1815 – 1891

Sir John A. Macdonald

Canada 150

Premier premier ministre du Canada
Version accessible: http://canada150.gc.ca/fra/1420737151054
Cette célèbre photo de Sir John A. Macdonald a été prise en 1870 par George Lancefield. Le premier ministre Macdonald était alors âgé de 55 ans et était à mi-chemin de son premier mandat  de premier ministre du Dominion du Canada. [Mention de source : Bibliothèque et Archives Canada, no de catalogue : C-005327]

« Que nous soyons Anglais ou que nous soyons Français, mais que nous soyons toujours loyaux, et surtout, que nous soyons Canadiens. »

Sir John A. Macdonald selon le très honorable Brian Mulroney - Journées Macdonald-Laurier

ENFANCE ET ÉTUDES

Le jeune John n'avait que cinq ans lorsque sa famille est arrivée au Canada en provenance de l'Écosse en 1820. La famille Macdonald s'est établie à Kingston dans le Haut-Canada. À cette époque, Kingston comptait 3 000 habitants, était l'une des plus importantes agglomérations du Haut-Canada et abritait certaines des meilleures écoles. À quinze ans, John A. Macdonald quitta l'école pour entamer une formation en droit dans les bureaux d'un avocat réputé de Kingston, George Mackenzie. À l'âge de vingt ans, il devint avocat de plein droit et ouvrit son propre cabinet. Il a connu une carrière juridique couronnée de succès avant de faire son entrée en politique, d'abord au palier municipal. Puis peu de temps après son arrivée dans l'arène politique, il se présenta aux élections de 1844 comme représentant de Kingston à l'Assemblée législative, scrutin qu'il remporta d'ailleurs.

Ce portrait à l’huile de John A. Macdonald a été réalisé par un artiste inconnu en 1842 ou 1843. Le futur Père de la Confédération était donc âgé de 27 ou 28 ans.

Mention de source : Bibliothèque et Archives Canada, no de catalogue : 1960-123-1, C-004811

LA VIE FAMILIALE

En 1843, John A. Macdonald rencontra et maria sa première femme, une cousine nommée Isabella Clark. Ils connurent d'abord une période heureuse, mais Isabella contracta une maladie mystérieuse et débilitante qui lui fit connaître des hauts et des bas pendant 13 ans avant de lui coûter la vie. La maladie de sa femme fut pour John A. Macdonald une immense source de peine. Leur premier enfant, John Alexander, mourut tragiquement à l'âge de 13 mois. Leur deuxième fils, Hugh John Macdonald, devint plus tard le premier ministre du Manitoba.

Portrait d'Isabella Clark Macdonald réalisé par William Sawyer en 1852

John A. Macdonald était un chef charismatique et un politicien dévoué dont la carrière politique connut une ascension remarquable. Il avait la réputation d'être un conservateur modéré à une époque d'instabilité de la politique provinciale et d'élections fréquentes en raison des nombreuses impasses parlementaires.

DÉBUTS DE LA CARRIÈRE POLITIQUE

En 1844 John A. Macdonald était nouvellement élu représentant de Kingston à l'Assemblée législative du Canada (comprenant alors le Québec et l'Ontario). Il était donc au début d'une illustre carrière politique de 47 ans qui le mena à devenir le premier premier ministre du Canada en 1867.         

« Dans ce contexte, Macdonald adopte des opinions politiques prudentes. Il se montre en faveur de la prérogative impériale et de l’appui de l’État aux écoles confessionnelles, tout en s’opposant à l’abolition du droit d’aînesse (qui stipule que lorsqu’un propriétaire immobilier meurt sans laisser de testament, son fils aîné hérite de tout). Par-dessus tout, il se révèle un stratège politique perspicace, croyant fermement qu’il faut fixer des buts pratiques à atteindre par des moyens pratiques. »

(L'Encyclopédie canadienne)

On pense que Sir John A. Macdonald portait ce médaillon en or comportant ce portrait réalisé en daguerréotype. Le médaillon comprenait aussi un portrait de sa première femme Isabella et de son fils Hugh John, tous deux faits à partir de peintures à l’huile existantes.

Mention de source : Bibliothèque et Archives Canada, no de catalogue : 1968-086 / PA-121571

LES CONFÉRENCES ET LA CONFÉDÉRATION

On estime souvent que John A. Macdonald est le principal architecte de la Confédération puisqu'il a rédigé 50 des 72 résolutions qui ont établi le cadre d'un Canada uni. Il était aussi l'un des principaux défenseurs de l'union au cours des trois conférences (c'est-à-dire celles de Charlottetown, de Québec et de Londres). À force de persuasion et de compromis, il a convaincu les délégués de se prononcer en faveur de la Confédération. En compagnie de Sir George-Étienne Cartier, John A. Macdonald défendit l'idée d'une confédération qui mena à la naissance du Canada. En reconnaissance de son rôle, il fut ennobli par la reine Victoria.

Les Pères de la Confédération à Fanningbank, la résidence du lieutenant-gouverneur.  Mention de source : George P. Roberts et Bibliothèque et Archives Canada, no de catalogue : C-000733
Une ébauche de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique sur laquelle figure l’écriture de Sir John A. Macdonald. (Mention de source : Bibliothèque et Archives Canada)  

Ses réalisations à titre de premier ministre ont été fort bien résumées par un autre premier ministre, Sir Wilfrid Laurier : « Quant à sa vie d’homme d’État, elle est écrite dans l’histoire du Canada. On peut dire sans exagération que la vie de Sir John A. Macdonald […] est l’histoire du Canada. »

Cette photo a probablement été prise en 1878 peu de temps après que Sir John A. Macdonald a repris le pouvoir après avoir dirigé l'Opposition de 1873 à 1878. Il demeurera premier ministre pour le reste de sa vie.

Mention de source : Eldridge Stanton et Bibliothèque et Archives Canada, no de catalogue : PA-034028

SIR JOHN A. MACDONALD APRÈS LA CONFÉDÉRATION

On attribue à Sir John A. Macdonald l'expansion du Canada d'un océan à l'autre, l’aboutissement du chemin de fer transcontinental, l'établissement de la Police à cheval du Nord-Ouest ainsi que l'élaboration d’une politique nationale qui taxait sévèrement les importations afin de protéger les manufacturiers canadiens de la compétition américaine.

Sir Sam Steele, un des héros des territoires, fut un soldat de la Reine et un membre de la Police à cheval.

[Mention de source : Citoyenneté et Immigration Canada]

 [Credit: Citizenship and Immigration Canada]

Sa carrière n'a pas été à l'abri des controverses avec le scandale du Chemin de fer Canadien Pacifique qui mena à la défaite de son gouvernement; et sa gestion de la Rébellion du Nord-Ouest en 1885 qui causa la perte de bon nombre de ses appuis au Québec. Sir John A. Macdonald est mort le 6 juin 1891, peu de temps après avoir formé son quatrième gouvernement.

Des membres de l'équipage d'un train du Pacific Express devant la locomotive à la première traversée de la rivière Illecillewaet (en direction ouest) près de Glacier (Colombie-Britannique) en 1886.

[Mention de source : Citoyenneté et Immigration Canada]

LA CONTRIBUTION DE MACDONALD

« La contribution de Macdonald au développement de la nation canadienne dépasse largement celle de n’importe lequel de ses contemporains, bien que par nature il ne soit pas un innovateur. Ce n’est pas lui qui a eu l’idée de la Confédération, du Canadien Pacifique et des tarifs protectionnistes, mais il se montre brillant et tenace dans la poursuite de ses buts une fois qu’il est convaincu de leur nécessité. Sur le plan politique, il démontre très tôt sa perspicacité et son ingéniosité. Il garde personnellement bien en main le fonctionnement du parti conservateur et pratique volontiers le favoritisme à des fins politiques. Il est un politicien d’une grande ferveur partisane, car il croit sincèrement qu’il est essentiel de maintenir certaines lignes de conduite politiques. Il se préoccupe particulièrement du maintien des liens du Canada avec l’Empire britannique, y compris la tradition de la suprématie parlementaire, devant la menace de l’influence politique et économique américaine, soit la doctrine de la suprématie constitutionnelle. »

L'Encyclopédie canadienne

Cette photographie a été prise en 1888 alors que Sir John A. Macdonald avait 73 ans.

Mention de source : Bibliothèque et Archives Canada, no de catalogue : C-002829

SIR JOHN A. MACDONALD DE NOS JOURS

De nombreux monuments, écoles, ponts, routes, aéroport et autres hommages portent le nom de Sir John A. Macdonald afin d’honorer sa vie et son héritage. De plus, chaque année à l'anniversaire de sa naissance le 11 janvier, les Canadiens et Canadiennes célèbrent la Journée Sir John A. Macdonald. Cette journée est non seulement l'occasion d'en apprendre davantage sur le rôle de cet homme extraordinaire dans l'édification de notre pays, mais aussi de se rappeler que dès ses débuts, le Canada était le fruit d'une vision de coalition et de conciliation. Sir John A. Macdonald nous a montré que nous pouvions en accomplir bien davantage en travaillant ensemble.

Le pont Macdonald-Cartier
Promenade Sir John A. Macdonald 

Cette statue de Sir John A. Macdonald réalisée par le sculpteur québécois Louis-Philippe Hébert, se trouve sur la colline du Parlement    

Crédits photographiques: 

statue (en haut) : Travaux publics et des Services gouvernementaux

pont (à droite): Travaux publics et des Services gouvernementaux

promenade (à gauche): Commission de la capitale nationale

Ce portrait du très honorable Sir John A. Macdonald, qui a été réalisé par le peintre Henri Sandam en 1889, fait partie de la collection de la Chambre des communes. La reine Victoria l'a ennobli en 1867 pour son rôle dans la création du Canada. [Mention de source : Collection de la Chambre des communes]

LES CÉLÉBRATIONS DU BICENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE SIR JOHN A. MACDONALD

Sur la route du 150e anniversaire de la Confédération qui aura lieu en 2017, nous aurons l'occasion de célébrer plusieurs anniversaires et réalisations d'envergure qui ont fait du Canada le pays fort, fier et libre qu'il est aujourd'hui. En 2015, nous célébrerons le 200e anniversaire de la naissance de notre premier premier ministre et l'un des Pères de la Confédération, Sir John A. Macdonald; ainsi que le 50e anniversaire de l'adoption du drapeau national du Canada. Le gouvernement du Canada invite tous les Canadiens et Canadiennes à se renseigner sur les grands moments qui ont marqué notre histoire et à exprimer la fierté que leur inspire tout ce que le Canada représente pour eux.

La Société canadienne des postes et la Monnaie royale du Canada dévoileront un timbre commémoratif et une pièce de deux dollars commémorative à l'occasion du bicentenaire de l'anniversaire de naissance de Sir John A. Macdonald, le 11 janvier.

La Monnaie royale canadienne a fièrement  souligné le 200e anniversaire de la naissance de sir John A. Macdonald.  Pour l’occasion, une pièce de circulation de deux dollars a été dévoilée dans le cadre des célébrations communautaires qui ont eu lieu à Kingston, en Ontario, le 11 janvier 2015.

Cinq millions de ces pièces commémoratives ont été mises en circulation dans l’ensemble du Canada, à compter du lundi 12 janvier 2015.

En plus de la pièce de circulation de deux dollars, la Monnaie royale canadienne a produit trois magnifiques pièces de collection, en or et en argent, rendant hommage à sir John A. à l’occasion de cet anniversaire marquant.

Postes Canada a émis un timbre qui commémore le bicentenaire de la naissance de sir John A. Macdonald.

Conçu par la maison montréalaise Paprika, ce timbre commémoratif s’inspire d’une ancienne photo et a été traité de manière moderne, ce thème ayant déjà fait l’objet de plusieurs timbres au cours des 100 dernières années.

Macdonald est apparu pour la première fois sur un timbre-poste canadien en 1927, à l’occasion du soixantième anniversaire de la Confédération.

Crédits : histoire

Created  by  — The Government of Canada for the 150th Anniversary of Confederation (1867-2017) 
Créé par — Le gouvernement du Canada pour le 150e anniversaire de la Confédération (1867-2017)

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil