2016

"Fit for a Queen" : la garde-robe de la reine Sirikit créée par Pierre Balmain

Queen Sirikit Museum of Textiles

À la découverte des superbes tenues créées pour Sa Majesté la Reine par le couturier Pierre Balmain

Fit for a Queen : la garde-robe de la reine Sirikit créée par Pierre Balmain
Pour célébrer l'anniversaire du 7e cycle de Sa Majesté la Reine Sirikit le 7 août 2016, le Musée des textiles de la reine Sirikit monte Fit For A Queen, une nouvelle exposition qui met l'accent sur la collaboration de 22 ans entre Sa Majesté et le couturier français Pierre Balmain. L'exposition se déroulera du 4 août 2016 à juin 2018. L'exposition offre aux visiteurs la possibilité d'admirer plus de 30 des plus élégantes robes de jour, de cocktail et de soirée de Sa Majesté, ainsi que des accessoires connexes et plusieurs pièces de maroquinerie faites sur mesure par Louis Vuitton pour Leurs Majestés. La plupart de ces objets n'ont jamais été exposés au public auparavant.
Pourquoi Sa Majesté la Reine Sirikit a-t-elle fait appel à un designer étranger pour créer sa garde-robe ?
En 1960, Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej et Sa Majesté la Reine Sirikit ont entrepris une visite d'État historique dans 15 pays occidentaux. La tournée représentait l'introduction formelle de l'Occident au jeune couple royal. Sa Majesté avait décidé qu'il lui faudrait une garde-robe occidentale saisonnière à la mode pour cette tournée de six mois. Elle a engagé le célèbre couturier parisien Pierre Balmain pour la concevoir.

Sa Majesté la Reine Sirikit et Pierre Balmain

Pierre Balmain a conçu pour Sa Majesté des robes de jour, de cocktail et de soirée ainsi que des tenues de plein air adaptées à toutes les occasions. Il connaissait les exigences de la Reine et a su les refléter dans ses propositions : ses robes devaient incarner l'élégance intemporelle qui ne tombe jamais en désuétude.

Beaucoup de ses créations phares ont remporté un franc succès : vestes et robes avec de petits liens à l'avant ou à l'arrière, des ceintures inspirées du "obi" enveloppées autour de la taille, des drapés sur les hanches et la taille, de superbes nœuds et de grandes fleurs de soie sur les revers ou les corsages.

En plus de concevoir et de fabriquer les robes de Sa Majesté, Pierre Balmain a été chargé de coordonner le choix et l'achat de tous ses accessoires, pour lesquels il a travaillé en étroite collaboration avec des sources internes et externes. Les chapeaux de Sa Majesté ont été fournis par le département de chapellerie féminine de Pierre Balmain et étaient généralement coordonnés avec des ensembles spécifiques. Les manteaux de fourrure, les étoles et les garnitures en vison, chinchilla et astrakan, confectionnés pour l'automne et l'hiver en Europe, ont également été réalisés en interne par le fourreur Claude Wittelson.

Pierre Balmain

Pierre Balmain est né en 1914. Il a mis fin à ses études en architecture pour poursuivre son intérêt de toujours pour la mode. Son apprentissage en couture a commencé en 1934, lorsqu'il a été embauché en tant que designer junior par le couturier Edward Molyneux, qui était alors au sommet de sa carrière et un parfait exemple de l'esthétique élégante, racée et raffinée des années 30. Pierre Balmain a étudié pendant quatre ans avec Edward Molyneux. De son propre aveu, Edward Molyneux lui a inspiré un goût durable pour la couleur beige et "une sainte horreur des détails criards".

Pierre Balmain a ensuite travaillé comme designer chez Lucien Lelong. Étant plus esthète que créateur, Lucien Lelong a employé Christian Dior et Pierre Balmain pour concevoir les collections de sa maison.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Pierre Balmain était prêt à lancer sa propre marque. Ayant trouvé un local au 44 rue François 1er dans le très en vue 8e arrondissement de Paris (aujourd'hui encore siège de l'entreprise), il sort une première collection modeste le 12 octobre 1945 "basée sur le thème du luxe et de la simplicité, avec une légère touche d'Orient" – un concept qui pourrait s'appliquer à beaucoup de ses futures créations pour Sa Majesté.

La palette de Pierre Balmain cette saison-là mettait en lumière les teintes jaunes, marron, grises et rouge clair, plusieurs nuances de bleu, ainsi que le blanc et le noir, qu'il utilisait de façon unie ou en les combinant. Une grande variété de motifs apparaît, y compris les pois, un favori de Pierre Balmain.

La robe nationale thaïlandaise

Pierre Balmain, accompagné de François Lesage, qui avait fourni la broderie pour les vêtements formels de Sa Majesté, est resté étroitement impliqué dans le développement du style de la reine.

Pierre Balmain a conçu la garde-robe à l'occidentale pour les voyages internationaux répétés de Sa Majesté, et lui et François Lesage se sont bientôt attelés à la confection de sa robe nationale thaïlandaise.

À partir du début des années 1970, Pierre Balmain et François Lesage ont également travaillé à l'élaboration de stratégies visant à transformer les costumes de soie thaïlandais en tenues occidentales à la mode, alors portées par Sa Majesté pour promouvoir le travail de sa Fondation SUPPORT.

Tenues de jour
Sa Majesté et Pierre Balmain ont surtout choisi des lignes épurées pour les vêtements de jour, une approche adaptée à la silhouette petite et fine de la Reine.

Costumes ornés de bijoux

Un favori de Sa Majesté

Reprenant le modèle associant une jupe et une veste de couleur unie avec un haut à motifs, ce costume orange est composé d'un chemisier à nouer sur le décolleté. C'était un favori de Sa Majesté.

Un modèle signé Pierre Balmain

Les nœuds sur les chemisiers sont la marque de fabrique de Pierre Balmain.

Un ensemble exceptionnel

La veste de ce superbe tailleur est ouverte dans le dos de l'épaule à l'ourlet, pour laisser entrevoir la robe ajustée en dessous lorsque celle qui la porte se déplace.

Robes de cocktail
Les robes de cocktail de Sa Majesté étaient habituellement, mais pas toujours, réalisées dans des couleurs plus sobres que ses robes de jour, et présentaient des silhouettes minces ou bouffantes

Robe de cocktail, 1960

Pierre Balmain a combiné des détails de plusieurs de ses robes de cocktail bouffantes provenant de sa collection du printemps 1960 pour créer cette version unique pour Sa Majesté.

Fait intéressant, Pierre Balmain a présenté une robe remarquablement similaire dans sa collection du printemps 1963, ce qui semble indiquer que les designs personnalisés qu'il a développés pour Sa Majesté ont également inspiré ses collections régulières.

Robe de cocktail, 1960

Cette robe a été conçue au printemps pour être portée à New York sous un manteau de soie orange thaïlandais, qui n'existe malheureusement plus. Sa Majesté l'a également portée en France sous une veste de vison blanc.

La robe est faite en crêpe de soie avec des fils de soie et de métal, et brodée de perles et de paille. L'illustrateur Tod Draz a réalisé un croquis de cette robe qui est paru dans le New York Times, et a salué le style impeccable de Sa Majesté.

Robe de cocktail, autour de 1961

Soie georgette et crêpe sous une dentelle de coton avec
des perles brodées par la Maison Lesage. Elle est dotée d'une ceinture en satin de soie.

La dentelle était une matière populaire pour les tenues de cocktail et de soirée au début et au milieu des années 1960. Sa Majesté en portait souvent, dans des versions tour à tour simples ou richement décorées.

Robe de cocktail, 1961

La "frange" décorant cette robe chatoyante est faite de bandes de satin appliquées individuellement sur l'encolure et la taille d'une robe fourreau ajustée.

Au printemps 1961, Pierre Balmain a utilisé la même technique sur des robes similaires dans une variété de couleurs et de styles : des robes sans bretelles et coupées en biais, et un haut pour les pantalons de soirée. Il y avait huit variations au total.

Robe de cocktail, 1964

La broderie profondément texturée qui décore cette simple robe fourreau représente des motifs floraux stylisés d'inspiration thaïlandaise, dans un arrangement qui rappelle les brocarts français du XVIIIe siècle.

Cette combinaison d'influences thaïlandaise et européenne est typique du design choisi par Pierre Balmain et François Lesage pour Sa Majesté.

Robe de cocktail, 1967

Sa Majesté a choisi de nombreux vêtements des collections régulières de Pierre Balmain au début des années 1960. Dans la décennie qui a suivi, sa garde-robe s'est étoffée de plus en plus avec des modèles réalisés sur mesure.

Cette robe, plus brodée que le modèle de défilé, semble être la seule choisie par Sa Majesté la Reine dans la collection régulière du printemps 1967 de Pierre Balmain.

Robes de soirée
Pierre Balmain a confectionné plusieurs robes de soirée de style occidental pour Sa Majesté en soie thaïlandaise moderne combinée avec des textiles occidentaux.

Robe de soirée, 1960

Cette robe montre l'amour de Pierre Balmain pour les modes et la décoration européennes du XVIIIe siècle, dans le style et le placement de la frise de broderie et la jupe ample de la robe.

Robe de soirée, 1960

Faite de dentelle française brodée par François Lesage, cette robe a été portée lors de la tournée de 1960 aux banquets, au théâtre et à d'autres événements formels en Allemagne, en Belgique, en Espagne, en Norvège et plus tard en Thaïlande.

Robe de soirée, 1960

Brocart en fil de soie et métal (phaa yok) et soie thaïlandaise. Bien que Sa Majesté ait souvent choisi de porter une robe nationale thaïlandaise pour des soirées formelles en tournée, Pierre Balmain lui a également confectionné plusieurs robes de soirée de style occidental en reprenant le brocart traditionnel de la cour thaïlandaise utilisé dans sa robe nationale.

Robe de soirée, 1960

Bien que Sa Majesté ait souvent choisi de porter une robe nationale thaïlandaise pour des soirées formelles en tournée, Pierre Balmain lui a également confectionné plusieurs robes de soirée de style occidental en reprenant le brocart traditionnel de la cour thaïlandaise utilisé dans sa robe nationale. Cette robe est un "phaa yok" avec du brocart en fil de soie et de métal.

Robe de soirée, Marly, 1962

Une robe tirée de la collection du printemps 1962 de Pierre Balmain. Marly a été décrite dans des magazines de mode et présentée dans plusieurs revues d'actualités cinématographiques, dont on peut découvrir un extrait dans la galerie adjacente. Sa Majesté l'a portée lors d'une visite d'État en Australie et en Nouvelle-Zélande en 1962, et a continué de la porter chez elle jusqu'en 1966.

Robe de soirée, 1963

Sa Majesté a d'abord porté cette robe scintillante à la coupe épurée à Tokyo en mai 1963, lors d'une visite d'État au Japon, à l'occasion d'un banquet donné en l'honneur de Leurs Majestés par l'empereur Hirohito.

Robe de soirée, 1969

François Lesage a conçu cette broderie innovante pour le corsage et les manches spectaculaires de la robe. C'est un véritable puzzle de morceaux de plastique irréguliers aux couleurs vives, flanqué de sequins et de perles brillantes. De loin, la robe fait l'effet d'un vitrail.

Pierre Balmain a réalisé au moins un autre exemple de ce modèle, ce qui indique que c'était une pièce tirée de sa collection régulière, et non une exclusivité réservée à Sa Majesté.

Robe nationale thaïlandaise et robe en soie SUPPORT
Pierre Balmain et François Lesage ont proposé plusieurs variations des huit styles de la robe nationale thaïlandaise établis par Sa Majesté au début des années 1960.

Robe de soirée en style national thaïlandais, 1964

Corsage en soie thaïlandaise brodée de sequins. Jupe de soie et brocart en fil de métal doré (phaa yok). Pierre Balmain et François Lesage ont commencé à créer la robe nationale thaïlandaise de Sa Majesté vers 1963, proposant plusieurs variations des styles établis pour la tournée de 1960. Celle-ci, commandée pour une visite officielle en Autriche, ajoute de la soie thaïlandaise de couleur unie au brocart habituel, avec une traîne partant des épaules et une broderie plate ornée de sequins.

Robe de soirée en style national thaïlandais, 1967

Brocart de soie jacquard et de fil de métal avec broderies en cristal, perles, paillettes et fil de métal argenté pour un voyage officiel en Iran en avril 1967.

Cette variante sans manches à col Mao de la robe nationale thaïlandaise est fabriquée à partir d'un brocart européen en soie et en fil métallique complètement dissimulé sous une couche de broderie typiquement complexe de François Lesage.

Robe de jour, 1972

Cette robe simple est charmante, mais elle est dépourvue de la touche magique caractéristique de Pierre Balmain.

Il s'agit peut-être de l'une de ses premières tentatives de travail du tissu ikat du nord-est de la Thaïlande, qui est devenu le tissu signature de Sa Majesté. Il avait alors tout juste commencé à explorer le potentiel de ce tissu pour ses modèles.

Robe de soirée, 1979

Sa Majesté a continué de collaborer avec la Maison de Pierre Balmain. Cette robe est faite d'un tissu ikat de soie (mat mii) avec des broderies de perles, de sequins, de cristaux et de fil de soie.

Chapeaux

Les favoris de Sa Majesté

Sa Majesté portait beaucoup de tambourins, un chapeau rond sans bords qui se positionne au sommet ou à l'arrière du crâne. Parmi les favoris de Sa Majesté, on trouve des chapeaux drapés comme des turbans, dont deux exemplaires sont exposés ici.

Tambourins

La plupart étaient soit de petits tambourins, soit des turbans. Les chapeaux plus imposants étaient portés inclinés vers l'arrière pour révéler, plutôt que dissimuler, le visage de Sa Majesté.

Les chapeaux étaient encore considérés comme un élément clé d'une garde-robe royale en Occident.

Le département de chapellerie féminine de la Maison Balmain en a fabriqué pour la plupart ou peut-être même toutes les tenues de jour portées par Sa Majesté la Reine en Occident au cours de cette décennie. Beaucoup de ces chapeaux sont assortis à des ensembles spécifiques.

Chaussures

Le meilleur cordonnier parisien

Le meilleur cordonnier parisien, René Mancini, était spécialisé dans les chaussures faites à la main pour ses clients privés et un certain nombre de couturiers. Il est probable que Pierre Balmain, chargé de la commande des accessoires de Sa Majesté la Reine Sirikit pour sa tournée des années 1960, l'ait initialement choisi comme cordonnier.

Chaussures de soirée

Pour la soirée, Sa Majesté la Reine aimait particulièrement les escarpins en cuir métalliques avec le bout relevé de style asiatique qui étaient à la mode à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

L'exposition "Fit for a Queen" : la garde-robe de la reine Sirikit créée par Pierre Balmain" se poursuivra jusqu'en juin 2018. Le musée est situé à l'intérieur du complexe du Grand Palais à Bangkok.

Queen Sirikit Museum of Textiles
Crédits : histoire

Crédits

Merci aux organismes et aux personnes suivantes
pour leur aide à la création de cette exposition
Bureau du ménage royal
Bureau du secrétaire privé principal de Sa Majesté le Roi
Bureau du secrétaire privé de Sa Majesté la Reine
Bureau des propriétés de la Couronne
Ambassades royales de Thaïlande à Berne, La Haye, Londres, Paris et Rome
Fondation Suan Luang Rama IX
Pierre Balmain S.A.
49 Lighting Design Consultants Limited
Bangkok Post
British Pathé
CIDI Chanapatana
Condé Nast
Das Bundesarchiv
Final Cut
Archives de Gaumont Pathé
Getty Images
Hampton Court Palace
Lesage
Louis Vuitton Malletier
Ovation Studio
Panasonic Siew Sales (Thaïlande)
Pacific Intercommunication
River Books
Chirayu Isarangkun Na Ayuthaya
Thanpuying Oranush Isarangkun Na Ayuthaya
Thanpuying Charungjit Teekara
Thanpuying Supornpen Luangthepnimith
Jaranthada Karnasuta
Karoon Chandrangsu
Opas Sayasevi
Thanpuying Kenlong Snitwongse Na Ayutthaya
Feu Thanpuying Karan Snitwongse Na Ayutthaya
Thanpuying Pungjit Subhamitr
Thanpuying Pharani Mahanonda
Khun Chantanee Thanarak
Khunying Uraiwan Svasdisant
Kim Atkinson
Hubert Barrère
Delphine Berthier
Julia M. Brennan
M.R. Narisa Chakrabongse
Peter Cope
Khon Darath
Gridthiya Gaweewong
Dale Carolyn Gluckman
Feu Alain Hivelin
Lauren Klamm
Narongkorn Laosrisin
Kullawit Laosuksri
Florence Lesché
Bleue-Marine Massard
Ruetairat Nanta
Paisarn Piammattawat
Wisit Potiwat
Nat Prakobsantisuk
Sivika Prakobsantisukh
Kanlayarat Prasertboon
Prow Puttorngul
Scott Robinson
Armpaeng Saeai
Amy Sarabi
Parichat Saengsirikulchai
Bianca Scheer
Loubia Simon
Jirat Subpisankul
Elizabeth Helen Thompson
Tirapan Vanarat
Marie Wurry
Nita Yuvaboon

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil