La dentelle, un art textile européen

Cité de la dentelle et de la mode

Histoire et technique de la dentelle

Une spécificité européenne
La dentelle est un textile dont le support comme le motif est ajouré. Celle qui est fabriquée à Calais depuis près de 200 ans est exclusivement mécanique, mais elle s’est d’abord inspirée de la dentelle à la main avant de s’en affranchir. Apparu au XVIᶱ siècle en Italie et dans les Flandres, cet artisanat d’art très coûteux, signe extérieur de richesse,

a été pendant longtemps accompli uniquement par les mains de dentellières.

Deux techniques ont été développées, la première nécessitant un parchemin, du fil et une aiguille (le point de dentelle à l'aiguille),

à l’aide d’un jeu de bobines et d’un carreau comme support (« dentelle aux fuseaux ») d’autre part.

La dentelle mécanique, une origine anglaise
Au tout début du XIXᶱ siècle, des ingénieurs anglais de Nottingham inventent des métiers à tisser "à chaîne" et "trame" qui imitent fidèlement les gestes des dentellières. Dans les premiers temps ils parviennent à produire du tulle (textile ajouré sans motif).

Introduit en fraude depuis l'Angleterre au cours de la première moitié du XIXᶱ siècle, le métier à tisser se complexifie,

grâce notamment à l’adaptation du système de programmation de dessins par cartons perforés du Lyonnais Joseph Jacquard (1752-1834), sur un métier à tulle.

Portrait tissé sur une plaquette commémorative

Machines, métiers Leavers

Ce métier porte désormais le nom de l’un de ses inventeurs, l'anglais John Leavers (1786 -1848).

Véritable monoindustrie, la dentelle, qui mobilisait près de 30 000 personnes au début du XXᶱ siècle, a notamment redessiné architecturellement la ville de Calais.

Ainsi la Cité de la dentelle et de la mode a pu emménager ses collections dans une ancienne usine collective datant des années 1870.

Un processus de création complexe
De l'idée à la réalisation,

plus de soixante étapes sont nécessaires à la fabrication de la dentelle de Calais.

Le dessin de la dentelle est tout d’abord créé par un «esquisseur».

Son travail marie création graphique, artistique et compréhension du processus de fabrication.

Le « dessinateur » et le "metteur en cartes" traduisent ensuite cette création afin de programmer le métier à tisser (par le moyen d’un système de cartons perforés – système jacquard – ou de fichiers numériques).

Le chariot et la bobine

De multiples étapes sont nécessaires à la préparation du tissage : montage des fils sur les métiers, remplissage des navettes
(« wheelage » ou « bobinage » des « bobines » montées sur des « chariots »).

Le tulliste réglant sa machine

Les métiers à dentelle Leavers n’ayant jamais été régulés par des normes de construction standardisées, de nombreuses opérations d’ajustement des outils et fils sont nécessaires.

Phase de séparation des bandes ou galons de dentelles

Une fois tissée, la dentelle est traitée en teinturerie pour des lavages, teintures, mises en forme et apprêts variés. Puis elle revient entre les murs des manufactures pour les raccommodages, coupes (« écaillages » et « effilages »), pliages.

Phase de rebrodage

La dentelle peut également être retravaillée par d’autres artisans ou industriels pour son ennoblissement (impressions, broderies, peintures et abrasions de tous types).

Phase de vérification des éventuels défauts

Ce textile se nourrit donc de tous les savoir-faire associés à la mode française : des plus industrialisés jusqu’aux petites mains des ateliers de la haute-couture parisienne.

La dentelle tissée sur métiers Leavers dépend donc aujourd’hui des connaissances des hommes et femmes qui la produisent. La transmission des gestes se fait principalement par l’exemple. La fabrication de ce textile est donc longue et complexe, la conservation de ses savoirs fragile.

C’est pour cette raison que la fabrication de la dentelle est protégée en France par le titre de « Métier d’Art » décerné par le ministère de la Culture.

Sa commercialisation, quant à elle, a été protégée par différents labels, le dernier en date est le label français créé en 1958 "Dentelle de Calais®", devenu en 2015 "Dentelle de Calais-Caudry®".

Registre de dentelle mécanique, 1932

Crédits : histoire

Photos : Fred Collier | Ville de Calais ;
F. Kleinefenn ; Cité de la dentelle et de la mode

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil