Venise vue par Monet

The National Gallery, London

National Gallery, Londres

Monet à Venise
Monet s'est rendu à Venise relativement tard dans sa carrière, au début du mois d'octobre 1908. Il était accompagné d'Alice, sa deuxième épouse, et ils sont restés sur place 10 semaines durant. Invités par Mme Mary Hunter, une dame de la haute société et mécène des arts qui avait rencontré Monet à Londres, ils ont séjourné avec elle au palazzo Barbaro de style gothique pendant deux semaines, avant de se rendre dans un hôtel situé au bord du Grand Canal de Venise.
Architecture Iconique
Monet a attendu une semaine avant de commencer à peindre Venise. Il a ensuite rapidement trouvé un rythme et a peint, au total, 37 toiles représentant les monuments architecturaux de la ville. Il a peint l'emblématique façade gothique du palais des Doges, l'église Santa Maria della Salute de style baroque et la basilique néoclassique San Giorgio Maggiore.

Il a également peint les façades des résidences privées qui longent le Grand Canal : le palazzo Dario, le palazzo Contarini et le palazzo da Mula (représenté ici).

Comme pour ses séries de peintures représentant Londres ou la cathédrale de Rouen, Monet a peint des sujets identiques à plusieurs reprises et a, par exemple, produit six toiles représentant l'église Santa Maria della Salute.

Vues de Venise
Monet a pris ses habitudes : il commençait sa journée en peignant sur la place Saint-Marc et la terminait en travaillant sur le chevalet qu'il avait installé sur le balcon de la suite qu'il occupait au Grand Hotel Britannia. Même si Monet, alors âgé de 68 ans, appréciait le confort de peindre depuis sa chambre d'hôtel, il continuait à peindre à l'extérieur. Il a même peint quelques vues depuis une gondole.

Étant donné qu'à l'époque, Venise devenait une destination de plus en plus prisée par les touristes, il est étonnant de ne voir personne sur les toiles de Monet qui représentent la ville. Ces œuvres revêtent dès lors un caractère surnaturel.

Cette qualité onirique est accentuée par le jeu de lumière sur les éléments architecturaux des bâtiments, et leur reflet dans les canaux et la lagune de Venise.

L'eau ayant occupé une place centrale dans les œuvres de Monet tout au long de sa carrière, c'est sans surprise que l'on voit les canaux de la ville dominer la moitié inférieure de toutes ses toiles.

Plus jeune, Monet avait affirmé qu'il ne se rendrait jamais à Venise, l'une des villes les plus peintes au monde, mais quelques semaines après son premier voyage, il en planifiait déjà un autre. Il avait le sentiment que son premier séjour, relativement court, ne lui avait pas permis de travailler sérieusement. Il considérait d'ailleurs ses toiles de 1908 comme un moyen de se souvenir de la Sérénissime.

Le voyage de Monet à Venise fut le dernier qu'il entreprit en dehors de la France. Après avoir terminé et exposé ses œuvres en 1912, Monet, qui était alors devenu veuf et qui devait faire face à des projets d'envergure alors que sa vue baissait, s'est concentré sur la représentation du jardin d'eau qu'il aimait tant à son domicile de Giverny, en Normandie, où il a séjourné jusqu'à sa mort, en 1926.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil