Les amours de Gombault et Macé

Château du Moulin

La Noce se prépare. Gombault accueille Macé qui arrive avec son père et un témoin.

On pense, sans avoir la preuve formelle, que l'auteur serait "Henri Baude" auteur du XVè siècle, contemporain de François Villon, qui a laissé un recueil de poèmes "Dicts moraux pour mettre en tapisserie".

Henri Baude était compagnon de Charles VIII comme Philippe du Moulin.

La légende dit que cette tenture représente le mariage de Charles VIII et d'Anne de Bretagne (1491). Ceci s'appuie sur les éléments suivants : Macé porte une couronne et les costumes portés par les mariés sont plus élégants et plus raffinés que les costumes portés à cette époque par les bergers et bergères.

Gombault est très richement habillé d'une chamarre brodée, des fleurs à son chapeau. Son témoin apporte le vin dans une belle aiguière. Il porte les mêmes fleurs à son chapeau.

Macé, la fiancée arrive accompagnée par son père qui a la dote dans sa bourse. Macé porte une élégante robe richement brodée, des bijoux et une couronne.

Les poulaines, chaussures du Moyen-Age ont été portées jusqu'à la fin du XVe siècle. La longueur et la courbure du bout de la chaussure indiquait la qualité de la personne qui les portait.

Magot prépare la table. Elle y installe la nappe tandis que l'autre servante apporte un plat de côtelettes.Toutes deux portent les mêmes fleurs que Gombault sur leurs coiffes.

"Margot il se fault despescher que tout soit prest pain vin et chair..."

Alors que les viandes tournent sur la rôtissoire devant un grand feu, le cuisinier chasse le chien qui a renversé une marmite.

"Fit aprocher Mastin pour le pot espancher et gaster tout vostre potage..."

Deux musiciens accompagnent la fête au son d'une cornemuse flamande, d'une flûte à 3 trous et d'un tambour à main.

Ces instruments étaient joués par les "tambourinaires", largement répandus en France, entre le XIIè et le XVè siècles. Accrochés dans l'arbre un tonnelet et une gourde.

Château du Moulin
Crédits : histoire

Les Amours de Gombault et Macé furent tissées par de nombreux ateliers. La suite de 9 tapisseries tissées au XVI ème dans un atelier brugeois pour les huit premières pièces et à Aubusson pour la dernière, la plus connue, se trouve au Musée de St Lô.

Deux autres tapisseries, "La Danse" et "La Noce" se trouvent à Bruges, au Gruuthuse Museum. Elles présentent les mêmes caractéristiques que celle du Château du Moulin. Toutefois elles sont entourées d'une bordure où l'on retrouve des cornemuses en trophée.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil