Cabinet de lampes minières

State Chancellery Saarland

Teil der Ausstellung "Das Erbe" 250 Jahre Bergbau im Saarland

Coupelles ouvertes et « grenouilles » (1820–1900)
Les lampes, appelées « grenouilles » en raison de leur forme, éclairaient avec du suif ou de l'huile de navette. Il existe divers modèles de lampes grenouilles. Leurs noms étaient souvent en rapport avec leur origine. Les modèles les plus connus s'appelaient Grenouille du Harz, Grenouille westphalienne et Grenouille sarroise. Comme les coupelles ouvertes, elles étaient très dangereuses en raison de la présence de la flamme nue et ont provoqué de nombreux accidents graves dans les mines de charbon, par inflammation du gaz et des poussières.
Lampes à carbure ou acétylène (1900–1930), lampes à pétrole (1850–1960), lampes cubiques (1945–1950)
Lampes à carbure ou acétylène (1900-1930) Sur les lampes à acétylène, l'acétylène se forme dans la lampe. Il s'agit d'un gaz qui naît de la réaction chimique de l'eau avec le carbure de calcium sous l'action de la chaleur. La lampe à acétylène éclairait très bien, mais elle avait une flamme nue sur laquelle on pouvait se brûler la main ou les habits facilement et elle a rapidement disparu des mines souterraines en raison du risque de coup de grisou. Lampes à pétrole (1850-1960) En 1816, le physicien anglais Sir Humphry Davy a observé qu'une flamme ne traversait pas un tamis serré placé au-dessus d'elle, même en présence de gaz combustibles au-dessus du tamis. Cette découverte a entraîné la mise au point de la lampe-tempête à pétrole. Si du méthane entrait en contact avec de l'air dans la lampe, une auréole bleuâtre, un « chapeau » bleu, apparaissait au-dessus de la flamme, dont la hauteur permettait au mineur d'évaluer la teneur en méthane de l'air. En 1884, sur la base de la découverte de Davy, Carl Wolf, originaire de Zwickau, faisait breveter une lampe à pétrole très éclairante et qui ne produisait pas de suie. Le mineur disposait ainsi d'un éclairage sûr et suffisant. Lampes cubiques (1945-1950) Les lampes cubiques étaient grandes et assez lourdes. Elles servaient avant tout de lampes d'équipe. Elles comptent parmi les premières lampes électriques. Malgré leur taille, elles éclairaient mal et, en plus d'être encombrantes, elles étaient trop dangereuses pour être utilisées sous terre en raison de leur faible puissance. Elles ont donc disparu de l'exploitation minière en quelques années.
Lampes électriques (depuis 1950)
En raison de la persistance du danger avec les lampes à pétrole, l'introduction généralisée de la lampe électrique portative s'imposait dans les mines présentant des risques de coup de grisou. Les lampes électriques présentent l'avantage particulier d'être utilisables dans toutes les situations de travail. En outre, leur puissance d'éclairage est quatre fois supérieure à celle des lampes à pétrole. Jusqu'à aujourd'hui, les lampes électriques frontales sont utilisées dans les mines et ont permis de supprimer le transport de lampes lourdes et encombrantes.
Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil