La salle de bains de Frida

Fundacion MAPFRE

La photographe Graciela Iturbide a documenté le moment où, 50 ans après sa fermeture, la salle de bains de la Maison bleue où vivait Frida Kahlo a été rouverte, révélant de nombreux secrets.

50 ans de secrets
Après la mort de Frida Kahlo en 1954, Diego Rivera fait fermer deux salles de bains contenant des objets et des documents ayant appartenu à la peintre. Elles sont rouvertes plus de 50 ans après, en 2006. Le Musée Frida Kahlo invite alors Graciela Iturbide à réaliser un témoignage photographique de l'événement.

Personne ne connaît avec certitude la raison pour laquelle Diego Rivera décide de fermer les salles de bains. Peut-être était-ce simplement pour préserver un des espaces intimes de l'artiste, comme le laissent penser les effets personnels qui s'y trouvent (tels que des corsets, les jambes orthopédiques et béquilles de Frida, des affiches politiques de Lénine et de Staline, des médicaments et d'autres objets usés par le temps) et que Graciela a tous photographiés comme autant de reliques intactes d'un sanctuaire désacralisé.
Présentés un par un dans la collection photographique, ces objets brillent d'un éclat étrange.

La photographe crée des natures mortes à partir de ces pièces qui attirent l'attention de façon à en fournir une preuve visuelle. Les 28 photos évoquent l'univers personnel de Frida.

Frida "sanctifiée"
Frida a également été "sanctifiée". Elle est aujourd'hui un personnage auquel des milliers de Mexicains adressent leurs prières pour obtenir des faveurs et des miracles. Par où commencer lorsqu'il s'agit de présenter une telle icône de la culture mexicaine ?

Consciente de la dévotion qu'inspire Frida, Graciela Iturbide aborde ce symbole de la culture mexicaine à partir de son propre espace poétique, entamant un dialogue avec l'œuvre de l'artiste.

Là encore, la photographe explore le mythe que beaucoup ont recréé en entreprenant un dialogue avec l'œuvre de Frida Kahlo à partir de son propre espace poétique, comme en témoigne la photographie qui réinterprète le tableau intitulé "Ce que l'eau m'a donné" (1938).

Crédits : histoire

De todas las obras:

© Graciela Iturbide

© COLECCIONES FUNDACIÓN MAPFRE

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil