Visitez le domaine

Château de Talcy

 Découvrez ce château agricole édifié au XVIe siècle au destin marqué par les poètes.

Les extérieurs
Le château de Talcy, vieille demeure seigneuriale du Val de Loire, dresse sa silhouette aiguë et élancée au cœur de la plaine céréalière beauceronne.Construit en partie au XVIe siècle, il conserve des éléments traditionnels de fortification, sans réelle fonction défensive. Sobre et élégant, ce monument se montre avec une absence d’ostentation qui accentue cette impression d’archaïsme, tout en faisant le lien avec l’architecture de la Renaissance.

La façade d'entrée

La façade d’entrée sur rue, orientée à l’est, massive avec sa tour porche, devait se compléter d’une aile à l’ouest. Elle a fait l’objet d’une campagne de travaux pour agrandir les percements et ainsi conférer plus de lumière aux espaces intérieurs.

>> Cliquez sur l'image pour vous déplacer dans l'image et observez cette façade sous tous les angles !

La tour-porche
La tour-porche du XVe siècle, cantonnée de tourelles et son couronnement de chemin de ronde avec ses créneaux et ses mâchicoulis, lui donnent un aspect fermé et défensif, rappelant que Bernard Salviati avait obtenu du roi l’autorisation de fortifier sa résidence.

Entrée sur la cour d'honneur

Du passage par la porte cochère, le regard embrasse l’enfilade d’espaces jusqu’au bois de Talcy.

>> Cliquez sur les flèches pour pénétrer dans la cour d'honneur !

Le revers de la façade d'entrée
Trois tourelles polygonales, sur les quatre d’origine ajoutées au XVIe siècle, sont conservées. En 1723, l’incendie controversé d’un corps de logis adjacent à la tour a détruit la quatrième tourelle dont on voit encore les traces d’arrachement.

La cour d'honneur
Chaque cour et l’ensemble des jardins sont clos de hauts murs en pierre percés de grandes portes en fer forgé dans l’axe de la tour-porche.

Le puits
Le puits du XVIe siècle assurait l’autonomie en eau potable du château. Construit en pierre de Beauce, il est coiffé d’un dôme charpenté supporté par trois colonnes toscanes en tuffeau. Profond de 24 mètres, il est orné de roses dites Pierre de Ronsard en souvenir des amours du poète avec Cassandre Salviati, fille du premier propriétaire des lieux. Le bassin du XIXe siècle qui le jouxte servait à stocker l’eau pour la journée.

La basse-cour
La maison du régisseur se situe devant le pigeonnier dans la basse-cour. Avant de devenir une résidence permanente sous les Stapfer, le régisseur se chargeait de la gestion du domaine (organisation du travail, perception des ventes, vente des produits de la ferme) en l’absence des propriétaires.

>> Une visite de la basse-cour ?
Cliquez sur l'image !

Le pigeonnier
Élément architectural majeur et l’un des plus importants de la région, le pigeonnier, haut de 30 mètres de 9,10 mètres de diamètre, abritait 3 000 pigeons dans les 1 490 trous de boulin. Les pigeons et leurs œufs étaient destinés à la consommation et la fiente utilisée comme engrais naturel.

Le pressoir du XVIIIe siècle, dont la conception se rapproche des machines civiles de Léonard de Vinci, permettait de produire 25 000 litres de vin par an.

La galerie extérieure
Donnant accès au corps de logis, la galerie aux arcades surbaissées dites en anses de panier a été construite pour Bernard Salviati. Les éléments décoratifs indiquent une intégration balbutiante du vocabulaire de la première Renaissance.

Les intérieurs
Rez-de-chaussée

L'office
L’office possède un remarquable plafond peint orné des chiffres des personnalités amis et familles des Salviati, seul a été identifié le YS entremêlé d’Isabelle Salviati. Au XVIIIe siècle, le potager sert à réchauffer les plats qui arrivent de la cuisine.

La cuisine
Dans la cuisine, la très belle cheminée à arcades du XVIIIe siècle, modifiée pour y adjoindre un système de rôtisserie, côtoie la table sur laquelle avait été jeté le corps ensanglanté du poète Théodore Agrippa d’Aubigné en 1572 à la suite d’une rixe lors des guerres de Religion.

>> N'hésitez pas à faire un tour dans la cuisine en cliquant sur l'image !

L'antichambre
Elle possède un poste de tir pour couleuvrine qui permettait de défendre la cour d'éventuelles attaques.

La chambre Charles IX
Charles IX, comme sa mère Catherine de Médicis, n’a jamais logé dans cette chambre qui n’était pas construite lors de son passage. La dénomination est un hommage à leur venue en 1562.
Avec ses textiles en point de Hongrie et ses boiseries, la chambre présente un décor typique du XVIIe siècle avec des modifications architecturales visant à rendre la vie au château plus confortable.

>> Baladez-vous au rez-de-chaussée du château de Talcy en cliquant sur l'image !

Les intérieurs
Premier étage

La chambre de Catherine de Médicis
Chambre d’Isabelle Salviati au XVIIe siècle, elle a été refaite sous les Burgeat dans un décor XVIIIe parfaitement préservé. On y trouve un charmant écritoire destiné aux dames en marqueterie de bois de rose dit « bonheur du jour ».

La chambre du Général Chanzy
Si le Général Chanzy y a peu séjourné, on notera la présence d’une table à tronchins pour lire les cartes et un étonnant petit meuble de toilette à système escamotable et convertible avec son bidet.

Le cabinet de toilette
Reconstitution d’une salle de bain au XIXe siècle, on y trouve une baignoire avec son drap dit de crasse.

Le petit salon
Ce charmant petit salon qui faisait partie des appartements privés de Madame Stapfer comprend une très belle suite de mobilier et de fauteuils à la Reine ainsi qu’une exceptionnelle paire de vases japonais en porcelaine laquée de forme cornée du XIXe siècle.
>> Explorez le petit salon en cliquant sur l'écran !

La salle à manger
Cette rarissime salle à manger du milieu du XVIIIe siècle authentique du sol au plafond est tendue de toile de lin peinte à motifs d’indiennes. Autour de la table se réunissait le cercle des amis illustres de la famille Stapfer de passage à Talcy : Stendhal, Delacroix, Mérimée, Arago, Thiers...

Le salon de compagnie
Occupant l’étage de la tour-porche et seule pièce comportant de larges ouvertures percées dans les deux façades, ce salon rappelle par sa décoration le salon de Marie-Antoinette au Trianon à Versailles. Il offre une magnifique perspective sur les jardins conformément au goût rousseauiste vers la nature. Entre les deux croisées, est installée une exceptionnelle et rarissime commode dite des Indes en bois laqué à décor chinois par l’ébéniste Jean Demoulin.

>> Baladez-vous dans le salon de compagnie

Château de Talcy
Credits: Story

Cette exposition virtuelle a été réalisée par les équipes du Centre des monuments nationaux, avec la contribution des équipes du Château de Talcy, l’appui des équipes du pôle images et la coordination du pôle numérique.
Les images sont extraites de Regards - Banque d’images des monuments © Centre des monuments nationaux

Credits: All media
The story featured may in some cases have been created by an independent third party and may not always represent the views of the institutions, listed below, who have supplied the content.
Translate with Google
Home
Explore
Nearby
Profile