Spotlight Stories

La naissance des Jeux olympiques modernes

Athènes, du 6 au 15 avril 1896

L’histoire des jeux de l’antiquité dans le monde moderne

Cette année marque le 120e anniversaire des premiers jeux olympiques internationaux. Tenue du 6 au 15 avril 1896 à Athènes, en Grèce (le berceau de l’Olympiade antique), l’inauguration des jeux modernes fut une étape importante de la culture sportive internationale et de la coopération.

Les Jeux olympiques modernes ont été basés sur l’Olympiade grecque antique dont l’histoire remonte à 776 avant notre ère. Pendant 1000 ans, ces jeux de l’antiquité ont été organisés à Olympie en l’honneur de Zeus, le roi des dieux dans la mythologie grecque.

Jeux d’Athènes de 1896 : ligne de départ lors de la première course de 100 mètres des jeux modernes organisés dans le stade panathénaïque d’Athènes en Grèce.
Vue panoramique sur le stade panathénaïque, Παναθηναϊκό στάδιο de nos jours. Bâti aux alentours de 566 av. J.-C. ; rebâti en marbre en 329 avant notre ère, et finalement rénové entre 2000 et 2004 pour les Jeux d’été de 2004.

Les organisateurs, athlètes et spectateurs des Jeux de 1896 à Athènes seraient certainement étonnés par le développement du mouvement olympique depuis cette époque.

Rien qu’aux Jeux d’été de Londres 2012, 10 768 athlètes (5 992 hommes, 4 776 femmes) provenant de 204 pays ont participé. Un total de 302 manifestations ont été organisées dans 26 disciplines sportives.

Compétition de Taikwondo des femmes des Jeux d’été de Londres 2012
Participation de l’olympien espagnol Javier Gómez Noya au triathlon des Jeux d’été de Londres 2012 . Il y a remporté la médaille d’argent.

Les Jeux de 1896 étaient certainement à plus petite échelle que ceux de 2012, mais non moins emblématiques. 241 athlètes masculins représentant leurs pays respectifs se sont réunis pour participer à 43 événements dans 9 disciplines sportives : épreuves d’athlétisme, cyclisme, escrime, golf, tir, natation, tennis, haltérophilie et lutte.

Ligne de départ de la course cycliste de 12 heures aux Jeux olympiques inauguraux d’Athènes en 1896.

À une époque avant les voyages par avion, les 241 athlètes se sont rendu en Grèce par terre et par mer en provenance de 14 pays : l’Australie, l’Autriche, la Bulgarie, le Chili, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Suède, la Suisse, et les États-Unis d’Amérique.

Athlètes de l’Athletic Club irlando-américain en 1896.

Une plateforme de l’antiquité pour les Jeux modernes

À l’exception du marathon, les cérémonies et les épreuves sportives se sont tenues dans le Stade Panathinaiko d’Athènes (ou stade panathénaïque) devant une foule de 80 000 spectateurs.

Stade panathénaïque entièrement rempli lors des Jeux d’Athènes de 1896
Vue du stade panathénaïque au crépuscule

Les courses ont eu lieu sur la piste, mais ses virages serrés ont empêché les coureurs de battre des records.

Aussi appelé le Kallimármaro (Καλλιμάρμαρο), ce qui signifie « magnifiquement marbré », le Panathinaiko a été construit en 329 avant notre ère avec du marbre du Pentélique, célèbre pour sa teinte dorée brillante, provenant des carrières de la montagne de Pentelikon au nord-est d’Athènes. Le stade a été construit sur le site d’une structure en bois plus ancienne.

Vue des gradins bâtis avec du marbre aux teintes dorées.
Esclaier en marbre au stade panathénaïque

Plus de 2 000 ans plus tard, le riche bienfaiteur grec Evangelos Zappas, a financé l’excavation et la restauration du stade en vue de la tenue des Jeux olympiques nationaux tenus de 1859 à 1888. Ces jeux constituent un précédent important pour les Jeux olympiques inauguraux de 1896 et les autres améliorations apportées au stade.

Le site remarquable a été capturé à l’aide d’un stéréoscope pour donner des images pratiquement en 3D. Cette technologie photographique, ainsi que les photos et illustrations de journalistes internationaux, a aidé à présenter les premiers jeux modernes à un public mondial plus large.

Paire de photographies stéréoscopiques, une forme précoce de « l’imagerie en 3D », du stade panathénaïque datant de 1897.
Stéréoscope de 1895 (collection : site historique Frederick Douglass, National Park Service des États-Unis)

Visionnaires derrière le mouvement olympique

Beaucoup de gens ont partagé la vision de ressusciter l’Olympiade à l’époque moderne. Dès 1850, le médecin britannique Dr William Penny Brookes a organisé les Jeux olympiens de Wenlock ; des jeux locaux organisés dans la petite ville anglaise de Much Wenlock.

Vue de la ville de Much Wenlock dans le Shropshire en Angleterre : berceau des Jeux olympiques de Wenlock

Ces jeux ont à leur tour influencé un jeune aristocrate français, athlète et éducateur nommé Pierre de Coubertin (1863 - 1937). Couberti, intéressé par le succès de la culture sportive de l’Angleterre victorienne, était convaincu que les compétitions sportives développaient les valeurs morales et sociales telles que la camaraderie, le sens du fair-play, et la fierté nationale, tout en favorisant un sentiment de fraternité et de concurrence pacifique entre les nations.

Fondateur des Jeux olympiques Pierre de Coubertin, aux alentours de 1930

En 1894, il fonda le premier Comité international olympique [CIO] qui nomma son premier président, le Grec Demetrius Vikelas.

Membres du premier Comité international olympique. Le premier président du CIO, Demetrius Vikelas, est assis au centre, à sa droite se trouve le fondateur des Jeux olympiques, Pierre de Coubertin.

Le comité organisateur a décidé à l’unanimité de tenir les jeux inauguraux en Grèce, pays d’origine de Vikelas et berceau des Jeux olympiques.

Coubertin envisageait de changer de ville hôte tous les quatre ans afin de davantage internationaliser les jeux. Après les premiers Jeux olympiques modernes en 1896, les jeux ne sont retournés à Athènes que pour leur 100e anniversaire en 2004.

Symboles et cérémonie

Tout au long de sa vie, Coubertin s’est consacré à jeter les bases des jeux modernes. Sa vision est évidente dans presque tous les aspects de l’Olympiade moderne : des formalités des cérémonies d’ouverture et de clôture à la conception du symbole olympique et des médailles en passant par les règles et règlements des compétitions.

Coubertin prépare le terrain à Athènes

L’inauguration des premiers jeux internationaux a eu lieu dans le stade panathénaïque au cœur d’Athènes le 5 avril 1896. Le roi George 1er de Grèce (1863-1913) a présidé les cérémonies d’ouverture et de clôture devant 80 000 spectateurs.

La première cérémonie d’ouverture des jeux modernes a eu lieu à Athènes le 5 avril 1896.

Il a également récompensé le vainqueur du dernier événement du jeu : le marathon. Dans un tour du destin poignant pour la nation hôte, le vainqueur de cette ancienne course à pied était un Grec nommé Spiridon « Spyros » Louis. Travaillant en tant que porteur d’eau dans la campagne, Louis n’est pas arrivé aux jeux en tant qu’athlète professionnel. Mais il en est parti comme héros national et figure historique !

Cérémonies de clôture d’Athènes 1896 . Le vainqueur Spyridon « Spiros » Louis après avoir reçu sa branche d’olivier, sa médaille et son diplôme pour avoir remporté le marathon.
Illustration de la foule d’André Castaigne alors que le vainqueur du marathon Spirydon Louis arrive dans le stade.

Le premier médaillé des jeux modernes fut l’athlète américain James Connolly, qui a remporté le triple saut, le premier jour des Jeux en atteignant 13,71 mètres. Il a amené l’équipe des États-Unis à un total de 11 médailles pour la première place : le total le plus élevé parmi les 14 pays participants.

La Grèce a remporté le plus de médailles dans l’ensemble (46). La gymnastique fut cependant pratiquement complètement dominée par les Allemands qui ont remporté 8 des 11 médailles.

Le gymnaste allemand Herman Weingartner effectuant la manœuvre de la croix de fer aux anneaux à Athènes en 1896.
Weingartner participant à l’épreuve de la barre de gymnastique à Athènes en 1896. Il remporta la première place de l’épreuve.

Aux jeux de 1896 et de 1900, seuls les vainqueurs de la première et de la deuxième places recevaient des médailles. Les épreuves avaient lieu sur la pelouse centrale plein air du stade sous le soleil intense d’Athènes. Le vainqueur première place recevait une médaille d’argent, un rameau d’olivier, et un diplôme du roi Georges de Grèce.

Aujourd’hui, chaque pays hôte conçoit ses propres médailles. Les médailles des Jeux d’été devaient cependant inclure une représentation de Nike, avec le stade panathénaïque au dos de la médaille.

L’Espagnol olympien Thais Henríquez tenant sa médaille de bronze des Jeux d’été de Londres 2012. La médaille porte l’image de Nike (déesse de la victoire) montrée face au stade panathénaïque antique d’Athènes.
La déesse Nike vole devant le stade panathénaïque sur la médaille des Jeux d’été de Londres 2012

Les cinq anneaux célèbres

De nos jours, la plupart des gens n’auraient pas beaucoup de mal à identifier une image des cinq anneaux colorés s’entrelaçant sur un fond blanc. Chaque anneau représente l’un des cinq continents, et les couleurs bleu, jaune, vert, rouge, noir et blanc (couleur du fond) forment la combinaison de couleurs de tous les drapeaux nationaux.

Drapeau olympique, conçu en 1912 par Pierre de Coubertin

Les anneaux olympiques sont parmi les symboles les plus durables et immédiatement reconnaissables dans le monde. Pourtant, ils ne firent leur apparition que 16 ans après les jeux d’Athènes lorsque Pierre de Coubertin en esquissa le motif sur l’en-tête d’une lettre envoyée à un membre du CIO en 1912. Plus tard, il demanda au grand magasin parisien Le Bon Marché de coudre le premier drapeau olympique qui bat depuis.

Une longue course vers l’égalité

Dans l’ancienne Olympiade, la participation était limitée aux citoyens libres grecs de sexe masculin. Cela signifiait que les esclaves, les résidents étrangers, et les femmes étaient exclus de la compétition. Comme dans les jeux de l’antiquité, les jeux d’Athènes 1896 n’étaient pas ouverts aux femmes athlètes.

Cependant aux jeux de Paris 1900, les femmes ont rejoint la compétition, mais seules deux épreuves leur étaient ouvertes : le tennis et le golf. Charlotte Cooper, une joueuse de tennis australienne, a remporté les deux premières médailles d’or chez les femmes des Jeux modernes avec des victoires dans le simple dames et le double mixte.

La championne de tennis australienne Charlotte Cooper à l’œuvre sur le terrain des jeux de Paris 1900.

En 1912, les compétitions de natation dames ont été ajoutées au programme. Tout au long du 20e siècle, le CIO a ajouté plus d’épreuves de femmes, et en 1991 a déclaré que toutes les nouvelles disciplines sportives devaient inclure des épreuves pour les deux sexes.

Médaillées du 100 mètres fémininin, jeux de Stockholm 1912. De gauche à droite : Fanny Durack (1re place, AUS), Wilhelmina Wylie (2e place, AUS), et Jennie Fletcher (3e place, GBR)
La sprinteuse américaine légendaire Wilma Rudolph écrivant l’histoire sur la piste. Elle fut la première Américaine à remporter trois médailles d’or en athlétisme dans les mêmes Jeux olympiques, à Rome en 1960.

L’ajout de la boxe féminine aux Jeux d’été de Londres 2012 a instauré la parité dans le programme olympique pour la première fois dans l’histoire.

Boxe féminine aux Jeux d’été de Londres 2012

Jeux paralympiques

En 1948, le Dr Ludwig Guttmann organisa une épreuve pour les anciens combattants britanniques blessés de la Seconde Guerre mondiale. Nommées les « Jeux internationaux en fauteuil roulant », ces compétitions ont coïncidé avec l’Olympiade de Londres de cette année.

Les « Jeux en fauteuil roulant » ont de nouveau eu lieu en 1952, mais cette fois l’événement incluait des concurrents d’autres nations, ce qui en faisait la première compétition internationale de ce genre.

Ces premiers événements étaient connus sous le nom « Jeux de Stoke Mandeville » avant d’évoluer pour devenir ce que nous connaissons maintenant sous le nom de « Jeux paralympiques ». L’ouverture des premiers Jeux paralympiques s’est faite à Rome en 1960. Depuis lors, ils ont été réalisés conjointement avec l’Olympiade d’été.

Alors que les athlètes ayant un handicap ont toujours joué un rôle essentiel dans les Jeux olympiques, les Jeux paralympiques offrent aux athlètes une occasion unique de briller.

L’olympien Billy Bridges célèbre la performance récompensée par une médaille d’or de l’équipe canadienne de hockey sur luge aux Jeux paralympiques d’hiver de 2006 à Turin en Italie.

Les Jeux olympiques ont parcouru beaucoup de chemin depuis leurs origines religieuses et sportives de l’antiquité. Les jeux se sont transformés d’activité sportive amateur dans l’Angleterre rurale en événement international imaginé par Pierre de Coubertin, et sont maintenant une célébration mondiale de la compétition pacifique, de la diversité et de la persévérance.

Et les jeux continuent d’évoluer. La prochaine étape de ce voyage épique sera à Rio de Janeiro au Brésil en août 2016 : la meilleure façon de marquer cet anniversaire historique des Jeux olympiques modernes.

Vue de Rio de Janeiro au Brésil : la ville hôte ses Jeux d’été se déroulant du 5 au 21 août 2016.
Partager cette page avec un ami
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil