Manifestation de femmes contre les lois sur les laissez-passer

Africa Media Online

"Wathint 'Abafazi, Wathint' imbokodo : frapper une femme, c'est comme frapper un rocher"

Le 9 août 1956, dans le cadre de la campagne contre les lois sur les laissez-passer, 20 000 femmes de toutes races, dont certaines avec leur bébé sur le dos, sont arrivées en provenance de villes, de villages et de réserves pour adresser une pétition au premier ministre d'Afrique du Sud au siège du gouvernement à Pretoria. Le premier ministre, M. Strijdom, n'était pas là. La pétition réclamait l'abolition des lois sur les laissez-passer.

La manifestation était organisée par la Fédération des femmes sud-africaines (FEDSAW). Faisant valoir que la femme a sa place partout, l'organisation s'est illustrée en contestant l'opinion commune qui veut que la place de la femme soit dans la cuisine.

La manifestation était dirigée par Lilian Ngoyi, Helen Joseph, Albertina Sisulu et Sophia Williams-De Bruyn.

Après avoir remis la pétition au secrétaire du premier ministre, les femmes ont entonné un chant de liberté : Wathint` abafazi, Strijdom ! Depuis lors, le slogan "wathint' abafazi, wathint' imbokodo" (frapper une femme, c'est comme frapper un rocher) est devenu l'hymne symbole de la lutte des femmes en Afrique du Sud.

En commémoration de la manifestation, l'Afrique du Sud célèbre la journée nationale de la femme chaque 9 août depuis 1995.

Lors de la journée de la femme qui a eu lieu en 2009, une reconstitution de la manifestation a été organisée à l'occasion du 50e anniversaire. Beaucoup d'anciennes de la manifestation de 1956 participaient à l'événement.

Les femmes se rassemblent en ville et attendent que la manifestation commence.
La manifestation est en marche !
Près du siège du gouvernement à Pretoria
Le siège du gouvernement abrite le bureau du premier ministre.
Les femmes se rassemblent devant le bureau du premier ministre.
Les femmes déposent la pétition dans le bureau du premier ministre.
Présence policière pendant la manifestation
Femmes chantant à l'unisson : "Wathint' abafazi, wathint' imbokodo !"
Crédits : histoire

Photographs — Baileys African History Archive
Text — Baileys African History Archive and Africa Media Online

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil