Editorial Feature

Focus sur: 6 objets surprenants et inhabituels du Mucem

Du jeu de tarots au "Tour pour l'abandon des enfants"

Avec plus d'un million d'objets, provenant d'Europe et de la Méditerranée et datant du Néolithique comme de l'époque la plus contemporaine, le Mucem possède dans ses collections une étonnante et large variété d'artefacts. Ces collections reflètent toutes les facettes de l'histoire de l'humanité - dont les plus étranges, merveilleuses et inattendues.

1. Le jeu d'oracle du Mage Edmond

Ce jeu de tarot a été créé par Edmond, célèbre mage du 19ème siècle ! Edmond a peint à la main sur chaque carte un symbole la reliant à l’un des sept astres fondamentaux de sa mythologie (le Soleil, la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne).

Ces cartes ont été utilisées par le mage Edmond pour conseiller ses plus célèbres clients dont Napoléon III et Victor Hugo.


Anecdote amusante: le Mage Edmond a dissimulé son nom dans les illustrations de ses cartes.

2. L'habit de Sœur Orgia

L’ordre des "Sœurs de la Perpétuelle Indulgence" est un groupe de justice sociale et de protestation, empruntant certains codes de l'imagerie religieuse comme des travestis afin de questionner la notion traditionnelle de genre comme les stéréotypes de la sexualité. Cet ordre de "nonnes queers", créé à San Francisco en 1979 au début de l’épidémie du Sida, se donna pour mission de résister à l'oppression religieuse exercée sur la communauté LGBT mais également de lutter contre de nombreux problèmes sociaux - militant même pour la canonisation des héros de la communauté LGBT. L’habit de Sœur Orgia, aux couleurs du club de football l'Olympique de Marseille, exprime la devise de l’ordre, « prêcher dans la joie ».

3. Le catalogue du forgeron

"Les bouquets de Saint-Eloi", nom donné à ce type d’objet en référence au saint patron des métiers des métaux, sont des assemblages de fers différents et de divers instruments et outils. Créé par le forgeron et présenté sur la façade extérieure de son échoppe, il faisait office d'enseigne et de catalogue de sa production; à la manière de photographies de coupes de cheveux présentées en vitrine des salons de coiffures.

4. Le "tour pour l'abandon des enfants"

Ce modeste objet cache une histoire édifiante... Au 19e siècle, l'absence de contrôle de la natalité et de recours pour les femmes enceintes de pauvre condition, conduisait à la naissance de nombreux enfants non désirés, alors abandonnés dans la rue ou aux portes de refuges. Exposés aux dangers extérieurs, les bébés étaient inévitablement condamnés à mourir. C'est dans ce contexte que fut créé "Le tour d’abandon": maçonné dans le mur extérieur d’un couvent ou d’un établissement d’assistance, il permettait, par un système de rotation, de faire passer l’enfant du monde extérieur à celui de l’assistance (c'est-à-dire un orphelinat ou hospice pour enfant « trouvés »). Comme le précise le musée: "le tour n’enlève rien au drame qu’est l’abandon, mais il voulait au moins sauver des vies humaines (et sans doute l’a-t-il fait)."

5. L'automate de voyance

Dans les premières années du 20e siècle, en France, plusieurs règlements draconiens ont tenté de limiter et de taxer l’utilisation de machines à sous dans les cafés. Pour les contourner, les fabricants et les gérants ont converti – ou plutôt déguisé – les machines en boîtes à musique ou en distributeurs d’horoscopes. Cet automate était censé, pour la modique somme de 2 francs, révéler à l’utilisateur son chiffre porte-bonheur et le jour de la semaine qui lui serait favorable. On y reconnaît un sphinx et des pyramides d’Egypte, une image fréquemment utilisée dans la voyance depuis le 19e siècle. Dans l’imaginaire occidental, ces figures évoquent des savoirs anciens et mystérieux, comme la garantie d’une prédiction de qualité – même de la part d’une machine !

6. Pain en forme de sirène

Bien qu'aliment du quotidien, le pain eut un immense impact sur la culture européenne. Denrée nécessaire, consommée de différentes manières à l'occasion de cérémonies culturelles et religieuses (dont l'Eucharistie chrétienne, par exemple), le pain était cuit en forme de figures ou de symboles placés au cœur des traditions (la fécondité, la mort, ou la foi). Cette jolie sirène a été acquise en 2004, en même temps que plus de 1000 autres pains, auprès d'une collectionneuse qui pendant 15 ans sillonna l’Europe à la recherche de pains figuratifs.

Il peut sembler curieux de trouver du pain dans les collections d'un musée, mais ce n'est finalement pas si inhabituel. Regardez par exemple cette miche, extraite d'une tombe égyptienne et désormais présentée au British Museum.

Explorez la richesse des collections du Mucem ici.

Words by Leonie Shinn-Morris
Remerciements : tous les supports
Partager cette page avec un ami
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil