1920 – 1960

Tours de Force !

The House of Alijn

'Un plongeon dans l'histoire du cirque belge'
La Maison d'Alijn

Sur la piste de cirque, le public est diverti et embarqué dans un monde de rêve. Le cirque stimule les sens. C'est un spectacle visuel où la musique, les lumières et les odeurs contribuent à créer l'ambiance. Le cirque est une expérience émotionnelle complète: le public passe du rire au frisson, en passant par l'étonnement. Dans ce monde d’extrêmes et de contrastes, rien n’est ordinaire.

Pendant très longtemps, les cirques et les fêtes foraines étaient le divertissement populaire par excellence. Les gens rêvaient des cirques itinérants, des costumes à paillettes du clown blanc et des tenues frivoles des marcheuses au plafond. Les dompteurs de lions robustes et les contorsionnistes bizarres frappaient l’imagination. Il y a un siècle, l’impact culturel du cirque fut énorme. Pour beaucoup de gens, le cirque représentait la première rencontre avec les animaux exotiques. Il offrait une fenêtre sur le monde et sur les autres cultures.

La Belgique a connu un certain nombre d’artistes de cirque de marque. La vie dans un cirque pouvait être passionnée, colorée et mouvementée, mais également tragique et pleine de risques. Beaucoup de numéros exigent une puissance physique et mentale sans limites afin de devenir des vrais tours de force. 

ACROBATES

Les exercices les plus hardis jamais vus ! 

L’acrobatie constitue le fondement de toutes les disciplines de cirque. Une chaise qui se brise sous le poids d’un clown, un cavalier qui saute sur son cheval, un jongleur qui fait un flicflac en lançant des massues, toutes ces personnes exécutent de l’acrobatie. L’acrobatie constitue le premier apprentissage du futur artiste de cirque. Dès leur plus jeune âge, les enfants de cirque reçoivent une formation d’acrobate. D’autres attrapent le microbe acrobatique dans une association de gymnastique. De nombreux talentueux acrobates belges ont été engagés dans un cirque après être découverts dans l’école de gym locale par le directeur du cirque. 

Un numéro acrobatique consiste d’un enchaînement de plusieurs positions et mouvements, tels que des sauts, des flicflacs, des roues et des ponts. Quand ces exercices de base sont effectués en combinaison avec des agrès tels que la planche de bascule ou le trapèze, on obtient des acrobaties spectaculaires. Afin d’y parvenir, l’acrobate doit apprendre sans cesse les mêmes mouvements. Bien entendu, il lui faut une patience immense et une grande endurance. Atteindre la perfection constitue une gageure permanente. La force, la souplesse et un sens de l’équilibre infaillible sont les caractéristiques indispensables d’un acrobate. Sans oublier l’audace, qui est une exigence absolue! 

  ALBERTO

Albert Van Royen (1904-1980) est devenu célèbre en tant que contorsionniste, sous le nom d’artiste Alberto ou ‘The Human Alligator’, puis comme l’homme-fort Trebla. L’imagination du public a surtout été frappée par ses tours de contorsionniste. Il était incroyablement agile – il arrivait à soulever des objets avec ses omoplates et il pouvait adopter la forme d’une échelle. Alberto s’entraînait sur une petite table dans sa roulotte.

Parce qu’il était conscient qu’il serait impossible de continuer sa carrière comme contorsionniste jusqu’à sa retraite, Albert a imaginé un deuxième numéro en tant qu’homme fort (Trebla). Sa femme est devenue son assistante et ensemble, ils ont connu beaucoup de succès.  

MERRY & PETER

Le couple Pierre Demeyer (1903-1986) et Marie Colpaert (1907-1968), connu comme Merry & Peter, présentait un numéro attrayant de cascadeurs. C’était l’histoire d’un homme maladroit et de sa femme de chambre. Pierre jouait le tapissier qui rate tout. Il trébuche, reste coincé avec sa tête entre les barreaux de son échelle et flanque la pagaïe avec le papier tenture et l’apprêt. La femme de chambre Merry essaie de l’aider, mais elle ne fait que compliquer les choses. Finalement, Peter commence à se balancer en haut de l’échelle et brusquement, il tombe en bas, son derrière heurtant le visage de la pauvre Merry. Merry & Peter était un duo très connu, même à l’étranger. Entre 1930 et 1941, ils parcoururent l’Europe avec leur numéro. Leur fils Hector Demeyer (1925-2011) se joint à eux et ensemble, ils firent même une apparition à la BBC, sous le nom Merry Peter Comp.

CLOWN

Rire aux éclats !

Le clown est un des personnages préférés du cirque. Quand il entre sur la piste, le public rit aux éclats et oublie la tension des numéros précédents. Les clowns sont aussi amusants parce qu’ils nous tendent un miroir. Ils caricaturent nos pensées intimes et amplifient les convenances jusqu’à atteindre des proportions ridicules. 

Bien que les clowns se comportent souvent d’une manière maladroite et nonchalante, ils s’entraînent de manière intensive. De tous les artistes de cirque, la formation du clown est probablement la plus approfondie. Il ne suffit pas d’avoir un talent comique, il faut également un parfait contrôle du corps. Mais le talent le plus significatif se trouve sur un tout autre niveau : un bon clown doit avoir une compréhension intuitive de son public. De toutes les disciplines de cirque, le numéro du clown dépend avant tout de la réaction des spectateurs.

BABUSIO

Les frères anversois Charles et Eugène Babusiau étaient des bons gymnastes. A partir de 1900, ils se sont produits sur plusieurs pistes de cirque avec un numéro acrobatique innovant. Ils furent l'un des premiers couples à se positionner tête sur tête. Ils étaient des hommes puissants et pouvaient porter un haltère pesant 70 kg. Après dix ans de tours acrobatiques, le frère cadet Eugène était devenu trop lourd pour être voltigeur. Il continua de faire des tours d’équilibre avec d’autres partenaires, mais en même temps, il se lança dans une impressionnante carrière de clown. Son premier partenaire fut le clown espagnol Manolo. Plus tard, il fonda un group de clowns musicaux, dans lequel il joua le rôle de clown blanc, Babusio. 

Pour les numéros comiques, il faisait également appel à sa femme et à ses enfants. Babusio était célèbre pour un numéro original avec une voiture pétante. Babusio avait travaillé à cette voiture pendant des mois. Finalement, un jet d’eau jaillissait du trou de radiateur sur le capot. Quand un des clowns essayait de boucher le trou, l’eau continuait de jaillir de sa tête. Ce dénouement hilare fut le point culminant du spectacle. Plus tard, ce numéro conçu par Babusio a connu beaucoup d’imitateurs. 

DOMPTEUR

Une ménagerie splendide, une cavalerie brillante!

L’origine du cirque se trouve dans les spectacles d'animaux. À Londres, le cavalier britannique Philip Astley (1742-1814), qui est considéré comme le fondateur du cirque moderne, a construit un amphithéâtre avec une piste circulaire, où, en 1769, il a commencé à donner des démonstrations d’équitation. Cette forme ronde offrait l’avantage que le cheval et son cavalier se trouvaient toujours dans le champ visuel du public. En outre, il était plus facile de rester debout sur un cheval qui faisait des tours dans une piste. Aujourd’hui, la piste ronde remplie de sable et de sciure de bois constitue toujours une marque distinctive du cirque. 

Pendant longtemps, les chevaux furent les seuls animaux dans la piste. Les animaux exotiques, tels que les éléphants et les lions, ne furent introduits que beaucoup plus tard. Beaucoup de cirques avaient leur propre zoo qui voyageait avec toute la troupe. Avant ou après les représentations, cette grande ménagerie était ouverte au public. Certains animaux étaient transportés dans des vraies cages, mais la plupart des écuries étaient simplement faits de toile de tente. Pour beaucoup de personnes, une visite à la ménagerie était tout aussi excitante que le spectacle en soi. Souvent c’était une chance unique de voir des animaux sauvages de tout près.  

Jim Roose

Jim Roose (1896-1968) est né dans une famille de marchands forains et d’artistes de cirque. Sous le chapiteau de son père, il a fait des représentations de boxeur. Dans les années vingt et trente, Jim a tourné avec plusieurs ensembles forains et palais de danse, mais comme il voulait devenir dompteur de lions et d’ours, il a commencé à constituer une ménagerie. Roose se révéla être un dompteur de grand talent, il est finalement devenu une vraie vedette, connue sous le nom de scène ‘le capitaine Jim Roose’. Sur la piste, il portait l’uniforme des légionnaires. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la police a tué ses ours et quelques lions, mais il a continué de travailler avec trois lions. En 1942, Jim Roose a été engagé comme dompteur par le Cirque Libot et il a également commencé à travailler pour le Cirque Semay. Le clou de son numéro avec les lions était ‘le baiser de la mort’, quand le capitaine embrassait un des ses lions sur la bouche. Malgré son talent et son expérience Jim Roose a souffert de plusieurs blessures infligées par ses animaux. De temps à autre, ses collaborateurs étaient également exposés au danger. Un accident tragique a eu lieu en 1939, lorsque Jim Roose et sa ménagerie se produisaient sur la fête foraine de Gand. La danseuse Aïcha, qui devait exécuter un numéro dans la cage aux lions, a été déchirée par une lionne.

MISS LEROY

Avant d’être engagée par le Cirque Demuynck, Mariette De Coninck (°1920) n’était jamais montée à cheval. Mais le directeur Gustaaf Demuynck a pris la décision de lui donner une formation de cavalière de haute école. Très vite, elle s’est révélée être une dresseuse talentueuse. Son nom de scène était ‘Miss Leroy’, tout simplement la traduction française de son nom de famille. À tous les coups, ses numéros constituaient le moment suprême de la représentation. Elle fut une vraie experte dans la conception de tours – elle a présenté des numéros tels que ‘Le cheval et la ballerine’ et ‘Le saut au-dessus de la table dressée’. 

JUGGLER

La jonglerie

Partout dans le monde et depuis les temps immémoriaux, les hommes pratiquent la jonglerie. C’est un exercice d’adresse qui consiste à lancer, rattraper et relancer de manière continue des objets en l’air L’astuce est d’utiliser une grande quantité d’objets et de les manipuler le plus vite et le plus souvent possible. Pendant longtemps, la jonglerie fut très populaire dans le milieu des artistes ambulants qui montraient leurs tours dans les foires ou dans les auberges. Aujourd’hui, des jongleurs sont toujours présents lors les festivals de théâtre de rue. Le premier maître de la piste Philip Astley (1742-1814) estimait que les numéros de jonglage étaient très appropriés comme interludes. Les jongleurs qu’il engageait dans son cirque devaient relayer les dresseurs de chevaux. 

Dans l’espoir de trouver du travail, le jongleur devait être un bon artiste et présenter un numéro attrayant. Pour cette raison, les jongleurs tentaient toujours de se surpasser et de devancer leurs adversaires. Afin d’atteindre un plus haut degré de perfection ou de concevoir un numéro extraordinaire, ils devaient s’entraîner inlassablement jour après jour. Certains jongleurs se spécialisaient dans les objets lourds en utilisant des boulets de canon au lieu de balles de caoutchouc. D’autres, les jongleurs up-tempo, tentaient d'accroître l’allure de leur numéro.  

THE VEKO'S

Jan (°1903) et Jenny Van der Veken formaient un duo de jongleurs, The Veko’s. Petit garçon, Jan Van der Veken ne tenait pas en place une minute. Il é ait un petit bonhomme éveillé et vif qui adorait faire l’arbre droit et ne cessait de faire des tours acrobatiques. Les membres de sa famille l’appelaient ‘Jan le terrible’. Bien qu’il fut découvert pour son talent acrobatique, il préféra nettement la jonglerie. Sous le nom ‘John Vekos’, il commença à donner des shows de jonglage dans des salles et des cirques. Au début, il é ait assisté par son épouse Jenny, mais quand elle se révéla un talent naturel en jonglerie, ils commencèrent à se produire en duo, ‘The Veko’s’. De temps à autre, ils collaboraient avec un autre duo de jongleurs, Corneel et Muguette Van Hummelen. Les quatre prirent le nom de scène, ‘The 4 Veko’s’. Le jongleur John Vekos resta sur scène et sur la piste pendant 65 ans.

MAGICIEN

Les maîtres du secret et des mystères

Les magiciens maîtrisent l’art de l’impossible. Le public s’ébahit de ce qu’il voit et se pose la question: “Mais comment est-ce possible?”. Nous sommes étonnés de ce que nous voyons ou croyons voir et nous oublions que quelqu’un est en train de leurrer nos sens. 

La magie est un art qui convient parfaitement à la rue et au podium. Les premiers magiciens ont fait leur apparition au cirque aux alentours de 1880 – il n’y a donc pas très longtemps. Beaucoup de magiciens professionnels préféraient se produire dans les théâtres de variété, parce que ces lieux étaient plus appropriés pour garder le mystère. En effet, la piste ronde dissimule moins qu’un podium dans une salle. Au cirque, le public est assis autour de l’artiste et le tient à l’œil pendant toute la durée du spectacle. Les tours de magie devaient être adaptés pour le cirque.

Afin de réussir ses tours, un magicien a besoin d’une excellente habileté manuelle. Outre cette première exigence vitale, il doit être maître dans l’art de la distraction et de la manipulation de son public. Souvent, en moins d’une seconde il suscite l’intérêt du public pour une certaine action, alors qu’il le détourne de ce qui se passe en réalité.  

FRIA-NED

Frans Immerechts (1911-1985), un magicien natif de Louvain, s’est produit dans les salles de variété et dans des cirques en Belgique et à l’étranger. Il s’appelait Fria Ned, ‘le génie de Bagdad’. En Belgique, il a travaillé pour les cirques Minnaert, Tondeurs, Demuynck et Jhony, et il est également parti au Congo avec le Cirque De Jonghe. A l’étranger, il a surtout travaillé en Espagne et pour le magnifique Cirque Nock en Suisse. Ses spectacles comme ‘barman diabolique’ aux ‘boissons magiques’ et son numéro de marionnettes ‘Crazy Heads’ étaient très populaires. Sa première assistante fut sa première épouse Rose Vanvoorden, qui est décédée à l’âge de vingt-cinq ans. Quelques années plus tard, Frans Immerechts s’est remarié avec Colette Bertrand, qui l’a assisté jusqu’à la fin de sa carrière. 

Crédits : histoire

tekst — Marie Vandecaveye, Nele Van Uytsel, Els Veraverbeke

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil