1960 – 1993

Les grandes expositions des Galeries nationales 

Rmn - Grand Palais

Le début des années 1960 marque la fin d'une époque : le dernier Concours hippique a eu lieu en 1957, le Salon des Arts ménagers et celui de l'automobile se sont délocalisés en 1960 et 1961. S'ouvrent aux  Galeries nationales les grandes rétrospectives artistiques.

Depuis plus de cinquante ans, les Galeries nationales du Grand Palais accueillent des expositions artistiques fréquentées par des millions de visiteurs chaque année.

Les Galeries nationales
En 1963, André Malraux, ministre d'État chargé des Affaires culturelles, lance un plan de réaménagement afin de réaliser des espaces destinés à accueillir de grandes expositions temporaires. Après d'importants travaux, les Galeries nationales ouvrent en 1966 avec une exposition évènement : un hommage à Pablo Picasso pour son 85e anniversaire.

La rétrospective est sans précédent : 1 000 oeuvres venues de musées et de collections du monde entier.
Le record d'affluence est atteint avec près de 6 200 visiteurs par jour. En trois mois, 423 000 visiteurs se déplacent.

1970. Deux centenaires
1970 marque le centième anniversaire de la naissance de Lénine. La date est commémorée en URSS… et au Grand Palais ! L'initiative revient au ministère de la Culture de l'URSS. L'exposition a pour objectif de présenter « la vie et l’œuvre » de Lénine, « dirigeant de la grande révolution socialiste d'octobre 1917, créateur du premier État socialiste sur la terre, guide de tous les travailleurs, homme de pensée et d'action ». L’exposition a peu de succès ; même si le contexte est à l’apaisement entre la Russie et l’Europe, les évènements du Printemps de Prague de 1968 sont dans les mémoires. Hasard du calendrier, en septembre de la même année le Grand Palais célèbre un autre centenaire : la naissance du peintre Henri Matisse. L’exposition est un hymne à la couleur et à l’imaginaire. Les visiteurs sont un peu plus de 347 000.
Scandale et politique
Le matin du 16 mai 1972, la police bloque l'accès aux Galeries nationales. L'exposition "Douze ans d'art contemporain en France, 1960-1972" va être inaugurée, mais certains artistes manifestent. Une banderole dénonce « un art au service du pouvoir ». Lorsque les manifestants tentent de forcer l'entrée, ils sont repoussés sans ménagement. Un groupe installe un sit-in dans le hall d'accueil et les officiels sont obligés de les enjamber.

L'exposition est née du souhait du président Georges Pompidou, un passionné d'art moderne. Sa mise en œuvre fait polémique : un premier projet listait environ 300 artistes toutes tendances confondues, mais la plupart refusent l'invitation par crainte de récupération politique - Mai 68 est encore dans les esprits. Au final, le catalogue compte 75 personnalités et le collectif des Malassis. Le 17 mai 1972, 31 d'entre elles signent un texte condamnant l'intervention musclée de la police. Par solidarité, cinq artistes et les Malassis décrochent leurs œuvres. Un plasticien retourne sa toile, un autre laisse la sienne accrochée mais la macule de fromage odorant.

1789-1989
1989. La France célèbre le bicentenaire de sa révolution. Au Grand Palais, l'évènement est marqué par une exposition aux Galeries nationales intitulée "La Révolution française et l’Europe, 1789-1799" et un spectacle sous la nef confié au chorégraphe Maurice Béjart.
Les expositions innovent
Les nouvelles technologies se mettent au service de l’accueil des publics : l’exposition Toulouse-Lautrec, événement phare des années 90, marque les débuts de la réservation des billets d’entrée à distance pour diminuer les files d’attentes. Les produits dérivés font un boum. Le catalogue est tiré exceptionnellement à 100.000 exemplaires en quatre langues (français, anglais, italien, espagnol). Un énorme tipi est dressé au dessus de la fontaine du square Jean Perrin servant de boutique, de café et de salle de spectacle. Le succès est au rendez-vous, l’exposition est prolongée d’une semaine. Près de 700 000 visiteurs sont venus la voir.
Crédits : histoire

Nous souhaitons remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à la conception de ce parcours Grand Palais et celles qui ont apporté gracieusement leur(s) information(s) et documents reproduits.
La Réunion des musées nationaux-Grand Palais

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil