Les cultures et loisirs urbains

Mucem

OBJETS PHARES DU MUCEM

Très tôt dans son histoire, le musée s’est intéressé aux cultures urbaines, notamment à travers les arts du spectacle et des loisirs. Le cirque, la fête foraine, les marionnettes sont ainsi des points forts des fonds du musée, qui dispose de quelques chefs-d’œuvre et pièces uniques en la matière. En parallèle, tous les aspects de la vie dite moderne sont représentés, que ce soient les croyances urbaines, l’industrie, la publicité, le tourisme ou la vie politique.

Orgue Limonaire
Vers 1909

Cet imposant orgue mécanique, peint de vives couleurs, au style Art Nouveau affirmé, accompagnait de sa musique entraînante le mouvement d’un grand manège de bois offert à l’ancien musée des arts et traditions populaires par la ville de Nogent-sur-Marne.

Affiche publicitaire pour la voyante Maïna Juan
Avant 1930, Harford

Maïna Juan est une célèbre voyante des années 1920-1930, qui pratiquait dans son cabinet du boulevard Sébastopol, à Paris, diverses techniques de divination. Elle entretenait sa réputation et sa publicité par des affiches, des annonces dans les journaux et l'utilisation d'un homme-sandwich.

Jeu d’oracle du Mage Edmond
Vers 1845

Ce tarot appelé « oracle » a été conçu, dessiné et peint à la main par le mage Edmond (1829–1881), grand voyant du XIXe siècle consulté par les plus grands noms du Second Empire, dont l’empereur Napoléon III lui-même.

Chaque carte porte un symbole la rattachant à l’un des sept astres fondamentaux dans la voyance du mage (le soleil, la lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne) ainsi qu’un dessin symbolisant une force ou une action qui influence la vie.

On y trouve des symboles classiques du tarot comme la tour, certains étant inspirés de l’Antiquité, notamment égyptienne, très en vogue en France au XIXe siècle.

Le nom d’Edmond est inséré dans le dessin sur quatre cartes. Par exemple, sur « la nativité », il est inscrit sur un parchemin comme en signature sous un carré zodiacal.

Automate flûtiste
1878, Alexandre-Nicolas Théroude

Alors que la position de cet automate s'inspire d’une statue antique en marbre du Louvre, un faune jouant de la flûte, l’enveloppe décorative prend, pour satisfaire aux goûts exotiques de la clientèle de l'époque, l’apparence et la couleur des sujets de l'Empire colonial français, alors à son apogée. Il possède un orgue mécanique à cylindre dans la poitrine, et donne l’illusion du jeu du flûtiste.

Marionnette de Saint-Antoine
1898

Cette marionnette à gaine fait partie d’un ensemble qui jouait la Tentation de saint Antoine au Théâtre du Vrai Guignolet, dans le jardin des Champs-Elysées à Paris. La Tentation est une pièce très populaire dont on connaît plusieurs versions mais qui suit toujours la même trame : le saint, par son humilité et les conversions qu’il opère, provoque la colère du roi de l’enfer.

Automate de voyance "Les tarots"
1re moitié du 20e siècle

Cet automate, pour la modique somme de 2 francs, était censé révéler à l’utilisateur son chiffre porte-bonheur et le jour de la semaine qui lui serait favorable. On y reconnaît un sphinx et des pyramides d’Egypte, une image fréquemment mobilisée dans la voyance depuis le 19e siècle.

Dans l’imaginaire occidental, ces figures évoquent des savoirs anciens et mystérieux, comme la garantie d’une prédiction de qualité.

Costume de torero
1950

Acquis en 1960 par Georges Henri Rivière, fondateur du musée des Arts et Traditions populaires, ancêtre du MuCEM, cet habit de lumière, nom donné en espagnol au costume de torero (« traje de luces ») est venu enrichir la très riche collection textile de l’institution.

Crédits : histoire

© Mucem 2017

Cette exposition virtuelle a été réalisée par les équipes du Mucem
Explorez les collections du Mucem

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil