2011 - 2012

CRIMES OF MINDS

Crimes of Mind

"Crimes of minds" est un véritable musée à ciel ouvert, crée en 2011 dans la ville de Brest (FR), ce projet d'art urbain est riche de 21 fresques réalisées par 26 artistes de tout horizon.

Episode #1 : Best Ever
Depuis leur rencontre fin 2008, le duo a développé un style qui combine les techniques picturales traditionnelles et l'aérosol pour nous plonger dans le photoréalisme . Influencés autant par Schiele et Klimt que par leurs expériences combinées de graffeurs , Best Ever aborde des  sujets sensibles tels que la mort , la maladie et la maladie mentale avec leur âme et  sagesse.
BEST EVER (UK)
Premier crew invité dans le cadre du projet Crimes of Minds, leur oeuvre nous questionne sur le sens de la vie, les sentiments profonds, le temps qui passe et la vanité humaine.

"Our work is about the frailty of the human body"
Best Ever

"Travailler un support préexistant nous offre l'opportunité d'adapter notre peinture et de la mouler à l'espace environnant"
Best Ever

"Le mur lui-même nous dictera toujours la direction et la composition de l'oeuvre".
Best Ever

"Venir du milieu du graffiti nous permet d'approcher les fresques à grande échelle exactement de la même manière que lorsque l'on aborde notre travail sur toile."
Best Ever

On est frappé par cette façon qu'ils ont de "gratter" le mur avec la bombe aérosol. Ainsi, même si le temps et les intempéries effacent peu à peu les couleurs, la ligne marquée sur la paroi, restera.

"90% de notre façon de peindre, c'est de l'improvisation ! , nous avons rarement besoin de discuter de qui va travailler sur telle ou telle partie du mur"
Best Ever

Episode #1
Ben Slow / Ben Slow peint ce qu'il voit dans l'environnement urbain, dans les médias ou bien chez les gens de la ville qu'il aime. Le centre de son travail est de réduire la figure humaine de la manière la plus élégante et minimaliste possible, tout en sublimant son énergie, sa profondeur et sa matière.
BEN SLOW (UK)  2011
"La raison pour laquelle l'art de rue est devenu si populaire, c'est parce qu'il permet aux gens d'y participer, des gens qui, autrement, ne seraient pas allés voir les galeries." Ben Slow

"Je pense qu'il y a quelque chose de très beau et de très fort dans le noir et blanc. Tu ne peux rien cacher".
Ben Slow

Grâce à la pureté des formes et des couleurs du travail de Ben Slow, on a l'impression que tout repose sur la force et la délicatesse du regard.

"J'essaie de traiter mon travail de rue comme je le ferais avec une toile. J'ai une technique très minutieuse qui part de mes croquis vers mes grands murs."
Ben Slow

Contrairement à la majorité des artistes de rue, Ben ne peint pas à la bombe aérosol, matériel adapté aux intempéries externes, mais à la peinture acrylique. L'oeuvre est ainsi vulnérable.

Episode #1
Guy Denning / Guy utilise non seulement des coups de pinceau puissants pour exprimer ses émotions profondes, mais gratte aussi la peinture pour montrer au public l'intensité des émotions qu'il tente de dépeindre avec son œuvre. Il utilise aussi parfois des pochoirs et collages texte.
GUY DENNING (UK) 2011
Guy Denning aime l'esprit anarchique du graffiti et de l'art du rue. Un art qui, approuvé ou non par les pouvoirs locaux, "peut toujours établir un dialogue utile avec la communauté". Pour lui, c'est en cela que l'art urbain est le format le plus démocratique de tous les arts visuels.

Pour l'artiste, à cette idée de ville-musée, il lui préfère celle de galerie à ciel ouvert. "L'art présenté au public devrait être temporaire et fugitif, ça fait partie des joies qu'il donne"

"Je ne suis pas Breton, français, letton, chinois, anglais. Je suis à la fois tout cela...", sont un appel à la tolérance et à l'échange des cultures.

"L'art de rue est un art "intelligent", qui nous oblige a à penser, à douter et à réfléchir".
Guy Dennig

"L'art visuel est une joie pour moi."
Guy Denning

"J'ai voulu réaliser une peinture de rue qui signifiait quelque chose à la fois pour moi-même et pour la communauté Bretonne. Armand Robin me semblait le parfait sujet !"
Guy Denning

Episode #2
Finbarr / Fin DAC est originaire d'Irlande mais il a vécu la majeure partie de sa vie à Londres. Ses influences proviennent des sombres romans graphiques grâce aux travaux de Francis Bacon et de Jackson Pollock. Sa technique du pochoir, complexe et délicate, associée à une technique de peinture unique, le “style crachat”, le distingue des autres artistes.
FINBARR (UK) 2011
Pour Finbarr, l'art de rue, ouvert au monde, transformant la ville en une immense toile vivante, n'est pas une utopie.

Si la vile était une oeuvre d'art, un tableau ou une sculpture, elle serait "quelque chose de simple, de paisible et de gracieux qui serait en parfaite harmonie avec ses habitants".

Le pochoir de la geisha a pris cinq longues semaines de soirées et de weekend de découpage pour réaliser deux couches, une pour la couleur sombre et une pour la lumière.

Les pochoirs de Finbarr sont d'une grande complexité pour un résultat extrêmement délicat.

Episode #2
Morten Andersen / Dans son œuvre artistique Morten Andersen développe une relation intense et une obsession pour les lignes courbes, les formes abstraites, les techniques de superpositions transparentes et les motifs au style graphique dans un univers de teintes, mis en valeur et déclenché par le flux de quelques contrastes de couleurs et d’éléments visuels puissants.
MORTEN ANDERSEN (DK) 2011
Il est rare de voir des peintures murales complètement abstraites dans l'art urbain en général, dans le street art français en particulier.

"L'art abstrait est l'ultime forme d'expression""
Morten Andersen

Depuis ses débuts en 2002, ses premières toiles étaient déjà entièrement non figuratives. C'est la forme d'expression qui lui donne le plus de satisfaction, là où il semble pouvoir le mieux s'épanouir.

L'oeuvre de Morten est à la fois explosive et structurée, rythmique et musical, colorée sans jamais être trop saturée.

Episode #2
Sly2 / L'univers artistique de Sly2 s'étend de la toile aux murs en passant par la carrosserie de véhicule, la peinture sur corps,la photographie, la customisation d'objets et de textile, le collage, les pochettes de cd, l'illustration, etc. Sly n'a pas de limite au niveau du support et est toujours curieux de découvrir de nouvelles techniques n'hésitant pas à marier plusieurs médiums sur un même support.
SLY2 (FR) 2011
"Crimes of Minds  n'est pas un projet pour faire du buzz ou de l'argent, c'est un projet humain qui permet de voir des murs de Brest décorés par des peintres venus d'un peu partout. Ce qui m'a plu dans ce projet, du côté des artistes nous étions libres de nos créations. Il était hors de question que cela se transforme en commande."

"Je ne connaissais pas le mur qui m'attendait, du coup je n'avais rien préparé. J'ai donc recopié une photo à moi que j'avais dans mon téléphone et j'ai inventé une situation en lui ajoutant des bois"

L'artiste lui-même avoue puiser dans le milieu forestier une très grande partie de son inspiration. Comme un appel à la liberté.

La première peinture de Sly2 est cette femme, presque animale, à la fois si expressive et si énigmatique comme sortie de la forêt.

Episode #3
C215 / Autodidacte mais animé par une force de travail impressionnante, C215 est un peintre nomade, ses carnets de voyages au cœur de l’humanité souffrante sont autant de témoignages sur, dit-il, “ce qui sépare les gens”.
C215 (FR) 2011
Le cri de l'homme que Christian Guémy a peint, est capable, à lui seul, de résumer la rage, l'angoisse et aussi peut être la frustration de l'artiste engagé.

C215 assisté techniquement par sa fille Nina.

"Je ne fais pas les choses pour attirer l'attention, mais pour susciter l'émotion."
C215

"Je ne suis pas sûr de détenir un message clair, ni même une vérité universelle, je retranscris simplement mes préoccupations et mon émotion"
C215

Episode #3
 Alice Pasquini / Alice Pasquini est une artiste visuelle de Rome qui travaille comme illustrateur , scénographe, et peintre. Les toiles préférées d'Alice sont les murs de la ville. Elle a beaucoup voyagé, donnant vie à ses œuvres d'art dans les rues de différentes villes à travers le monde comme Sydney, New York, Barcelone, Oslo, Moscou, Paris, Copenhague, Marrakech, Berlin, Saïgon, Londres ou encore Rome.
ALICE PASQUINI (IT) 2011
"Une villa palladienne avec des peintures de Véronèse"... Voici le rêve d'Alice, quand on lui demande à quoi ressemblerait la ville, sa ville Si elle était une oeuvre d'art.

"Pendant que je suis en train de peindre, je ne me rends jamais compte combien c'est difficile de créer une peinture si grande."
Alice Pasquini

"J'ai l'inspiration une fois que j'ai vu personnellement l'endroit. La maison et le terrain ont inspiré le choix d'un personnage en train de rêver."
Alice Pasquini

"Une immense fille qui dort au milieu de vraies fleurs qu'on peut confondre avec celles qui sont peintes".
Alice Pasquini

Episode #4
Liliwenn / Liliwenn est originaire du bout du monde, barrière transatlantique là où les terres s'achèvent. Pour la définir, un seul mot : paradoxe, car tout n'est que contrastes et contraires. Paradoxes et contrastes que l'on retrouve dans son art, à la fois torturé et utopique, mouvementé et serein.. assurément résilient.
LILIWENN (FR) 2011
"Il m'est diificile de placer des mots sur un état parfois second. Ma main me guide, je me laisse faire, pendant que mon esprit vagabonde." Liliwenn

"Je souhaitais faire découvrir à ma ville le street art tel que je l'ai vécu, par son échange cosmopolite et sa connotation internationale."
Liliwenn

"Mon inspiration vient de mes tripes, de tout ce que je peux traverser, voir, ressentir, tout ce dont je peux me nourrir."
Liliwenn

"L'avantage de l'atelier est le temps qui permet un travail en finesse. La rue laisse plus de place à la spontanéité du geste."
Liliwenn

Episode #5
Jef Aerosol / Jef Aérosol fait partie de la première génération française de street art. Tantôt pochoiriste, photo-graphiste, peintre ou musicien, Jef Aérosol est un artiste aux multiples talents. Symbole de la nouvelle vague du street art français, il sème ses œuvres singulières signées d’une flèche rouge depuis le début des années 80.
JEF AÉROSOL (FR) 2011
"Je voulais peindre une image qui ait un rapport avec Brest. J'ai choisi ce portrait de Miossec parce qu'il a quand même une sacrée tronche, un regard." Jef Aérosol

"Pour moi, c'est la décision et l'action qui importent. Je suis persuadé que l'oeuvre d'art est avant tout un acte."
Jef Aérosol

"C'est du muralisme. D'ailleurs, ce que je fais en grand s'inscrit dans un format, il n'y a pas de personnage en pied , ce ne sont que des portraits."

"Le travail sur la ville doit tenir compte du contexte ethnique, géographique, culturel, mais aussi du contexte physique, de la forme, de la texture et de la couleur d'un mur"
Jef Aérosol

Episode #6
Antoine Stevens / Antoine Stevens découvre l'art de la rue et se passionne plus précisément pour le pochoir en 2003. Avec un style résolument moderne, inspiré de la culture contemporaine et du Street Art, il développe une technique mêlant le pochoir, la bombe aérosol et la peinture acrylique.
ANTOINE STEVENS (FR) 2011
"Je trouve que c'est un très beau moyen pour l'artiste de partager son travail, de lui donner plus d'ampleur, non seulement par les dimensions des fresques mais aussi par le fait qu'elles sont réalisées aux yeux des passants."

"La peinture est un exutoire, une libération..." Antoine Steven

"Je cherche à faire passer, à travers ma peinture, des sentiments que j'ai du mal à exprimer par ailleurs : la détermination, la rage, la frustration face aux difficultés de la vie d'artiste."

"Le fond fait partie intégrante de ma peinture. Je ne le vois pas comme un fond mais comme une peinture abstraite dans laquelle je cherche à exprimer un sentiment, renforcé ensuite par la figure."

Episode #6
Wen2 / WEN2, est un artiste brestois puisant son savoir-faire et sa technique des compétences acquises et, par les écoles d’Art et, par son métier lié à la ville et à l’architecture, et par ses multiples expériences para professionnelles.
WEN2 (FR) 2011
"D'habitude , mes sujets sont la ville, les friches, les lieux abandonnés; là j'ai eu envie d'une respiration dans toute cette urbanité."

"Je peins par envie et par instinct. Peindre me vide la tête, la bombe est un moyen d'expression, rapide et compréhensible par tous."

"Ce visuel est la continuité de ma démarche artistique, de mes préoccupations, de mes convictions."

"Dans cet arbre il y a de la vie, le cerf, les oiseaux, une sorte d'arche de Noé, de cabane de radeau, en suspension".

Episode #7
DMV / Le Crew Da Mental Vaporz se démarque en réalisant d'immenses fresques dans les terrains sordides de la banlieue sud, faisant la part belle à des thèmes étrangers à la tradition du graffiti. Ainsi, leurs productions, pouvant s'étaler sur des dizaines de mètres de haut et de long, mettent en scène le monstrueux, la folie, le capitonnage et la fin des temps imminente.
DA MENTAL VAPORZ (FR) 2011
CREW   :                                          [BOMK, DRAN, BLO, JAW, GRIS, SOWAT, BRUSK, KAN, ISO*] 

La fresque est la somme de l'imaginaire et du talent artistique de chacun, où le monstrueux côtoie l'enfantin.

"On allait pouvoir réaliser un rêve d'ados en peignant un immeuble en entier !"
DMV

"Sur ce mur, le but était de se partager l'espace tout en conservant la liberté de faire cracher nos aérosols sans contrainte."
Bom.K

Episode #8
Pakone / Ce graffeur "Old school", membre du C29 inonde de couleur les murs de nos villes depuis plus de 20 ans. Son œuvre prolifique témoigne de sa volonté de faire reconnaitre le Graffiti Art comme une forme d'expression ouverte sur le monde, loin du stéréotype de transgression et de vandalisme dans lequel il est trop souvent enfermé.
PAKONE (FR) 2011
PakOne, graffeur "old school", est présente sur la scène urbaine bretonne depuis une vingtaine d'années. Son travail se fait écho d'un constante quête de liberté.

"L'art dans la ville montre notre richesse culturelle et notre identité aux gens de passage, il enrichit notre patrimoine."

"C'est le mur qui me parle, contrairement à une toile blanche, il a déjà ses caractéristiques et son vécu, son cadre et son environnement."

"Pour une meilleure immersion, j'ai voulu travailler la composition comme un trompe-l’œil, le mouvement et la poésie viennent harmoniser et insuffler de la vie à la pièce."

Episode #9
Kool Khor / Ex-compagnon d'armes de Jean-Michel Basquiat et de Keith Haring, Charles Hargrove, alias KOOL KHOR,  est un pur produit du South Bronx. Il manie la bombe spray avec éloquence et disperse les couleurs acidulées aux tonalités rose fluo, or, rouge pour créer des paysages futuristes, ni figuratifs ni abstraits.
ÉPISODE 9
KOOL KHOR (BE) 2011

"Mon travail est basé sur l'espace, le voyage dans le temps, avec une touche de symbolisme."

"J'aime bien le concept de "transformation" et dans mes œuvres, on voit des éléments que se métamorphosent."

"J'ai fait un fond qu'on peut imaginer comme une ville, ou comme des lettres, on peut aussi imaginer ça comme un engin qui voyage dans l'espace et qui est en plein mouvement."

Episode #10
TSF Crew / Depuis plus de dix ans maintenant le collectif TSF rassemble des artistes autodidactes devenus maîtres de la peinture murale à la bombe. Venus de tous les horizons, situés sur plusieurs continents, ils sont au départ graffeurs, décorateurs, photographes, illustrateurs, et ont chacun développé leurs propres spécialités.
TSF CREW  (FR) 2012
 [PAPY, MILOUZ] "L'art de rue comme art gratuit, peut être pas ouvert mais en tout cas offert aux autres et au monde, existe de fait car nous sommes nombreux à le pratiquer tous les jours."

La texture des murs, bien que difficile à travailler, a permis aux aux rochers de s'auto-texturer.

"Notre envie est d'offrir un instant de rêve aux gens qui croisent nos créations au détour de leur quotidien, de faire le pari d'un instant de poésie au milieu de cette zone industrielle."

"Une des fonctions principales de l'engagement artistique est de mettre en lumière l'étincelle artistique de chaque éléments du quotidien".

Episode #10
Sly2 / Sly2 né en 1984, artiste peintre, illustrateur, décorateur, il a commencé le graffiti en 2001. Le portrait est l'un de ses sujets de prédilection. On retrouve dans ses peintures l'influence de la B.D, du graffiti ainsi que de la calligraphie Arabe.
SLY2 (FR) 2012
De retour, un an après sa première fresque, Sly2 nous offre un style différent, plus complexe, plus coloré.

"J'avais écrit des textes quelques jours auparavant, et j'ai voulu en illustrer un."

La texture du mur extrêmement accidentée a obligé l'artiste à s'adapter. "C'était finalement assez proche d'un bodypaint ! "

"Pour ma part, l'art de rue est ce qu'il y a de plus beau car c'est accessible à tous en tant que spectateur, mais aussi en tant qu'activistes... C'est l'art libre à l'état brut."

Episode #11
Céleste Java / Céleste Java est une artiste bretonne. De ce pays de légendes et de rêves, elle a gardé le goût du mystère, des sombres forêts, des eaux profondes et de l onirisme. Peu importe les frontières, le rêve, la sensorialité, les émotions sont des langages universels, que chacun peut faire sien ou sienne.
CELESTE JAVA (FR) 2012
"Le mur est situé dans une zone commerciales très fréquentée, et il me plaisait de mettre une touche d'onirisme dans cet univers mercantile."

"Les émotions sont des langages universels"
Céleste Java

"L'art n'a pas de cadre. Je epnse à l'art en termes de partage, de créativité, de liberté."
Céleste Java

Si la ville était une oeuvre d'art, elle serait "extravertie, pétillante, cartésienne, et tout à la fois intime, onirique et douce. Une multitude d’univers préservés dans un jaillissement unique."

Episode #11
Pakone / Artiste généreux, Pakone donne son énergie pour que les murs de nos villes prennent vie et nous fassent voyager au delà de notre quotidien saturé de publicités et de gris.
ÉPISODE 11
PAKONE (FR) 2012

"Techniquement le relief réduit le champ des possibilités techniques. Notamment au niveau de la finesse des traits. Il faut faire attention à ne pas se râper les doigts."
PakOne

"La surface c'est du béton banché. J'y voyais surtout une rythmique en diagonale, pouvant apporter du mouvement à la pièce."

"Laissé brut le relief serait venu la scarifier, j'ai donc choisi de lisser le béton sur certaines zones, apportant ainsi de la douceur dans son visage et un contraste de matière."

Episode #12
Liliwenn et Bom K / Cette fresque raconte le rêve d’un enfant envahi par son imaginaire. Sur la droite on peut l’apercevoir assis sur une bouée lisant un livre relatant son histoire. Représenté également sur un bateau, il est accompagné de ses amis jouets et de leur proie, ce méchant monstre qui hantait ses cauchemars.
LILIWEN & BOM.K (FR) 2012
Il y a des peinture qui racontent une histoire, celle-ci, réalisée pour la dernière session du projet Crimes of Minds, fait partie de ces œuvres où la magie opère.

Une fresque d'une telle complexité ne s'improvise pas. "Nous avons en amont travaillé une illustration avant de passer directement au mur."

"C'est là que réside également toute la difficulté, se réaliser à travers un style qui nous est propre, inventer ce qui n'existe pas encore ou dépasser ses limites."

Ce mural est un pur bijou d'art et de rêverie. Le spectateur en prend plein la vue et ne cesse de s'étonner par la créativité et l'imaginaire des deux artistes.

Documentaire sur le projet Crimes of Minds.

- Traductions : Maura Tillay
- Montage : Benoît Pergent

12 épisodes
Credits: Story

A l'équipe qui a porté ce projet,

Liliwenn directrice artistique et présidente de l'association SUGAR RUSH.

Flavie Leserre & Awouell pilotes du projet, bureau de l'association SUGAR RUSH.

A tous les artistes de la line up, les partenaires privés et publics, les bénévoles, les acteurs locaux qui ont permis la réalisation de ce musée à ciel ouvert.

Vous retrouverez l'ensemble des remerciements dans le livre ainsi que le documentaire Crimes of Minds.

Textes extraits du livre Crimes of Minds, ecrit par Marie Aschehoug-Clauteaux.
Conception de cette exposition : Awouell

Credits: All media
The story featured may in some cases have been created by an independent third party and may not always represent the views of the institutions, listed below, who have supplied the content.
Translate with Google
Home
Explore
Nearby
Profile