Frida Kahlo à Détroit

Detroit Institute of Arts

Frida Kahlo réalise certaines de ses œuvres les plus marquantes à Détroit, entre 1932 et 1933.

Création à Détroit
Frida Kahlo arrive à Détroit au printemps 1932. Elle accompagne son époux, Diego Rivera, chargé de réaliser une fresque à l'Institut d'art de Détroit. Sur cette photo, Diego Rivera et Frida Kahlo arrivent à la Michigan Central Station. De gauche à droite : Clifford Wight (premier assistant de Diego Rivera), Frida Kahlo, William Valentiner (directeur de l'Institut d'art de Détroit) et Diego Rivera.

En 1932, Diego Rivera fait partie des artistes les plus célèbres au monde. Frida Kahlo, quant à elle, est encore inconnue du grand public et impatiente de faire décoller sa propre carrière.

Frida passe du temps à observer Diego et ses assistants en plein travail, et à les représenter. Ici, elle regarde Andres Sanchez Flores, un des assistants de son mari, alors qu'il teste des pigments pour les fresques murales.

Elle accompagne également Diego Rivera à l'usine Ford de River Rouge, plus grand complexe industriel du monde à l'époque et sujet principal des fresques de l'Institut d'art de Détroit. Elle s'inspire d'ailleurs des images de cette usine pour les œuvres réalisées lors de son séjour à Détroit.

Frida Kahlo crée son propre atelier d'art, sans toutefois être aussi productive qu'elle l'espérait. En effet, enceinte depuis peu, elle ne se sent pas bien et demeure préoccupée par les lésions qu'elle conserve au niveau du bassin, de l'abdomen et du pied à la suite d'un accident de bus survenu quelque années auparavant. Son état de santé, qui la pousse à se demander si elle doit mettre ou non un terme à sa grossesse, la détourne de son travail.

Durant ses premiers mois à Détroit, Frida Kahlo ne réalise qu'un seul tableau représentant une vitrine décorée pour la fête du 4 juillet qu'elle avait vue lors d'une promenade. La scène festive et patriotique qu'elle évoque a peut-être apporté un peu de réconfort à l'artiste qui avait le mal du pays. Cette dernière décrit la vitrine de la façon suivante : "C'était comme au Mexique, avec des guirlandes de fleurs et des personnages en papier mâché."

Réaction de Frida Kahlo et de Diego Rivera face à la perte de leur enfant
Après avoir écrit une lettre à son médecin traitant pour savoir si elle devait ou non avorter, Frida Kahlo décide de poursuivre sa grossesse. Mais, dans la nuit du 3 au 4 juillet 1932, elle est emmenée d'urgence à l'hôpital Henry Ford en raison d'une abondante hémorragie. Les médecins parviennent à la sauver, mais elle perd le bébé.

Pendant sa convalescence, Frida se concentre sur son travail. Les œuvres qu'elle réalise alors révèlent des détails saisissants sur l'événement et témoignent des difficultés personnelles qu'elle a rencontrées lors de sa grossesse.
Durant cette période, Diego Rivera se plonge lui aussi dans le travail. Son plan des fresques ayant été approuvé par les responsables du musée, il est temps pour lui de se mettre à peindre.

Frida commence à examiner l'événement à travers le dessin et la peinture. Cette œuvre comporte des images réalistes et surréalistes qui sont basées sur les aspects physiques et psychologiques de sa fausse couche.

L'usine de River Rouge se dresse à l'horizon, ce qui situe la scène à Détroit et fait référence au projet de fresque murale de son mari.

Frida reproduit avec attention les illustrations anatomiques d'ouvrages médicaux afin de tenter de comprendre les rouages internes de son corps. Ses représentations scientifiques précises sont teintées d'émotion. Chaque fœtus, cellule ou os iliaque peint avec soin évoque ses sentiments contradictoires face à la grossesse ainsi que sa profonde inquiétude concernant sa santé.

L'artiste représente les mécanismes de son subconscient en incluant des dessins qui semblent ne pas avoir de rapport avec sa fausse couche. Un escargot et une fleur mauve, par exemple, symbolisent des souvenirs particuliers, des sensations physiques et les répercussions émotionnelles de l'événement traumatisant.

Une fois Frida sortie de l'hôpital, elle commence à se former avec un ami à la lithographie, qui est une technique de gravure. Elle réalise ainsi plusieurs reproductions de cette image, qui fait partie de la première et unique série connue de gravures qu'elle a créée.
Frida Kahlo se représente en train de pleurer. Des larmes lui coulent sur les joues. Le fœtus en bonne santé dessiné dans la partie inférieure gauche du tableau et relié à elle par un cordon ombilical évoque son désir de maternité non comblé. Sur la droite, un bras tenant une palette en forme de cœur émerge de derrière son corps, comme pour affirmer son rôle d'artiste.

La fausse couche a également un impact sur le travail créatif de Diego Rivera. En effet, après l'événement, le peintre apporte d'importantes modifications au plan approuvé des fresques murales. Il retravaille l'image centrale des fresques du mur situé à l'est en pensant à sa femme qui a frôlé la mort, ainsi qu'à la perte de son bébé. Au lieu de représenter une scène agricole dans le Michigan, il dessine un nourrisson en bonne santé, protégé et alimenté par la terre.

Les scènes de l'industrie du Michigan (qui vont de la production chimique à la construction automobile) sont toutes accompagnées de représentations de structures et de processus naturels. Bien en évidence face à l'entrée Woodward du musée, Diego Rivera peint un bébé dans le bulbe d'une plante, nourri par la terre.

Diego consacre un chapitre à la fausse couche de Frida dans son autobiographie, "Mon art, ma vie". Il y décrit les œuvres réalisées par son épouse en réaction à cette terrible expérience.
"Juste après, elle a commencé à travailler sur une série de chefs-d'œuvre sans précédent dans l'histoire de l'art. Ses peintures exaltaient les qualités féminines de résistance à la vérité, à la réalité, à la cruauté et à la souffrance. Jamais une femme n'avait exprimé autant de poésie torturée sur une toile que Frida à cette époque à Détroit."

Les aspirations intellectuelles et artistiques de Frida Kahlo reposent sur l'examen de ses expériences personnelles et l'affirmation de sa propre identité. Elle voulait revenir au Mexique, où sa personnalité était enracinée. Dans ce tableau, l'artiste s'est représentée à la frontière entre deux mondes. L'industrialisation des États-Unis est symbolisée à droite par l'usine Ford de River Rouge, des gratte-ciel et des inventions modernes, tandis que l'ancien Mexique est représenté à gauche par une végétation luxuriante, des objets d'art indigène et une iconographie aztèque. Frida Kahlo se dresse d'un air de défi entre les deux pays, peut-être pour faire valoir le fait qu'elle est à la fois le fruit du monde moderne et de l'héritage ancestral.

La période pendant laquelle Frida Kahlo vit à Détroit est l'une des plus prolifiques de sa carrière. Bien qu'elle n'acquière sa notoriété et son statut d'icône féministe que 50 ans plus tard, elle se rapproche un peu de la célébrité à Détroit.
L'une des premières critiques de son œuvre a été publiée dans le Detroit News. Dans l'article en question, elle se définit comme une artiste indépendante de son mari. Elle fait la déclaration suivante : "Bien sûr, il [Diego Rivera] se débrouille bien pour un petit garçon, mais c'est moi la grande artiste."

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil