6 juil. 1942

Anne Frank

Anne Frank House

 Sa vie, son journal, son héritage 

Anne Frank est l’une des millions de victimes de la persécution des Juifs.

Anne et sa famille ont passé deux années dans la clandestinité dans l’annexe située derrière l’entreprise de son père. C’est là qu’elle a tenu son journal.

Anne est morte dans un camp de concentration à l’âge de 15 ans.

Son journal a survécu à la guerre. Il a été traduit dans plus de soixante-dix langues et a rendu Anne célèbre dans le monde entier.

Le journal est exposé dans la Maison d’Anne Frank.

Anne Frank, âgée d’un jour, dans les bras de sa mère, Edith. Francfort-sur-le-Main, 13 juin 1929. 

Enfance en Allemagne

Anne Frank naît le 12 juin 1929 à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne. Elle est la deuxième et la plus jeune des filles d’Otto Frank et d’Edith Frank-Holländer. Margot, la sœur d’Anne, est son aînée de trois ans. La famille Frank est juive.

Otto Frank avec ses filles Margot et Anne, août 1931.

Otto Frank travaille pour la banque familiale. Les affaires vont mal, en raison de la grave crise économique que connaît l’Allemagne. Otto et Edit Frank sont très inquiets quant à l’avenir. L’antisémitisme progresse. Un nombre croissant de gens soutiennent le NSDAP, le parti antisémite d’Adolf Hitler. Début 1933, Hitler arrive au pouvoir. 

Otto Frank se voit offrir l’occasion de monter une filiale d’Opekta à Amsterdam. Opekta vend de la pectine, un gélifiant pour faire des confitures.

Otto et sa femme décident d’émigrer aux Pays-Bas.    

En sécurité à Amsterdam

En 1933, la famille Frank s’installe dans un appartement situé à la Merwedeplein (place Merwede), à  Amsterdam-Zuid, un quartier  où viennent vivre de nombreux réfugiés juifs. 

Anne et Margot apprennent vite   le néerlandais  et se sentent rapidement chez elles aux Pays-Bas. Anne est une petite fille pleine de vie et de curiosité, qui aime être au centre de l’attention. Margot est plus calme et plus sérieuse.  Elle obtient toujours de  très bonnes notes à l’école.

Otto Frank établit son entreprise dans le centre d’Amsterdam. Il travaille dur et est peu souvent à la maison. Edith Frank a du mal à s’habituer à sa nouvelle vie aux Pays-Bas. Elle a le mal du pays et se fait de gros soucis concernant sa famille restée en Allemagne.

Miep Gies parle de son travail à Opekta, l’entreprise d’Otto.

En Allemagne, la situation se fait de plus en plus menaçante pour les Juifs.

En novembre 1938 a lieu un gigantesque pogrom : “Kristallnacht” (la Nuit de Cristal).

En mars 1939, la mère d’Edith quitte l’Allemagne et s’installe chez la famille Frank.

En 1939, l’Allemagne envahit la Pologne, amenant l’Angleterre et la France à déclarer la guerre à l’Allemagne.

Varsovie est bombardée. La persécution des Juifs commence presque aussitôt.

L’invasion allemande des Pays-Bas

En mai 1940, les Allemands envahissent les Pays-Bas, et après le bombardement de Rotterdam le gouvernement néerlandais capitule. L’occupation allemande a commencé.

Le général Winkelman arrivant au quartier général de l’armée allemande pour signer la capitulation des Pays-Bas, le 15 mai 1940. 

Mesures anti-juives

Peu après l’invasion en 1940, les nazis commencent à introduire des mesures anti-juives. Ils rendent la vie de plus en plus difficile aux Juifs. Les fonctionnaires juifs sont licenciés. Les Juifs ne sont plus autorisés à se rendre dans des parcs, à la piscine ou au cinéma, et les enfants juifs doivent désormais fréquenter des écoles spécifiquement juives.

Anne Frank apparaît à la fenêtre de son appartement à Amsterdam. 

Le journal d’Anne

Le 12 juin 1942, Anne Frank atteint l’âge de 13 ans. L’un de ses cadeaux d’anniversaire est un cahier à carreaux rouges qui va lui servir de journal. Elle se met aussitôt à écrire. Son journal est son bien le plus précieux et elle l’emporte avec elle lorsque sa famille entre dans la clandestinité, trois semaines plus tard.

La persécution des Juifs

L’occupation allemande des Pays-Bas se poursuit, et la situation devient de plus en plus dangereuse pour les Juifs. À partir du mois de mai 1942, tous les Juifs doivent porter une étoile jaune sur leurs vêtements. Dès le mois de juillet de la même année, les Juifs sont appelés à se présenter, officiellement pour aller travailler dans des camps en Allemagne. En réalité, ils sont déportés vers des camps de concentration pour y être  massacrés.

Pour échapper à la déportation, Otto et Edith Frank ont aménagé une cachette dans l’annexe de l’entreprise d’Otto. Le 5 juillet 1942, Margot Frank figure parmi les premières personnes à recevoir une convocation : elle est priée de se présenter pour aller dans un camp de travail. Le lendemain, la famille Frank se rend à la cachette, située au Prinsengracht.

Les Frank partagent l’annexe avec l’associé d’Otto, Herman van Pels, sa femme Auguste et leur fils Peter. Les employés d’Otto, Bep Voskuijl, Victor Kugler, Johannes Kleiman et Miep Gies et son mari approvisionnent les clandestins en nourriture.

Pendant la journée, les clandestins ne doivent pas faire de bruit. Les gens qui travaillent  dans l’entrepôt, juste en dessous, ne doivent absolument pas savoir que des Juifs se cachent dans l’annexe. Uniquement le soir et durant les week-ends, ils peuvent parler à haute voix et tirer la chasse d’eau.

Au bout de quelques mois, le 16 novembre 1942, un huitième clandestin vient vivre dans l’annexe : Fritz Pfeffer. C’est le le dentiste de Miep Gies. Pour lui faire de la place, Margot va dormir dans la chambre de ses parents et Anne partage sa chambre avec Fritz Pfeffer.

‘Nos nombreux amis juifs sont emmenés par groupes entiers. La Gestapo ne prend vraiment pas de gants avec ces gens (…) S’il se passe des choses aussi affreuses en Hollande, qu’est-ce qui les attend dans les régions lointaines et barbares où on les envoie ? Nous supposons que la plupart se font massacrer. La radio anglaise parle d’asphyxie par les gaz : c’est peut-être la méthode d’élimination la plus rapide.’

Anne Frank, 9 octobre 1942

Rafle à Amsterdam, le 26 mai 1943.
Train quittant Westerbork  à destination d’Auschwitz.

‘Tu sais depuis longtemps que mon souhait le plus cher est de devenir un jour journaliste et plus tard un écrivain célebre.’

Anne Frank, le 11 mai 1944

‘La libération tant attendue arriverait-elle enfin? (…) Oh, Kitty ! Le plus beau du débarquement, c’est que j’ai l’impression que des amis approchent.’

Anne Frank, le 6 juin 1944

Pleins d’espoir et d’enthousiasme, les clandestins suivent les nouvelles du débarquement en Normandie. Otto Frank marque l’avancée des Alliés avec des épingles sur une carte accrochée au mur de la chambre des Frank.

La mort d’Anne

Le 4 août 1944, les clandestins sont arrêtés – ils ont été dénoncés. Ils sont envoyés au camp de transit de Westerbork. Le 3 septembre, ils sont déportés vers Auschwitz-Birkenau, un camp de concentration dans la Pologne occupée par l’Allemagne. Là, les hommes et les femmes sont séparés. C’est la dernière fois qu’Anne voit son père. Elle est affectée avec Margot et Edith dans une baraque pour femmes.

Fin octobre, Anne et Margot sont transportées au camp de concentration de Bergen-Belsen, en Allemagne. Leur mère, Edith, reste à Auschwitz-Birkenau et y meurt le 6 janvier 1945. 

À l’issue d’un effroyable voyage en train qui dure trois jours, Anne et Margot arrivent à Bergen-Belsen. Le camp est surpeuplé et elles sont logées dans des tentes. Après la destruction des tentes durant une violente tempête, elles sont conduites dans des baraques surpeuplées.

Le camp de Bergen-Belsen est effroyable. Il y a peu de nourriture et les conditions hygiéniques y sont épouvantables. De nombreux prisonniers tombent malades et meurent. Margot et Anne  attrapent le typhus. Elles meurent en mars 1945, quelques semaines avant la libération du camp.

Hanneli Goslar et Anne Frank se connaissent depuis l’école maternelle. Elles ne se sont plus vues depuis 1942, lorsqu’Anne est entrée dans la clandestinité. 

À Bergen-Belsen, Hanneli se rappelle la dernière fois qu’elle a parlé à Anne.

Après la libération d’Auschwitz par les Russes, le 27 janvier 1945, Otto Frank est un homme libre. Il est le seul des huit clandestins à avoir survécu  à la guerre.

7 mai 1945, reddition de l’armée allemande en Europe de l’Ouest à Reims, France.

Retour d’Otto

À l’issue d’un long voyage chaotique, Otto Frank arrive à Amsterdam en juin 1945. Il s’installe chez Miep et Jan Gies. Il sait déjà que sa femme est morte mais ignore le sort de ses filles.

Quelques semaines plus tard, il apprend la mort d’Anne et de Margot. Ce n’est qu’à ce moment-là que Miep lui remet le journal d’Anne. Elle l’a gardé depuis l’arrestation de la famille Frank.

Otto Frank et les quatre protecteurs, août 1945. Derrière : Johannes Kleiman et Victor Kugler. Devant : Miep Gies, Otto Frank et Bep Voskuijl.

Publication du journal

Après de longues hésitations, Otto Frank se décide à publier le journal d’Anne. Au début, il a du mal à trouver un éditeur. Otto fait lire le journal à plusieurs personnes. L’une d’elles est l’historien Jan Romein.

Jan Romein écrit un article dans le quotidien “Het Parool” du 3 avril 1946, qui attire l’attention des éditions Contact. Celles-ci décident de publier le journal. “Het Achterhuis” paraît le 25 juin 1947. Le rêve d’Anne de devenir écrivain se réalise. 

C’est la publication  de l’édition anglaise “Anne Frank: The diary of a young girl”, en 1952, qui va rendre célèbre  le journal d’Anne Frank. En 1955, deux auteurs dramatiques américains en font une adaptation au théâtre. La pièce de théâtre connaît un énorme succès à Broadway.

En 1959, un film est réalisé à partir de la pièce de théâtre. Milly Perkins y joue le rôle d’Anne Frank.

De la cachette au musée

Le succès du journal suscite un intérêt pour l’endroit où s’est cachée Anne. Bientôt, des gens viennent voir l’annexe. Les employés d’Opekta la leur font visiter. En 1955, l’entreprise déménage. Comme le bâtiment est délabré, il est envisagé de le  démolir. Mais grâce à l’implication d’un certain nombre de notables d’Amsterdam, le bâtiment est sauvé. Avec Otto Frank, ils créent une fondation, la Maison d’Anne Frank, et le musée ouvre ses portes au public le 3 mai 1960. 

Un groupe d’étudiants américains de Scarsdale visite la Maison d’Anne Frank en 1961.

En 1953, Otto Frank épouse Fritzi Markovits et s’installe avec elle en Suisse. Le journal de sa fille tient toujours un rôle important dans la vie d’Otto. Il reçoit des lettres de milliers de lecteurs du monde entier. Fritzi et Otto leur répondent. Otto meurt en 1980.

Depuis son ouverture en 1960, la Maison d’Anne Frank attire de nombreux visiteurs. Au milieu des années 90, un nouveau bâtiment est construit à l’angle du Prinsengracht et du Westermarkt pour faire face au public sans cesse croissant. Actuellement, le musée accueille plus d’un million de visiteurs par an.

Ci-dessous : les dernières images de Miep Gies au musée. Peu avant l’ouverture du musée restauré, elle place quelques documents personnels dans une vitrine.

Miep Gies est l’une des personnes ayant fait partie des protecteurs des clandestins. 

Pour ceux qui ne peuvent pas visiter le musée à Amsterdam, la Maison d’Anne Frank a créé L’Annexe en Ligne, une version en 3D du bâtiment tel qu’il était quand Anne Frank et sa famille y étaient cachés.

La Maison d’Anne Frank est une organisation indépendante qui gère l’endroit où Anne Frank était entrée dans la clandestinité durant la Seconde Guerre mondiale et où elle a tenu son journal. Elle diffuse l’histoire de sa vie à travers le monde afin de susciter une réflexion sur les dangers de l’antisémitisme, du racisme et de la discrimination ainsi que sur l’importance de la liberté, de l’égalité des droits et de la démocratie. 

L’arrière-plan de cette exposition en ligne montre l’un des murs de la chambre d’Anne Frank dans l’annexe, sur lequel elle collait différentes images. 

Crédits : histoire

This exhibit has been created by the Anne Frank House
in Amsterdam. — For more information, visit http://www.annefrank.org. 

Diary quotes Anne Frank: —
Anne Frank: The Diary of a Young Girl : the definitive edition. Ed. by Otto H. Frank and Mirjam Pressler; transl. by Susan Massotty. — Copyright © The Anne Frank - Fonds, Basle, Switzerland, 1991, 2001
English translation of the diary — Copyright © Doubleday, a division of Random House, Inc. 1995, 2001

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil