L'art ancestral de l'alchimie est au centre de l'intrigue de "Harry Potter à l'école des sorciers". La mystérieuse pierre philosophale dont il est question a été fabriquée par Nicolas Flamel, puis dissimulée à Poudlard. Ce dont ne se doutent peut-être pas les lecteurs des aventures de Harry Potter, c'est que Nicolas Flamel a bel et bien existé. C'était un riche propriétaire (et un illustre alchimiste) qui vivait au Moyen ge à Paris. Il y est mort en 1418.

"Les anciennes recherches alchimiques avaient pour objet de fabriquer la Pierre philosophale, une substance légendaire dotée de pouvoirs étonnants.
– Harry Potter à l'école des sorciers

Cette pierre a en effet la propriété de transformer n'importe quel métal en or pur. Elle produit également l'élixir de longue vie qui rend immortel celui qui le boit." – Harry Potter à l'école des sorciers

"Nicolas Flamel, murmura-t-elle, est le seul alchimiste qui ait réussi à fabriquer la Pierre philosophale."
Hermione Granger – Harry Potter à l'école des sorciers

On pensait autrefois que Nicolas Flamel avait découvert la Pierre philosophale, mais en réalité, il fit fortune au Moyen ge en tant que propriétaire à Paris. Loin d'avoir utilisé l'élixir de longue vie pour atteindre l'âge de 665 ans, voire plus, comme indiqué dans "Harry Potter à l'école des Sorciers, Nicolas Flamel est mort en 1418.

Cette illustration représente une arcade sur laquelle figurent Nicolas et son épouse, prénommée Pernelle, qu'ils ont commandé au cimetière des Innocents de Paris.

The Age-Old Chemical Work (Ouvrage ancien de chimie)
Selon la légende, Nicolas Flamel aurait découvert un manuscrit rare qui expliquait comment fabriquer le Pierre philosophale. Cet ouvrage serait une traduction du texte perdu et aurait été écrit par le rabbin Abraham Eleazar. Sur cette image, un serpent et un dragon portant une couronne forment un cercle en mordant chacun la queue de l'autre. Cette image symbolise l'unification de la "matière première" et de "l'esprit universel", éléments essentiels à la création de la Pierre philosophale.

Ouvrages sur l'alchimie

Les splendeurs du Soleil
"Splendor Solis" (Splendeurs du Soleil) est l'un des plus beaux manuscrits alchimiques. L'auteur de "Splendor Solis" est inconnu, mais cet ouvrage est souvent attribué à tort à Salomon Trismosin, qui a affirmé avoir fabriqué la Pierre philosophale.

Cette page représente un alchimiste tenant une flasque de laquelle s'échappe une sorte de parchemin sur lequel sont inscrits ces mots, en latin : "Interrogeons les quatre éléments de la nature".

Le livre des sept cieux
"The Book of the Seven Climes" (Le livre des sept cieux) a été écrit par l'alchimiste Abū al-Qāsim al-‘Irāqī et constitue la plus ancienne étude des illustrations alchimiques. Selon l'auteur, cette image représente un processus alchimique complexe. En réalité, elle présente un monument ancestral érigé en la mémoire du roi Amenemhat II, qui dirigea l'Égypte il y a près de 4 000 ans.

Crédits : histoire
Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil