GRAFFITI GENERAL        Les artistes

GRAFFITI GENERAL

“J'ai du réaliser cette pièce en deux heures, et passer le reste de l'après-midi à me balader dans le bâtiment qui est vraiment sublime  ”
Seth/2013

1931, Pantin: La Chambre de Commerce et d’Industrie inaugure le bâtiment des Magasins Généraux.

 

20 000 m2 de béton ourlés d’1.4 km de coursives viennent border le Canal de L’Ourcq, qui devient témoin du va-et-vient de marchandises libres de douanes.

 

Les Magasins mobilisent en 1958 plus de 120 employés. 

Mais les années 60-70 et la mutation des industries agroalimentaires pénalisent l’activité et les Magasins Généraux ferment leurs portes début 2000.

 

Le bâtiment abandonné devient un terrain de jeu pour les graffeurs du 93. Les murs chargés d’Histoire en racontent de nouvelles, le gris du béton prend des couleurs. Le mélange stylistique entre l’architecture et le graffiti fait de l’édifice a fait la notoriété de ce lieu atypique.

Aujourd’hui, le bruit des marteaux-piqueurs couvre celui des bombes de peintures. L’agence de publicité BETC viendra fouler le béton en 2016. Mais avant d’écrire une nouvelle page de vie du bâtiment, il fallait s’assurer d’une chose : préserver son passé.

C’est dans cette démarche que les Magasins Généraux ont été entièrement photographiés et modélisés pour conserver les œuvres de cette bâtisse iconique et permettre à tous de revivre jusque dans les moindres détails l’époque bariolée du Magasin devenu Monument.

TWE crew

« Cette peinture a été réalisé à une période où avec Dem189, on essayait de mêler le plus possible mon côté figuratif à ses lettrages très organiques. Ici, l’idée était de faire sortir les lettres de la tête du gamin comme si c’était une partie de lui même ou une projection de son imaginaire. J’aime quand on ne voit pas forcément l’expression des visages afin que les gens puissent se projeter dans l’oeuvre, qu’ils imaginent une suite. Là, il est accroupi, on peut penser qu’il va se lever… pour aller peindre. J’ai du réaliser cette pièce en deux heures, et passer le reste de l’après midi à me balader dans le bâtiment qui est vraiment sublime. »

Citation de Seth

« En général je ne pose jamais mes insectes là où il y a les tags ou les graffs d’autres graffeurs, mais cette fois, j’avais envie de l’intégrer à la peinture de Lek (que je ne connaissais pas). Je trouvais que ses flèches étaient dans le même esprit. C’est du tracé direct, il n’y a que deux couleurs, et je trouvais également qu’elles avaient un côté végétal qui allait bien avec. Comme des plantes qui envahissent les murs d’un bâtiment abandonné avec mes insectes qui colonisent également l’endroit. » 

Citation de Lek

Style parasitaire par Lek

Portail Par Lek:

« Cela faisait un moment que nous avions repéré les bâtiments de Pantin pour peindre à l’intérieur mais ils n’étaient pas encore tout à fait désaffectés. Petit à petit la surveillance a diminué et nous avons visité les lieux. Lors de notre premier repérage, nous avons tout de suite bloqué sur les passerelles qui reliaient les deux bâtiments. C’est très rare d’avoir ce cas de figure et bien que ce portail ne soit qu’un bout de ma peinture qui s’étalait sur une bonne partie de la façade, j’ai tout de suite trouvé intéressant d’avoir un « couloir » qui mène à mon œuvre et qui permettait de la regarder d’une façon inédite. »

M. Chat
DA CRUZ art work
AVERY art work
FLOW from TWE art work

Biographie de Sean Hart:

Né en France en 1981. Sans domicile fixe par choix depuis plus de 3 ans, Sean Hart est un street-artiste qui voyage et travaille sans autorisation à visage et à nom découvert, dans les villes du monde entier.  Il voit son travail comme un ensemble de correspondances poétiques qui se décline sous différentes séries de travaux embrassant une multitude de médias : Peinture / Photographie / Vidéo / Sculpture / Installation / Performance / Court­Métrage. Chaque travail constitue les pages fragmentées d’un journal intime, d’un carnet de voyage constitué comme un cocktail d'images poétique qui questionnent.

“Sous ce pseudonyme, je ne fais que ce personnage. ..”

HAIANSTAN membre des TWE

KISTOR art work

« J’ai toujours aimé l’ambiance et l’exploration de lieux abandonnés. Se balader, découvrir un nouveau spot… Pour cette pièce j’étais content parce que c’est assez rare de trouver ce genre de portes de monte charges industriel. Très belle. Quand je l’ai vue je me suis dit « Même si je n’ai pas trop de temps, (je fais la plupart de mes cessions graffiti pendant ma pause déjeuner) je fais quand même quelque chose dessus, c’est trop tentant ». Je n’ai jamais cherché à faire des peintures propre où je travaille le détail. J’aime beaucoup les coulures, et sur celle là, ça exagérait le côté crade. »

Crédits : histoire

Conservation des oeuvres des Magasins Généraux de Pantin — BETC Digital pour Graffiti General
Regroupement & Textes — Karim Boukercha, auteur de "Descente Interdite"

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil