Origines, les récits du monde

Musée des Confluences

 

L’origine commune de la vie
Dans l’exposition « Origines, les récits du monde », vous remonterez le temps depuis les derniers hominidés jusqu’à l’origine commune de la vie, il y a plus de trois milliards d’années, puis vous prolongerez jusqu’au Big Bang qui voit naître la constitution de l’univers, il y a quatorze milliards d’années.
Tout au long de la visite, deux approches d’explication du monde sont mises en regard. D’un côté les sciences naturelles nous expliquent, dans un système d’appartenance entre espèces, comment s’est développée la vie et comment elle a évolué. De l’autre, les sciences humaines, en s’appuyant sur des œuvres contemporaines et des pièces issues des collections ethnographiques du musée, révèlent comment certaines cultures ont élaboré des récits pour expliquer les origines de l’humanité.
Fragment de mâchoire d’enfant Homo sapiens
Ce fragment est l’un des plus anciens restes de notre propre espèce Homo sapiens découverts en France.

Grand corbeau (1988)
L'oiseau, dans la pensée inuit, est souvent associé au rêve, profane, et au chamanisme. Il permet de voir plus loin, d'accéder à la réalité invisible du monde des esprits.

Camarasaurus
Les camarasaures sont apparus il y a 155 millions d’années en Amérique du Nord. Ils font partie du groupe des sauropodes, les plus grands dinosaures herbivores quadrupèdes ayant foulé la terre ferme.
Mammouth de Choulans 
Il a été découvert en 1859 à l'occasion de travaux sur les flancs de la colline de Sainte-Foy-lès-Lyon, à 3 kilomètres du musée des Confluences.
Crocodile de Cerin
L'état de conservation de ce fossile est exceptionnel. 

La dépouille reposait au fond d’une lagune tropicale, près de Lyon, il y a près de 150 millions d’années.

Fer rubané
Cette roche nous rappelle qu'il y a près de 4 milliards d’années, la vie se forme sur Terre à partir de molécules comme, par exemple, des acides aminés. Les bactéries, premiers êtres vivants, produisent progressivement l’oxygène des océans et de l’atmosphère.

Horloge à encens (18e siècle)
Depuis la dynastie Sung (960-1279),les Chinois utilisent des bâtons d'encens pour mesurer le temps, car le matériau est d'usage courant et il brûle lentement et régulièrement.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil