2015

RÉCUPÉRER UNE HISTOIRE

POLIN Museum of the History of Polish Jews

OBJETS DANS LA COLLECTION DU MUSÉE POLIN
Musée de l’Histoire des Juifs polonais POLIN

En 1945, il n’y avait que des ruines sur le territoire de l’ancien ghetto de Varsovie. Le bâtiment du Musée POLIN, un monument commémoratif des Juifs polonais, fut construit sur le site de l’ancienne caserne de l’Artillerie de la Couronne de Pologne, le siège du Judenrat à l’époque du ghetto. Les souvenirs historiques dans la collection du Musée encapsulent les biographies des générations des Juifs qui participaient à la création de l’histoire de la Pologne pendant plusieurs années.

Ils n’ont laissé que ces objets sauvés de la Shoah, hérités ou orphelins, souvent anonymes. Leurs histoires n'attendent qu'à être découvertes.

Ruines du ghetto de Varsovie, 1945
Ouverture du Musée de l’Histoire des Juifs polonais POLIN, 19 avril 2013
Une cuillère trouvée pendant les fouilles sur le terriroire de l’ancien ghetto de Varsovie.

Dans les ruines du ghetto de Varsovie, on a trouvé également un jeton issu par la communauté juive de Poznań. Il a pu appartenir aux personnes déplacées de Poznań, dont un groupe nombreux est arrivé au ghetto de Varsovie.

Un jeton trouvé pendant les fouilles dans la zone de l’ancien ghetto de Varsovie. 

Un carreau découvert pendant les fouilles entre les rues Bonifraterska et Muranowska. Il peut provenir de la synagogue située autrefois 18/20, rue Muranowska, qui, dans le temps de fonctionnement du ghetto, servait de refuge aux personnes déplacées. La synagogue a été détruite en 1943.

Un carreau trouvé pendant les fouilles dans la zonede l’ancien ghetto de Varsovie. 
Dans le quartier de Kazimierz à Cracovie, les années 30.  Photo: Tadeusz Przypkowski

„Cher Monsieur l’Ingénieur! Après des recherches prolongées, j’ai l’impression d’avoir enfin trouvé votre lieu de travail. J’aimerais vous remercier, ainsi que votre famille, de nous avoir sauvés” – a écrit Stanisław (Salomon) Kaczergiński de Tel Aviv en 1953 à l’ingénieur Tarasiewicz, qui, avec sa famille, a caché Kaczergiński, sa sœur Miriam et Aron, le fils de la dernière, pendant la guerre. Depuis 1953, les deux familles échangeaient des lettres durant plus de vingt ans.

Une lettre de Stanisław Kaczergiński, caché par la famille Tarasiewicz pendant l’occupation.

Une photo envoyée à la famille Tarasiewicz par la famille Kaczergiński, avec une dédicace: „En hommage à nos sauveurs”. En haut, de gauche à droite: Aron, le fils de Miriam Wasserman née Kaczergińska, Miriam Wassermann. En bas, de gauche à droite: Salomon Kaczergiński, Abraham Wasserman.

Une photo de la famille Kaczergiński. 

„Demain, nous ne serons sûrement plus là. Moi aussi, je vous prie d’emmener Lalusia [?], il faut le faire au plus vite, avant qu’il ne soit trop tard”. Ce biffeton a été envoyé par Bronisława Perelmuter-Rapnicka à sa belle-sœur polonaise en automne 1942. Elle lui demande de s’occuper de sa fille de sept mois, née en prison à Zamość. L’enfant a été sauvé, la mère a été tuée par les Allemands pendant une des nombreuses exécutions dans la prison dans les années 1942-1943.

Des biffetons transmis par Jolanta Polberg, sauvée de la prison de Zamość quand elle était un bébé. 
Un extrait de l’entretien avec Jolanta Polberg, sauvée de la prison de Zamość. 

Maria Seńczuk est devenue la propriétaire de la poupée habillée en tsigane pendant la guerre, après l’avoir achetée au marchand des objets provenant probablement du ghetto de Varsovie. Au milieu des années 1970, Maria a offert la poupée à sa sœur Helena. 30 ans après, Helena l’a donnée à sa petite fille, qui, à son tour, a offert la poupée au Musée POLIN.

Une poupée qui provient probablement du ghetto de Varsovie. 

Cette boîte à épices (besamim), utilisé pendant la havdalah - la cérémonie de la fin du Chabbat, a été héritée par Kurt Weber de ses parents. Il est fort probable que sa mère l’ait reçue après sa déportation en Asie Centrale, où la famille était venue pendant la Seconde Guerre mondiale.  

Une boîte à épices (besamim) héritée par Kurt Weber. 

Un sac du soir, offerte à Regina Horowitz en 1925 par son oncle et sa tante, durant son séjour à Vienne, juste avant le concert du violoniste renommé Váša Příhoda. Le sac qui a été  déposé chez une famille polonaise, a survécu à la guerre. Il a été hérité par Helena Schweitzer, la fille de Regina.

Le sac du soirhérité par Helena Schweitzer.
Un billet de concert hérité par Helena Schweitzer avec le sac du soir.

La bannière „Nous condamnons! L’agression d’Israël!” fait référence à la Guerre des Six Jours, un conflit israélo-arabe en 1967. La condamnation de l’Israël par la Pologne fut le début de la campagne antisémite en mars 1968, quand environ treize mille Juifs ont été forcés de quitter le pays.

Une bannière utilisée pendant la campagne antisioniste, mars 1968.

La bannière a été utilisée pendant la manifestation du 1er mai à Varsovie, en 1968, ce qu’on voit sur la photo prise par Roman Broniarek. En 2006, Małgorzata Ritterschild a retrouvé cette bannière dans la cave de la maison située au numéro 12 de la rue Nowolipki.

Manifestation du 1er mai, Varsovie 1968.Fondation „Ośrodek Karta” Photo: Roman Broniarek 
Extrait de l’entretien avec Małgorzata Ritterschild.

Une valise emmenée de la Pologne par la famille Merc, le 8 septembre 1969. La famille a décidé de partir suite à la campagne antisémite commencée en mars 1968.

Une valise qui appartenait à une famille d’émigrés. 

Une photo des Juifs à Sosnowiec d’avant-guerre envoyée au Musée POLIN avec une lettre anonyme: „Mesdames et Messieurs, mon ami a été obligé de quitter la Pologne dans les années 1968-1969. Je l’a aidé à faire ses valises […] Évidemment, il n’était pas possible d’emmener le tout, donc au cours d’adieu, il m’a laissé la photo (ci-jointe), à laquelle il tenait beaucoup. Je la transmets […] à votre musée. Peut-être vous la trouverez utile. Je crois que c’est ce que mon ami (déjà décédé) voudrait bien”.

Une photo d’une rue à Sosnowiec, offerte par un donateur anonyme. 

Au cours des dernières années, les magasins d’antiquités et les portails des ventes aux enchères se sont remplis d’objets témoignant de la richesse de la vie juive en Pologne d’autrefois. Séparés de ses propriétaires pendant la Shoah, ces objets orphelins trouvent leur place dans la collection du Musée POLIN.

Tout ce qu’on sait de la famille de Wolf Kuszniewicz de Maniewicze en Volhynie est écrit au dos d’une photo rachetée à un collectionneur.

Une photo de la famille de Wolf Kuszniewicz, originaire de Maniewicze en Volhynie.  

Les étudiants de la yeshiva à Poniewież pendant un spectacle à l’occasion de Pourim en 1926. La yeshiva a été établie en 1909 par rabbin Rabinowicz. Après 1919, elle est devenue la plus grande école religieuse pour garçons en Lituanie. Un des garçons s’est habillé en Esther, le personnage clé de l’histoire commémorée pendant la fête de Pourim.

Étudiants de la yeshiva à Poniewież, 1926.

Une boîte de Fabryka Cukrów Czekolady i Kakao S.A. „Branka” (usine de sucreries, chocolat et cacao) à Lviv appartenant à Maurycy Brandsteatter, un entrepreneur juif. L’usine a été construite en 1882. Entre-deux-guerres elle était l’une des plus grandes usines de confiserie en Pologne.

Une boîte à confiseries de la société „Branka” à Lviv. 

Pour voir plus d’objets de la collection du Musée POLIN, consultez la Base centrale des objets judaïques: judaika.polin.pl.

Si vous possédez chez vous des objets liés aux Juifs polonais, vous pouvez partager leur histoire en les offrant à la collection du Musée POLIN.

Crédits : histoire

Kurator — Justyna Koszarska-Szulc, adiunkt muzealny
Kurator — Anna Mizera, Centralna Baza Judaików
Tłumaczenie na język czeski — Zuzanna Pydzikova
Tłumaczenie na język francuski — Aleksandra Kling
Tłumaczenie na język hiszpański — Aleksandra Smuga
Tłumaczenie na język rosyjski — Sebastian Tkacz

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil