1937

Le palais des arts s'ouvre aux sciences: Le Palais de la découverte

Rmn - Grand Palais

Le Palais de la découverte occupe depuis 1937 le palais d'Antin situé à l'ouest du Grand Palais.

Il est temps pour le Palais des arts de s'ouvrir aux sciences. Né d’une triple rencontre entre Jean Perrin, le Front Populaire et l’Exposition internationale de 1937, le Palais de la découverte s’inscrit pleinement dans ces espérances républicaines.

L’aile ouest du Grand Palais, le palais d’Antin, abritera ce projet. Conçu à l’origine comme une exposition temporaire, en préfiguration d’un grand musée des sciences à Paris, le Palais de la découverte accueille 222 500 visiteurs entre mai et novembre 1937.

Conforté par ce succès, le Palais de la découverte sera pérennisé en 1938, dans son implantation comme dans sa vocation.

Extrait de : Les Merveilles d’un Palais, EPPDCSI, 2014

Pour Jean Perrin, Sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale, chargé de la Recherche scientifique (1936-1937) et Prix Nobel de physique en 1926, cette nouvelle ère de progrès doit être celle de tous, en montrant la science dans la réalité de ses expériences et de sa réalisation.

Conçu dans un esprit rationaliste, moderniste et géométrique, un décor de coffrage en contreplaqué, stuc et vélum encadrera la façade, les ornements classiques, les escaliers monumentaux des halls latéraux et l’intérieur du palais d’Antin de 1937 à 1985.

Aujourd’hui, cette partie ouest du Grand Palais, son univers architectural et ses décors sont à nouveau apparents.

L’aménagement général du Palais de la découverte est confié aux architectes Germain Debré, expert du domaine de l’architecture des laboratoires, Armand Néret et Maurice Boutterin, assistés de Nicolas Kristy en collaboration avec André Léveillé, directeur du Palais de la découverte, de 1937 à 1960.

Dès 1949, le Palais de la découverte entame la rénovation de ses espaces d’expositions permanentes en lien avec les actualités d’après-guerre.

Avec la volonté de présenter et expliquer les découvertes scientifiques, il expose une série de panneaux sur les conséquences de l’occupation allemande sur la santé de la population française.

Cette rénovation touche les salles consacrées à la médecine et la biologie. L’intention est alors de présenter les statistiques et comptes-rendus médicaux en apportant également des conseils de santé publique sur le dépistage de certaines maladies.

LE PLANÉTARIUM

En 1937, l’une des attractions majeures s’installe sur les bords de Seine, c’est le planétarium.

L’appareil est mis en place par la société Zeiss, sur le modèle du planétarium situé au musée des Sciences de Munich. Le succès est considérable et les séances de présentation du ciel se succèdent toutes les heures de 10 heures à 19 heures.

L’exposition internationale terminée, le planétarium est démonté et stocké dans les sous-sols du Conservatoire national des arts et métiers pendant près de quinze ans.

En 1951, il est décidé de son installation dans le hall d’Antin du Palais de la découverte. Cinq mois de travaux sont nécessaires avant l’inauguration le 27 juin 1952, en présence du Président de la République, Vincent Auriol.

Le planétarium est donc le même que celui de 1937 et restera en service jusqu’en 1979. A la fin des années 1970, un nouveau planétarium sera installé au premier étage du Palais, dans l’ancienne salle de l’Univers.

Cette décision est une conséquence directe du classement par les Monuments historiques du hall d’Antin. Abandonnant une coupole de 23 mètres de diamètre pouvant accueillir 370 personnes, la nouvelle salle de projection mesure désormais 15 mètres de diamètre et dispose de 208 places.

En 1997, un troisième planétarium est installé: le Stramaster.

Extrait de : Sébastien Fontaine, Les coulisses du planétarium, Découverte, n° 362, p. 55

LE PREMIER PAS DE L'HOMME SUR LA LUNE

À l’occasion du premier alunissage, le Palais de la découverte propose dès le 20 juillet 1969, une série d’événements autour de la mission Apollo XI, ...

... en coopération avec l’ambassade des Etats-Unis, l’ORTF et les sociétés IBM, Kodak, Marcel Hamelle, Philips et Zeiss.

Dimanche 20 juillet et lundi 21 juillet, il ouvre ses portes avec entrée libre jusqu’à minuit.

Au programme, des projections sur grands écrans et télévisions couleurs, des opérations et des actualités de l’ORTF. La salle de cinéma propose également une projection en permanence des films des précédentes missions Apollo.

La programmation de la médiation scientifique est également modifiée et propose des séances spéciales au planétarium, « Le voyage Terre-Lune : comment les astronautes voient la voûte étoilée et la Terre, de la surface de la Lune ».

Enfin, la salle de la Lune accueille des spécialistes et scientifiques venus répondre en multiplex aux questions des auditeurs de RADIO-TERRE et des visiteurs du Palais de la découverte.

Pour le 10ème anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune, les Dossiers de l’écran choisissent le Palais de la découverte, pour diffuser en direct une émission spéciale avec Alain Jérôme et le commandant Neil Armstrong, le 11 juillet 1979.

UNE EXPOSITION SCIENTIFIQUE POUR LES PRISONNIERS DE GUERRE

En 1942, le Palais de la découverte s’est vu confié la réalisation d’une exposition itinérante à destination des prisonniers de guerre en Allemagne.

Elle se compose de sept panneaux illustrés, présentant les activités et l’histoire du musée des sciences parisien. Un premier panneau est consacré aux fondamentaux du Palais de la découverte, son rôle, sa superficie, son public et ses activités.

Une série de panneaux présente ensuite les disciplines scientifiques et leur domaine de compétence. Ils sont accompagnés de photographies montrant les salles et les expériences.

Enfin, un dernier panneau décrit les offres complémentaires telles que les conférences, les éditions, la salle de lecture ou la librairie.

En insistant sur l’identité nationale, « le Palais de la découverte, une œuvre française », cette exposition s’inscrit dans la propagande du régime de Vichy en reprenant l’un de ses principaux thèmes : la cohésion nationale.

LES ANNÉES NOIRES

Le monument abrite diverses expositions de propagande nazie. Pendant la Libération de Paris, des tirs incendiaires dans la Nef mettent le feu au bâtiment. Les soldats réfugiés à l'intérieur sont faits prisonniers par les Allemands.

LES EXPOSITIONS DU PALAIS DE LA DÉCOUVERTE

Depuis 1937, le Palais de la découverte propose des expositions temporaires qui viennent compléter l’offre permanente très riche en expériences et médiations.

Elles ont initialement pour principal objectif de mettre en valeur les découvertes scientifiques et leurs applications.

La première d’entre elles Les étapes du progrès présentée de mai à août 1937 était destinée à montrer la portée des recherches scientifiques...

...et « rappeler le chemin parcouru dans la lente évolution de la civilisation »

Extrait de E. Labbé, Rapport général de l’exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne, Ministère du Commerce et de l’Industrie, 1937.

Le Palais de la découverte organise chaque année, trois à quatre expositions temporaires en lien avec l’actualité scientifique. Elles viennent également enrichir et diversifier l’offre permanente qui s’adapte et propose une nouvelle programmation en fonction des différentes thématiques.

RELAI DES SCIENCES

Acteur majeur de la vulgarisation scientifique, le Palais de la découverte est également un acteur et un hôte privilégié des événements scientifiques.

Il accueille et anime des conférences, des colloques, des concours, des manifestations officielles. Ces activités participent également à sa mission de médiateur des sciences et encourage les vocations scientifiques des plus jeunes.

Crédits : histoire

Nous souhaitons remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à la conception de ce parcours Grand Palais et celles qui ont apporté gracieusement leur(s) information(s) et documents reproduits.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil