Le Musée de la Maison-Atelier de Diego Rivera et Frida Kahlo

Museo Casa Estudio Diego Rivera y Frida Kahlo

Apprenez en plus sur la construction de cet immeuble commissionné par Diego Rivera à l'architecte Juan O'Gorman.

L'architecture de Jun O'Gorman
Le "Museo Casa Estudio Diego Rivera y Frida Kahlo" (Musée de la Maison-Atelier de Diego Rivera et Frida Kahlo) comprend 3 maisons-ateliers, un laboratoire photographique et un garage. La première maison, construite par Juan O'Gorman de 1929 à 1931, représente un moment décisif dans l'architecture mexicaine du 20ème siècle. Ces maisons incarnent le fonctionnalisme de l'architecte Le Corbusier en respectant son principe de l'efficacité absolue, principe fondateur de ses œuvres aujourd'hui célèbres.

Les bâtiments incorporent des éléments fonctionnalistes en les adaptant au paysage mexicain de plusieurs façons : entre autres, les pilotis (ces colonnes étroites qui soutiennent le rez-de-chaussée), l'utilisation de béton et de panneaux de terre cuite, les installations électriques, le réseau de drainage extérieur, l'architecture ouverte rappelant la structure d'un vestibule et l'escalier en colimaçon, élément central qui se démarque de l'ensemble.

Les cactus formant une clotûre périphérique autour de l'espace sont visibles de toute part, alliant extérieur et intérieur. Cet élément fondamental démontre l'importance qu'accordait O'Gorman à l'architecture du paysage.

Diego Rivera, bien en accord avec les opinions politiques, valeurs sociales et l'esthétique fonctionnaliste de l'architecte, lui confie la construction de sa maison et de son atelier, achevés en 1932. Il souhaitait également construire un petit atelier de photographie.

Conformément au style de la première maison-atelier, les rez-de-chaussée sont complètement ouverts et les autres étages sont soutenus par des pilotis. La propriété donne sur la rue Diego Rivera (nommée Palma à l'époque) et la rue Altavista, et la clotûre de cactus contourne le terrain.

On ressent l'influence de Le Corbusier dans l'architecture du bâtiment qui abrite l'atelier, qui ressemble notamment à la maison-atelier du peintre Amédée Ozenfant construite à Paris en 1922. Les deux édifices comprennent une toiture en dents de scie et un escalier extérieur en colimaçon avec des rampes en béton. À l'intérieur, la hauteur des plafonds et la largeur de l'espace de travail et de l'atelier de peinture en font un point focal du bâtiment.

La structure qui était habitée, connue aujourd'hui sous le nom de "Casa Frida", était conçue comme maison, avec une salle de bain, une cuisine, une salle à manger et une chambre, ainsi qu'un atelier au premier étage pour Frida Kahlo. Les espaces ici sont plus étroits, car le fonctionnalisme préconisait la construction d'habitations très modestes.

Les terrasses installées sur les toitures des deux bâtiments offrent des vues sur le paysage et relient les deux espaces grâce à un pont. On peut y apercevoir le quartier de San Ángel, dont les bâtiments coloniaux et néocoloniaux sont en totale contradiction avec le style de ces deux maisons plus récentes qui symbolisent la modernisation des pratiques de construction.

Diego Rivera et Frida Kahlo, de retour en 1934 après un séjour aux États-Unis, n'ont vécu que brièvement dans ces maisons. Frida quitte Diego et emménage dans la "Casa Azul" (Maison Bleue) à Coyoacán, où elle avait passé son enfance et sa jeunesse. Malgré la réconciliation qui a suivi, le couple a choisi de garder des résidences séparées et de ne plus vivre ensemble.

C'est ici que Diego meurt en 1957. Après une veillée dans son atelier, son corps a été transporté au Palacio de Bellas Artes (Palais des Beaux-Arts) pour ses funérailles.

L'histoire récente
En 1986, l'édifice a été remis à l'Instituto Nacional de Bellas Artes (Institut national des Beaux-Arts) et le musée de la maison-atelier de Diego Rivera a été inauguré dans l'atelier du peintre. La "Casa Frida", quant à elle, a été remise au National Centre of Research, Documentation, and Information on Visual Arts (CENIDIAP – Centre national de recherche, de documentation et d'information sur les arts visuels).

Le site a beaucoup changé au fil du temps et en 1997, il a été décidé de le restaurer dans son état original de 1932, en intégrant la "Casa Frida" au musée et en le renommant le Musée de la Maison-Atelier de Diego Rivera et Frida Kahlo.

Une deuxième étape de transformation a suivi en 2012, lorsque la propriété voisine, la maison O'Gorman de 1929, a été acquise.

Celle-ci a été annexée au site du musée suite à un grand projet de restauration, lors duquel de nombreux éléments d'origine ont été rétablis. Ceux-ci comprennent par exemple l'ébauche, dite sinopia, de la fresque intitulée "Il existe une différence fondamentale entre la philosophie et la science", peinte par Juan O'Gorman dans la pièce qui servait de salle à manger, ainsi que la reconstruction de l'escalier en colimaçon.

L'intégralité du complexe fonctionnaliste de Juan O'Gorman a donc été restauré à son état d'origine, permettant aux visiteurs de découvrir un espace symbolique réunissant 3 grandes figures de l'histoire du Mexique.

L'atelier de Diego Rivera
Les effets personnels de Diego Rivera dans cet espace offrent un aperçu de sa passion pour la peinture et pour la collection d'objets. On y ressent sa présence partout. Entouré de sculptures mexicaines en papier mâché appelées "cartonería popular" et de ses toiles, ses papiers, ses pigments, sa table à dessin et ses pinceaux, l'espace permet aux visiteurs de découvrir l'espace privé de cet artiste important.

Les "Judas" de Rivera (des poupées mexicaines en papier mâché), ses jouets populaires et sa collection d'objets précolombiens l'ont accompagné dans sa production artistique prolifique. Ses heures de travail sans fin ont d'ailleurs suscité de nombreux mythes et controverses. Les muses qui ont inspiré ses nombreux portraits étaient souvent présentes dans son atelier, où il a également créé ses peintures murales. Son amour de l'art est apparent dans son travail et son environnement. C'est la vie elle-même qu'il a saisi, peint, dessiné et décrit, et sa vie quotidienne prône les valeurs mexicaines.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Accueil
Explorer
À proximité
Profil