Malefoy, Bellatrix Lestrange et Sirius Black. Ce manuscrit a été réalisé en Angleterre il y a environ 900 ans. Cette page représente la constellation du Grand Chien.

L'étoile la plus connue de cette constellation, et c'est aussi la plus brillante du ciel, s'appelle Sirius, également connue sous le nom d'"étoile du chien". La forme du chien renferme ici un poème à consonance latine, qui décrit les origines mythologiques de l'étoile.

Une vue des cieux
Dans la mythologie grecque, Uranie était la muse de l'astronomie. Au XIXe siècle, elle a prêté son nom à une série de cartes astronomiques appelée "Le miroir d'Uranie" ou "Une vue des cieux".

Chaque carte a été coloriée à la main, et les constellations sont représentées par des créatures fantasques. Les cartes doivent être tenues devant une source lumineuse, car elles sont percées de trous qui correspondent à la taille des étoiles les plus brillantes. La réalisation de ces cartes a d'abord été attribuée à "une dame", mais elles ont été reconnues comme étant l'œuvre de Richard Bloxam, un maître assistant à la Rugby School de Warwickshire.

Astronomes célèbres

Léonard sur la Lune
Léonard de Vinci (inventeur, scientifique, artiste) avait plusieurs siècles d'avance sur son temps. Ces pages proviennent de l'un de ses carnets. Elles sont rédigées en italien, dans son écriture caractéristique dite en miroir, qui se lit de droite à gauche.

Léonard de Vinci croyait, comme ses contemporains, que la Terre était au centre de l'univers. Le diagramme ombragé au centre à droite représente le Soleil et la Lune tournant autour de la Terre. Il pensait également que la Lune était recouverte d'eau et que sa surface réfléchissait la lumière, tel un miroir convexe.

Tourner en rond
Petrus Apianus, le fils d'un cordonnier, était un astronome allemand de renom. Ce magnifique livre est le plus célèbre de son œuvre : il contient une série de disques de papier pivotants, que l'on appelle volvelles, et qui reproduisent les mouvements des planètes. Cette volvelle indique comment déterminer la latitude de la Lune. Il est possible de faire tourner le dragon qui se trouve au milieu afin qu'il indique un signe du Zodiaque. Les volvelles pouvaient aussi servir à créer les horoscopes.

Kepler dans les étoiles
Avant l'invention du télescope, le catalogue le plus précis des étoiles a été réalisé par Johannes Kepler. Il indique la position de plus de mille étoiles afin d'aider les lecteurs à localiser les planètes. En 1617, la mère de Kepler a été suspectée d'être une sorcière. Elle restera une année en prison avant d'être relâchée grâce à l'intervention de son fils.

Le frontispice très détaillé représente d'illustres astronomes, dont Ptolémée, Copernic et Kepler lui-même.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil