Frida et « Los Cachuchas »

Instituto Tlaxcalteca de la Cultura

Frida était un membre d’un groupe politique connu sous le nom de « Los Cachuchas », du nom des casquettes à visière qu’ils portaient comme signe de subversion contre la rigidité du code vestimentaire de l’époque.

Contexte historique
En 1922, à l’âge de 14 ans, Frida Kahlo intègre la prestigieuse Escuela Nacional Preparatoria (École préparatoire nationale), située dans l’ancien collège San Ildefonso, un centre intellectuel au cœur de Mexico. Kahlo était l’une des 35 femmes parmi les 2 000 élèves inscrits à l’école : une preuve non seulement de son talent, mais aussi de l’ambition qu’avait son père pour son succès académique.

À l’école, Frida était membre d’un groupe politique connu sous le nom de « Los Cachuchas », du nom des casquettes à visière qu’ils portaient comme signe de subversion contre le code vestimentaire rigide de l’époque. Bien que la composition des « adhérents » à la faction ait été quelque peu informelle, un consensus général suggère qu’il y avait 9 membres clés : Alejandro Gómez Arias (1906-1890), José Gómez Robleda (1904-1907), Manuel González Ramírez (1904-1909), Carmen Jaime, Frida Kahlo (1907-1954), Miguel N. Lira (1905-1961), Agustín Lira (aucun lien avec Miguel), Jesús Ríos Ibañez y Valle et Alfonso Villa.

Dans ses « Memorias de un preparatoriano de siempre » (Souvenirs d’un lycéen de tous les jours) de 1982, Manuel González Ramírez se souvient : « Nous, `Los Cachuchas’, étions anarchiquement heureux, et nous dépensions notre ingéniosité à écrire des vers, allumer des fusées et étudier à notre propre manière. Ai-je dit étudier ? Ce serait un vœu pieux de dire que nous étudiions à cette époque. Nous dévorions des livres sur une variété de sujets, mais surtout de la littérature. » Cependant, qu’ils se concentrent ou non sur leur travail scolaire, presque tous « Los Cachuchas » ont connu la reconnaissance dans leurs professions respectives : en droit (González Ramírez), en politique (Gómez Arias), en médecine (Gómez Robleda), en littérature (Lira), ou dans les arts (Kahlo, Salas), bien que certains soient restés plus célèbres que d’autres.

Le groupe s’est inévitablement séparé, mais Gómez Arias, González Ramírez, Kahlo et Lira sont restés très proches. Des années plus tard, Lira accrocha un grand tableau dans sa bibliothèque, sur lequel étaient compilés de courts poèmes et des dédicaces d’amis lui ayant rendu visite après son retour à sa ville natale de Tlaxcala. Le tableau de bois contient 14 inscriptions lisibles - ainsi qu'au moins trois qui ont disparu avec le temps - entre 1948 et 1950. Parmi celles-ci, les seules signatures « Los Cachuchas » sont celles de Kahlo et González Ramírez.

Le message très personnel de Frida Kahlo demandant à son « frère d’âme » de ne pas oublier « Cachucha n° 9 » comprend un petit autoportrait avec ses cheveux tirés en arrière et cachés sous un bonnet de tissu. Bien qu’il n’y ait pas de date, l’inscription date probablement du 17 août 1948, date à laquelle de nombreuses autres personnes ont également signé le tableau.

Frida et « Los Cachuchas »
Après son accident tragique du 17 septembre 1925, pratiquement confinée dans la maison de ses parents à Coyoacán, Frida Kahlo commence à peindre sérieusement. Elle continue sa relation avec « Los Cachuchas », mais il lui fut sans doute difficile d’accepter la fin de sa prometteuse carrière académique. Ses plus proches amis lui ont rendu visite pendant sa convalescence, il n’est donc pas surprenant qu’elle leur ait donné quelques-unes de ses premières œuvres en cadeau. Alejandro Gómez Arias, le meilleur ami de Frida Kahlo, reçut son premier autoportrait (de 1926) et peut-être également 2 aquarelles.

Lira se vit offrir au moins 4 de ses plus petites œuvres sur papier, ainsi que 2 peintures importantes : son portrait de 1927, et une peinture à l’huile inachevée maintenant connue sous le nom de « Pancho Villa et Adelita ». En dehors de l’une des aquarelles, qui a d’abord été offerte à Salas, Frida Kahlo a donné toutes ces œuvres à Lira elle-même. En 1982, l’Institut de Culture Tlaxcala les a acquis par l’intermédiaire de la famille de Lira.

Ces deux œuvres de Kahlo semblent démontrer que son groupe d’amis menait une vie sociale active dans les cafés, tout comme les célèbres groupes littéraires mexicains de l’époque : les Stridentistes et les Contemporains. Kahlo et ses amis étaient sans aucun doute influencés par les activités et les modes de vie de leurs prédécesseurs intellectuels à l’école préparatoire (Torres Bodet, Pellicer et Villaurrutia, entre autres), qui apparaissaient encore en public à la fin des années 1920. Qu’elles soient réelles ou imaginaires, ces œuvres qui rêvent d’un « Café de Los Cachuchas » explorent la possibilité (perdue) d’une vie sociale, culturelle et intellectuelle riche au cœur de la ville, dont elle se souvient depuis sa petite ville de Coyoacán.

Crédits : histoire

Text: James Oles

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil