2005 – 2015

Entrée dans le XXIe siècle

Rmn - Grand Palais

« Plus qu'une réouverture, c'est une renaissance. » Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture et de la Communication

La réouverture de la nef
Après cinq ans de travaux, la nef du Grand Palais rouvre ses portes en septembre 2005 lors des Journées du Patrimoine. Le spectacle est à la mesure de l'événement. Tout l'espace est paré de jeux de lumières colorées qui se démultiplient à l'aide de miroirs inclinés. La voûte de la nef et le ciel se reflètent sur le sol. Une composition sonore mêlant musique ancienne et sons de la nature crée une ambiance contrastée. 
Les globes de Coronelli
Dans cette atmosphère poétique, deux magnifiques globes sont suspendus à la voûte. L'un représente le ciel et l'autre la terre. Ils ont été réalisés à la demande de Louis XIV à un moine de Venise, Vincenzo Coronelli, le géographe le plus célèbre de son temps. Le religieux est venu suivre leur exécution à Paris entre 1681 et 1683. Chacun pèse 2 tonnes et fait 5 mètres de diamètre ! 

Ils sont présentés au Grand Palais, en septembre 2005, lors des journées du patrimoine.

Le Grand Palais en fête
Quelques mois après sa réouverture, la nef prend des airs de fête foraine. C'est Jours de Fêtes ! Au centre, une grande roue de 30 mètres de haut offre une vue extraordinaire sur Paris aux visiteurs. 

Les petits et les grands s'amusent et déambulent au milieu des manèges, profitant des attractions et des stands de friandises.

Sous la plus grande verrière d’Europe, une grande patinoire accueille sportifs, amateurs ou simples visiteurs pour une expérience féérique inoubliable.

La FIAC
Fidèle à sa première fonction de palais des Beaux-Arts, dès octobre 2006, il accueille la Foire internationale d'art contemporain. 

La Fiac, édition 2012

Monumenta
Monumenta est né d'une idée étonnante : inviter un artiste contemporain à créer une oeuvre conçue pour la nef. En 2007, Anselm Kiefer, peintre et sculpteur allemand, est le premier à accepter le défi avec son oeuvre "Chute d'étoiles" ("Sternenfall"). En 2008, l'artiste américain Richard Serra présente "Promenade". L'œuvre est composée de cinq plaques d'acier, chacune mesurant 17 mètres de haut et 4 mètres de large, pour un poids de 75 tonnes.

En 2010, Christian Boltanski investit la nef avec son oeuvre intitulée "Personnes".
En 2011, Anish Kapoor crée "Leviathan". Cette sculpture monumentale en PVC gonflé est un véritable choc esthétique et poétique.

En 2012, Daniel Buren présente l'œuvre "Excentriques, Travail in situ".

Une exposition ouverte jour et nuit
Déjà en 1966, l'exposition consacrée à Picasso avait rencontré un immense succès. À l'hiver 2009, l'exposition confronte l’artiste aux maîtres qu'il admire : Ingres, Manet, le Greco, Velázquez, Goya... un parcours dense de 210 œuvres. Le succès de cette exposition hors-norme oblige à élargir les horaires : pendant son dernier week-end, elle sera ouverte 24 heures sur 24. 

L'expérience se renouvelle en 2010 pour l'exposition Claude Monet, puis d'autres par la suite.
Dehors, dans le froid, les files d'attente sont longues : jusqu'à quatre heures pour les courageux sans réservation. Des boissons chaudes sont distribuées toute la nuit. Ainsi, 47 949 amateurs se déplacent en quelques heures.

UN MILLION DE VISITEURS POUR CLAUDE MONET

L’exposition « Claude Monet (1840-1926) », est organisée aux Galeries nationales du Grand Palais, du 22 septembre 2010 au 24 janvier 2011, par la Rmn-Grand Palais et le musée d’Orsay. Elle retrace la carrière de l’artiste de ses débuts aux ultimes tableaux du cycle des Nymphéas. Près d’un million de visiteurs y a été accueilli.

Le salon d'Honneur
Ce magnifique espace de 1 200 m2 et 17 mètres de haut doté d'une superbe verrière et d'un parquet de chêne clair a retrouvé sa superbe après deux années de travaux. Conçu en 1900 par l'architecte Louvet, il fut à son ouverture l'un des lieux préférés du Tout-Paris pour ses expositions ou ses événements mondains.
Paris Photo
Paris Photo, le rendez-vous international de la photographie, est accueilli en novembre sous la nef du Grand Palais. Chaque année, plus d'une centaine de galeries venues d'une vingtaine de pays montrent la richesse et la vitalité de la création photographique historique et contemporaine.
La mode
L'une des meilleures ambassadrices de la France, la mode, s'expose régulièrement au Grand Palais. Écrin exceptionnel pour accueillir les créations des plus grandes maisons de couture, le Grand Palais s’est imposé comme l’un des lieux incontournables de la Fashion Week parisienne. Sous la lumière incomparable de la Nef, dans les espaces du salon d’Honneur ou de la Galerie courbe, des vêtements de rêve deviennent les vedettes de mises en scène spectaculaires. 
Les butineuses du Grand Palais
En mai 2009, deux ruches d'environ 60 000 abeilles sont installées sur le toit du Grand Palais. En 2011, trois autres ruches sont ajoutées. Les abeilles butinent probablement dans le jardin des Tuileries en compagnie de celles des ruches de l'Opéra Garnier.

Le coin des ruches sur le toit du Grand Palais.

Le retour des belles voitures
Le Grand Palais, qui a accueilli le Salon de l'auto de 1901 à 1961, retrouve les belles voitures. Depuis 1992, l’organisateur Peter Auto trace un parcours traversant l’Hexagone parcouru par des automobiles historiques (de 1951 à 1973) qui sont exposées sous la nef la veille de leur départ.

Les plus belles voitures de collection au Grand Palais, en 2012

Le Saut Hermès
Depuis 1957, le Grand Palais n'accueillait plus de Concours hippique. Depuis 2010, les chevaux et les cavaliers ont repris possession des lieux. 

Chaque année, la maison Hermès organise un concours de saut d'obstacles et renoue avec la tradition des premiers jours de la nef.

Visitez la nef du Grand Palais!

Crédits : histoire

Nous souhaitons remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à la conception de ce parcours Grand Palais et celles qui ont apporté gracieusement leur(s) information(s) et documents reproduits.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil