1993 – 2005

Préparer l'avenir

Rmn - Grand Palais

En juillet 1993, pendant l'exposition "Design, miroir d'un siècle", un rivet tombe de la voûte métallique. Le diagnostic est sans appel : l'état de dégradation du monument est tel que la nef est interdite d'accès.  Les Galeries nationales resteront toujours ouvertes et les grandes expositions se poursuivent.

Un diagnostic sombre
D'autres rivets tombent les jours suivants. Des filets de sécurité sont tendus. Des décennies d'utilisation sans précaution et le manque d'entretien ont mis la charpente métallique en péril : la corrosion affecte l'ensemble du bâtiment.

Les sondages révèlent que le niveau de la nappe phréatique a baissé. N'étant plus immergés, les pilotis de chêne soutenant les fondations ont pourri et le terrain s'est affaissé.

Sauver le Grand Palais
Les travaux s'annoncent complexes. Sauver le monument signifie reconstituer les fondations, stabiliser le sol et restaurer la charpente métallique, soit 6 000 tonnes d'acier et 15 000 m2 de verrière s'élevant à 45 mètres de haut. Comme au début du siècle, la tâche est titanesque.
Première phase des travaux (2001-2004)
En 2001, l'urgence est d'asseoir le bâtiment sur des fondations solides. Côté nord, 2 100 colonnes de béton liquide sont injectées jusqu'à 12 mètres de profondeur pour renforcer le sol. Côté sud, toujours en profondeur, des parois sont élevées pour isoler le bâtiment de son environnement (la Seine est proche) et des assises en béton sont reconstituées.
La réparation de la charpente métallique
Une fois le sol stabilisé, la restauration de la charpente peut commencer. Elle est spectaculaire. Un gigantesque échafaudage reposant sur 54 vérins est installé ; il soulève les 2 000 tonnes de la coupole de quelques centimètres pour alléger sa pression sur l'ensemble de l'architecture. Les parties abîmées et les rivets manquants sont remplacés à l'ancienne.

La charpente est ensuite décapée avant d'être protégée par une peinture anticorrosion.

Le vert Grand Palais
Les travaux de restauration font réapparaître la couleur d'origine de la charpente métallique : un vert réséda pâle. Fabriquée par l'entreprise Ripolin, cette couleur avait fait la fortune de l'entrepreneur au début du XXe siècle : alors à la mode pour le mobilier de jardin et les serres des belles demeures, l'Exposition universelle avait contribué à sa popularisation. Avec le temps, la superposition des couches de peinture avait peu à peu produit une teinte grise et triste. Les traces de pigments d'origine sont analysées et les résultats sont comparés aux nuanciers des archives Ripolin : cette couleur est désormais labellisée "Vert réséda Grand Palais".
La restauration des quadriges
Les quadriges ont surtout souffert de la corrosion de leur support. Ils sont démontés pièce par pièce, nettoyés et consolidés. Ils retrouvent leur belle patine verte protectrice grâce à une oxydation accélérée.

En avril 2004, après 4 ans de restauration, le quadrige sud-est reprend sa place sur les toits du Grand Palais.

Seconde phase des travaux (2005-2007)
Cette phase concerne la restauration des toitures, des façades et des décors. Deux années ne sont pas de trop pour débarrasser la pierre des attaques de la pollution, des mousses incrustées, des déjections d'oiseaux et remplacer les parties altérées par le temps.
Un résultat époustouflant
Désormais la lumière inonde à nouveau la nef du Grand Palais, comme l'avaient souhaité ses concepteurs un siècle plus tôt.

Promenez-vous dans la nef du Grand Palais.

Vue de Paris depuis les toits du Grand Palais

Crédits : histoire

Nous souhaitons remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à la conception de ce parcours Grand Palais et celles qui ont apporté gracieusement leur(s) information(s) et documents reproduits.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil