Monet : le village et le pittoresque

The National Gallery, London

National Gallery, Londres

Monet et la Normandie
Né à Paris, Claude Monet (1840 – 1926) a grandi en Normandie, une région du nord de la France dotée d'une riche histoire médiévale, de nombreux bâtiments historiques et d'une campagne pittoresque.

Jeune homme, il a assimilé le concept de paysage "pittoresque", un principe né en Angleterre au XVIIIe siècle, qui permet de révéler une beauté singulière de vieux bâtiments dans des cadres rustiques. Monet a peint la côte, la campagne et les villages de Normandie tout au long de sa carrière, ponctuée de voyages dont la destination était toujours de plus en plus éloignée.

Les Pays-Bas
Monet recherchait souvent l'esthétique pittoresque de sa région natale lors de ses voyages tant dans le Sud de la France qu'à l'étranger, notamment à Londres, à Venise et aux Pays-Bas.

Relativement tôt dans sa carrière, en 1871, Monet a résidé à Zaandam, une ville au nord d'Amsterdam, pendant quatre mois.

Quelques années plus tard, il est retourné aux Pays-Bas pour découvrir Amsterdam.

Comme de nombreux visiteurs, il a été captivé par les maisons colorées et les moulins à vent parsemés à travers le pays. Il en a d'ailleurs repris les formes et les couleurs si particulières dans ses compositions.

Vétheuil
En septembre 1878, Monet et sa jeune famille ont déménagé à Vétheuil, un village de Normandie en bord de Seine situé à 90 kilomètres au nord-ouest de Paris.

Monet a loué une maison dans ce village qu'il allait peindre, avec son imposante église romane datant du XIIIe siècle et la campagne qui l'entoure. L'image Street View ci-dessus indique l'endroit exact depuis lequel Monet a peint l'église.

L'artiste a représenté cet endroit à différentes saisons, que ce soit éclairé par le doux soleil printanier ou recouvert par la neige hivernale. Il s'est concentré sur les grands espaces, en accordant une importance particulière aux effets spécifiques de la lumière et des conditions climatiques.

Varengeville
Dans les années 1880, Monet a poursuivi son chemin à travers la France. En 1882, il a passé deux longues périodes sur la côte normande, à l'ouest de Dieppe.
À Varengeville, il a peint à plusieurs reprises la petite église Saint-Valéry, datant du XVIe siècle, ainsi qu'une petite maison donnant sur la mer. Le rouge des briques de cette dernière contraste avec le vert de la verdure qui l'entoure. Non seulement ces bâtiments côtiers sont pittoresques, mais leur exposition aux éléments ajoute également un aspect psychologique aux œuvres de Monet.
La Riviera
À la recherche d'une lumière plus vive, Monet s'est rendu dans la Riviera franco-italienne, profitant du développement du réseau ferroviaire européen pour voyager vers la Méditerranée.

En 1884, alors qu'il travaille sur la côte, Monet est attiré par les vues pittoresques qui s'offrent à lui depuis l'autre côté de la frontière avec l'Italie. Cette magnifique illustration d'un pont datant du XVe siècle, situé à Dolceacqua, en témoigne.

Giverny
Dans les années 1890, Monet a pensé et bâti les jardins de fleurs et d'eau, aujourd'hui célèbres, à son domicile de Giverny.

Horticulteur passionné, Monet a déclaré concernant la création de ce lieu : "Il ne s'agit là que d'une chose d'agrément et pour le plaisir des yeux, et aussi d'un but de motif à peindre". En faisant dévier l'Epte, un affluent de la Seine, de sorte que cette rivière traverse sa propriété, Monet a transformé un terrain marécageux situé de l'autre côté des rails de chemin de fer en un jardin d'eau. Ce dernier renferme un étang au-dessus duquel l'artiste a fait construire un pont d'inspiration japonaise. Son jardin de Giverny a constitué le sujet central de ses œuvres jusqu'à sa mort, en 1926.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil