Une journée dans la vie

Cette exposition documente le parcours de la première fiole du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19, de sa production jusqu’au bras d’une travailleuse de la santé canadienne.

Conception : Musée des Sciences et Technologie du Canada

Plusieurs réseaux et chaînes d’approvisionnement ont collaboré pour apporter les vaccins contre la COVID-19 au Canada. (2020), Ann FernandesSource d'origine : Ann Fernandes

Au début de la pandémie de COVID-19, le Canada n’avait pas d’installation pouvant être rapidement réoutillée pour produire des vaccins à vecteur viral ou ARN messager. La capacité nationale limitée du Canada pour la production de vaccins signifiait que le pays devait dépendre entièrement sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et les sources étrangères pour obtenir des doses.

Pour que les vaccins arrivent au Canada, de nombreux réseaux de connaissances, systèmes de transport et ordres de gouvernement devaient collaborer pour faciliter l’approvisionnement et la distribution. 

Le déploiement des vaccins au Canada a officiellement commencé le 14 décembre 2020. Cette exposition documente le parcours de la première fiole du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19, de sa production jusqu’au bras d’une travailleuse de la santé canadienne.

La première fiole du vaccin Pfizer-BioNTech a été produite, avec de nombreuses autres, dans les installations de l’entreprise Corning Inc., située dans le nord de l’État de New York, aux États-Unis. 

Dans leur installation de New York, Corning a produit des fioles de vaccin pour utilisation nationale et internationale. (2020), Christopher PayneSource d'origine : Christopher Payne

Les fioles sont faites d’un composite spécial, le Valor Glass, qui est plus lisse et plus solide que le verre de laboratoire médical traditionnel. Ces caractéristiques garantissent l’innocuité et la stabilité du vaccin dans chaque fiole durant le transport.

Les fioles ont ensuite été expédiées à l’installation de production belge de Pfizer-BioNTech.

Les fioles sont préparés dans une usine de Pfizer en Belgique. (2020), PfizerSource d'origine : Pfizer

Là, elles ont été passées dans une machine à remplissage de vaccins automatisée complexe, dans laquelle elles étaient lavées et stérilisées, puis remplies avec le vaccin contre la COVID-19 Pfizer-BioNTech. Cette machine les scellait et le personnel les préparait pour le transport en les emballant dans de la glace sèche.

Ces fioles, en plus de commandes provenant d’autres pays, ont été chargées avec précaution par des employés sur un avion United Parcel Service le 12 décembre 2020. 

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, accueille l’arrivée des premiers vaccins contre la COVID-19 au Canada. (2020), Photo supplied by the Premier’s office/Photo fournie par le bureau du premier ministre.Source d'origine : Photo supplied by the Premier’s office/Photo fournie par le bureau du premier ministre.

Après des escales en Allemagne et aux États-Unis, l’envoi a atterri à l’aéroport international John C. Munro de Hamilton dans la soirée du 13 décembre 2020.

Le Réseau universitaire de santé (RUS) a été choisi par la province de l’Ontario pour superviser le programme de vaccination à Toronto. 

Dr Kevin Smith et Sue Graham-Nutter aux premières vaccinations tenues au Michener Institute. (2020-12-14), University Health NetworkSource d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé

Lorsqu’on l’a interrogé sur le rôle du RUS pendant cet événement d’importance, Dr Kevin Smith, président et chef de la direction du RUS, a répondu « Le RUS est fier de jouer un rôle primordial dans le lancement du programme de vaccination contre la COVID-19 au Canada. Les neuf derniers mois ont été difficiles à bien des égards, mais pas plus que pour les travailleurs de la santé de tout le continuum de soins, particulièrement les collègues dévoués qui s’occupent des personnes âgées en soins de longue durée. » 

Étant donné son partenariat avec le RUS et son rôle critique dans la prestation de soins, le personnel des Rekai Centres de Toronto a été choisi pour faire partie du projet pilote visant à recevoir les premières doses du vaccin contre la COVID-19 Pfizer-BioNTech.

Vers midi le 12 décembre, Jin Huh, directeur principal de pharmacie du Réseau universitaire de santé, a commencé à faire le suivi de l’administration des vaccins. Une journée et demie plus tard, à 9 h 40 le lundi matin, M. Huh a reçu les 585 fioles de la première livraison. 

Grâce à un flux de production soigneusement orchestré, il a rapidement fait circuler les fioles dans le bâtiment. Il les a apportées à Kelly Lalog, technicienne en pharmacie autorisée du RUS, qui les a placées dans un congélateur -70 °C.

Mme Booth Rumsey prépare cinq seringues du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19. (2020), University Health NetworkSource d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé

Mme Booth Rumsey, superviseure des techniciens des activités pharmaceutiques à la Princess Margaret Hospital, a pris cinq fioles du congélateur. Mme Rumsey a inspecté chaque fiole pour s’assurer que le contenu était exempt de petites particules. 

Ensuite, elle a retiré le couvercle antipoussière violet foncé de chaque fiole et a inséré une seringue stérile avec 1,8 ml d’une solution de chlorure de sodium. Après une inversion et une inspection finales, Mme Rumsey a préparé les cinq seringues, chacune remplie de 0,3 ml de vaccin.

Tamara Dus administre le vaccin contre la COVID-19 à Anita Quidangen. (2020), University Health NetworkSource d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé


Tamara Dus, une infirmière autorisée, a administré le premier vaccin à midi, le 14 décembre 2020. « C’était pour moi un privilège et un honneur de faire partie de ce grand moment. Et c’est toujours le cas... C’est excitant de voir la fin potentielle de la COVID et de constater que 2021 peut être différente de 2020. » 

Anita Quidangen a été la première de cinq travailleurs de la santé au Canada à recevoir un vaccin contre la COVID-19. C’était un événement émouvant et certains travailleurs de la santé étaient en larme après leur inoculation. « Ils sont si reconnaissants. En tant que travailleurs de la santé, un des pires scénarios possibles est de transmettre le virus à nos patients ou de le ramener à la maison, à nos familles », explique Mme Dus.

Vidéo : Derek Thompson reçoit son premier vaccin., University Health Network, 2020-12-14, Source d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé
,
Vidéo : Collette Cameron reçoit son premier vaccin., University Health Network, 2020-12-14, Source d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé
,
Vidéo : Cecile Lasco reçoit son premier vaccin., University Health Network, 2020-12-14, Source d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé
,
Vidéo : Lucky Aguila reçoit son premier vaccin., University Health Network, 2020-12-14, Source d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé
Afficher moinsEn savoir plus

Les cinq premiers travailleurs de la santé à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 étaient Anita Quidangen, Cecile Lasco, Collette Cameron, Derek Thompson et Lucky Aguila.

Une deuxième dose du vaccin a été administrée le 4 janvier 2021. (2020), University Health NetworkSource d'origine : University Health Network/Réseau universitaire de santé

Du nombre total de fioles que le RUS a reçues, la moitié ont initialement été mises de côté comme vaccins de rappel. Le 4 janvier 2021, les travailleurs de la santé des Rekai Centres sont retournés pour recevoir leur deuxième dose de vaccin. 

La collection nationale des sciences et de la technologie du Canada est dans le Centre Ingenium. (2020), IngeniumSource d'origine : Ingenium

Pour marquer la première fiole de vaccin contre la COVID-19 administré au RUS, Emily Musing, agente principale de la sécurité des patients au RUS, a collé un petit morceau de papier en dessous. Elle a fait la même chose pour la fiole de vaccin de rappel. 

Après la levée du deuxième ordre de rester à la maison imposé à toute la province de l’Ontario, Mme Musing a envoyé ces deux fioles à Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada.

Crédits : histoire

Ingenium souhaite remercier les collègues Christopher Payne, Megan Ogilvie et

du Réseau universitaire de santé d’avoir conservé ces fioles et partagé leur histoire.

Crédits : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Articles publiés par Musée des Sciences et Technologie du Canada
Applications Google