1914 – 1918

Hôpital militaire

Château de Chenonceau

Espace Hommage  dédié à l'Hôpital militaire du Château de Chenonceau 1914-1918

De 1914 à 1918, le Château de Chenonceau est aménagé en hôpital militaire.

Cet espace dédié, dans la « Galerie des Dômes », souhaite rendre hommage à la mémoire de tous ceux qui ont permis de soigner ici plus de 2 250 blessés, pendant les quatre années complètes qu’a duré la Grande Guerre.

Gaston Menier, sénateur de Seine et Marne, alors propriétaire de Chenonceau, décide de participer à l’effort national et propose au Ministère de la Guerre d’aménager à ses frais un hôpital militaire temporaire dans le château, et d’en financer l’intégralité des dépenses. Cent vingt lits sont alors installés dans les deux galeries sur le Cher.

Sa belle Fille, Simone Menier, épouse de son fils George, et infirmière major, administre cet hôpital, soigne les blessés et collabore activement avec les médecins et les chirurgiens installés sur place, jusqu’à la fermeture de cet établissement, le 31 décembre 1918.

Lorsque, le 2 août 1914, le conflit éclate, Gaston Menier, industriel propriétaire du château de Chenonceau, est alors député de Seine et Marne. Fidèle à ses idées généreuses et à son engagement politique en faveur des plus démunis, il n’hésite pas à répondre à l’effort national et propose son aide au Ministère de la Guerre.

La Chocolaterie Menier fournit les armées et deux hôpitaux militaires sont ouverts par ses soins. L’un est situé non loin de Paris, à Noisiel, siège de la Chocolaterie : c’est un hôpital qui reçoit les victimes évacuées des lignes de front, et l’autre est à Chenonceau... il recueille les grands blessés.

Dans ce cadre harmonieux et d’une grande beauté, les soldats entament leur convalescence tant physique que morale. Ceux qui le peuvent encore s’adonnent aux joies du jardinage, jusqu’à obtenir des prix – un vaste potager contribue à varier les menus – à la pêche, où simplement à la promenade...

Au rez-de-chaussée encore, une salle d’opération ultra performante est équipée d’un des premiers appareils de radiographie à rayon X (reconstitution).

Chenonceau accueille un hôpital militaire, les rémunérations des médecins et infirmières, sont donc assurées par l’Etat, en revanche, l’intégralité des dépenses est prise en charge par Gaston Menier et sa famille. Il est secondé par son fils Georges et sa belle-fille Simone, infirmière major et administrateur de l’hôpital, qui partage activement les soins avec les médecins et les chirurgiens détachés.

2254 soldats blessés, pour la plupart très gravement atteints, y seront soignés jusqu’au 31 décembre 1918.

Château de Chenonceau
Crédits : histoire

Le Château de Chenonceau remercie Jean-Yves Patte, Alain Jamin et sa famille qui ont contribué à enrichir cette collection.

The Château de Chenonceau wants to thank Jean-Yves Patte, Alain Jamin and his family which helped to enrich this collection.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil