La Fête des Lumières 2016

Une Fête des lumières depuis 1643
Le 8 décembre de chaque année, la ville de Lyon s’illumine. L’ensemble des monuments et des lieux emblématiques de la ville est le théâtre de spectacles de lumière. La Fête des Lumières tire son origine de l’épidémie de peste qui ravagea le sud de la France en 1643. Les échevins et personnalités publiques de Lyon avaient promis de rendre hommage à la Vierge Marie si la ville était épargnée, et elle le fut. Le 8 décembre 1852, une statue érigée en son honneur fut dévoilée. Depuis lors, chaque année, les Lyonnais disposent des lumignons (des bougies dans de petits supports en verre) sur leurs appuis de fenêtre.
La Place Bellecour
La place Bellecour se trouve au cœur de Lyon. Elle était autrefois occupée par les jardins de l’archevêque, et s'appelait alors « Belle Cour ». Le spectacle de 2016, « Un songe forain », était inspiré par diverses traditions foraines, des plus anciennes aux plus modernes. La projection sur la grande roue d'une représentation symbolique sur ce thème fut l'un des principaux spectacles de lumière qui ont eu lieu place Bellecour.  

La grande roue

Des images ont été projetées sur une bâche tendue en travers de la roue pour célébrer ce monde virevoltant : manèges, marchands de bonbons, lanceurs de couteaux, rois de l’évasion et autres attractions foraines.

Les créateurs

Cette évocation haute en couleur d’un monde joyeux a évoqué pour de nombreuses personnes des souvenirs d'enfance. Ce projet créé par Nathanaelle Picot a été sponsorisé par plusieurs entreprises, parmi lesquelles MiniWorld Lyon, le parc miniature de Lyon.

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste
Cette cathédrale, l’un des monuments emblématiques de la vieille ville, a été édifiée entre 1150 et 1450. Chaque année, à l’occasion de la Fête des Lumières, des jeux de lumière y racontent l’histoire de sa construction ou évoquent des thèmes médiévaux illustrant l’époque à laquelle elle a été édifiée.

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Cette cathédrale présente de multiples facettes : à chaque période de l’histoire, sa structure fut modifiée. Durant la fête des Lumières, l’ouvrage de pierre se métamorphose sous l’effet des pixels. Cette reconstruction par la lumière offre un nouveau regard sur la cathédrale.

Technique

Les créateurs Yann Nguema et EZ3kiel se sont détachés de l’édifice de pierre pour le faire ressurgir en papier, soie, acier, lumière et énergie… Projections, éclairages, lasers et musique permettent de créer plusieurs « évolutions » des plus poétiques.

La cour intérieure de l’Hôtel de Ville
L’Hôtel de Ville a été construit au 17e siècle. Les différentes parties de l’édifice sont distribuées autour d’une cour intérieure ouverte au public à certaines occasions, notamment lors de la Fête des Lumières. Cette année, la cour a accueilli une installation nommée « Platonium », qui a apporté une touche de modernité à ce cadre architectural classique.

Platonium

Créée par le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), cette œuvre représente les défis environnementaux de l’espace et du temps, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, du matériel à l’immatériel, de la recherche à l’instinct. Elle associe l'art et la science.

La création

Eric Michel and Akari-Lisa Ishii ont créé un lustre monumental à l’aide de bandes lumineuses. La lumière a été reflétée en plaçant un miroir au sol, donnant ainsi une dimension supplémentaire à l’œuvre.

La place des Terreaux
Cette place élégante est entourée de bâtiments importants. En son centre se trouve une fontaine, œuvre du sculpteur français Bartholdi qui conçut la statue de la Liberté. La place est située entre Rhône et Saône. Chaque année, durant la Fête des Lumières, elle accueille une œuvre lumineuse qui, très souvent, est la préférée du public ou remporte le Trophée des Lumières, attribué chaque année à la plus belle installation de l’événement.

Le palais Saint-Pierre

Ce bâtiment, qui occupe le côté le plus long de la place, reçoit chaque année des installations monumentales. L’œuvre « Sans dessus, dessous » nous a transportés dans le monde fantastique de Jules Verne, du centre de la Terre au pôle Nord !

La façade de l’Hôtel de Ville

Ce voyage imaginaire sur le thème du dérèglement climatique raconte l’histoire d’un savant fou, responsable du climat et des océans, à la poursuite de la chouette qui a déréglé sa machine. C’était l’une des principales installations de la Fête des Lumières.

Le Théâtre des Célestins
La place des Célestins tire son nom de l’ordre religieux du même nom. Le monastère qui fut installé par des Célestins sur ce site qui appartenait initialement aux Templiers (ordre religieux militaire ), subsista pendant plus de 400 ans. Rénovée de nombreuses fois, cette place accueille aujourd’hui des habitations et des boutiques, ainsi que le théâtre des Célestins, qui a ouvert ses portes en 1792.

Le Cœur

Une animation lumineuse en forme d’énorme cœur rouge, intitulée Coups de cœur, a été installée devant le théâtre, sur la place des Célestins. Trois soirs de suite, la ville et ses amoureux ont vibré à l’unisson de ce symbole d’amour.

Le concept

Les couples étaient invités à poser la main sur une console, qui captait leur rythme cardiaque et, comme un juke-box, jouait une chanson d’amour résonant dans le cœur des passants. Cette installation était donc décorative, mais aussi interactive et romantique.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil