Editorial Feature

Comment tourner une performance live dans un ancien théâtre italien ?

Découvrez les coulisses du tournage de la nouvelle vidéo du groupe Phoenix

"Ouah ! Il est magnifique ! Et plus petit que ce que je pensais !"

C'est la première remarque que l'on s'est tous faite en entrant dans la salle du Teatro Bibiena, situé dans la petite ville de Mantoue, en Italie. À la fois intime et majestueux, le lieu est magique. C'est dans ce "théâtre de marionnettes" que l'équipe créative de La Blogothèque a choisi de réunir le groupe français Phoenix et des habitants de Mantoue, le temps du tournage d'un clip en plan-séquence.

La collaboration entre la Blogothèque et Phoenix ne date pas d'hier. Nous nous sommes rencontrés en 2009, juste après la sortie de leur cinquième album, "Wolfgang Amadeus Phoenix". Nous avons réalisé ensemble une série de vidéos à proximité de la tour Eiffel, à Paris. Quatre ans plus tard, à la sortie de leur album suivant, Bankrupt!, nous avons eu une idée un peu folle : nous les avons filmés à l'aide d'un drone survolant les jardins du château de Versailles. Chacune des vidéos que nous avons réalisées ensemble était le fruit d'un défi fou, mis en scène dans un lieu hautement symbolique et historique.

Alors, quand nous avons entendu parler de leur nouvel album "Ti Amo", il nous a semblé évident de faire quelque chose de tout aussi exaltant, dans un nouveau décor improbable.

Comme cet album regorge de références à l'Italie et que les membres du groupe sont très fans de culture italienne, nous nous sommes mis en quête de monuments italiens emblématiques. C'est là que Google Arts & Culture nous est apparu comme le meilleur moyen d'explorer le patrimoine italien, sans quitter notre bureau. Nous avons rapidement sélectionné quelques lieux d'exception, avant de tomber amoureux de ce que nous avons vu sur la page du Teatro Bibiena.

Le Teatro Bibiena est un théâtre prestigieux du XVIIIe siècle. Alors qu'il fut initialement construit pour servir de salle de cours, son acoustique exceptionnelle n'a pas tardé à être remarquée. Le jeune Wolfgang Amadeus Mozart y a d'ailleurs joué alors à l'âge de 14 ans. Comme le chanteur du groupe, Thomas Mars, l'a souligné : "Ce théâtre n'a pas été conçu pour la musique. Mais au final, tout ici est fait pour elle."

Sur les photos, le Teatro Bibiena est impressionnant. Sur chaque mur, des dizaines de balcons, du sol au plafond et même derrière la scène. Séparés par des éclairages, ils sont tous décorés de fresques. Cela donne une impression d'opulence, de prestige et de grandeur, qui vous dépasse.

Le décor de la salle est si impressionnant qu'il faut y pénétrer pour réellement mesurer la petitesse des lieux. Cette capacité à doter un espace restreint d'un décor à la fois très luxueux et riche d'ornements sans le rendre étouffant ni oppressant est d'ailleurs l'une des plus remarquables marques de fabrique d'Antonio Galli da Bibiena. Nous sommes tombés amoureux de ce lieu unique et nous avons immédiatement su que c'était le décor parfait pour notre vidéo.

Une fois le cadre choisi, nous nous sommes intéressés à la vidéo elle-même. Colin Solal Cardo, le réalisateur, a rapidement manifesté sa volonté de tourner un plan-séquence (notre signature) en 35 mm, à l'ancienne, ce qui donne de belles images, mais ne permet pas de reshooter à volonté. Nous voulions également donner vie à cet espace, c'est pourquoi plutôt que de faire appel à des acteurs professionnels, nous avons demandé aux employés de la municipalité de Mantoue de nous aider à trouver des habitants qui accepteraient de figurer dans la vidéo.


Trente habitants de Mantoue ont ainsi joué les figurants dans ce théâtre devenu, le temps d'une journée, notre terrain de jeu.

Thomas devait jouer un guide touristique qui, se prenant pour une star, abandonne son groupe de visiteurs pour chanter sur scène aux côtés des autres membres de Phoenix, Christian Mazzalai, Laurent Brancowitz et Deck D’Arcy. Il devait traverser l'allée centrale, monter sur scène, emprunter des passages secrets, puis revenir sur scène, tandis que les musiciens du groupe l'accompagnaient. Et nous devions filmer tout cela sur un seul plan, ce qui est loin d'être évident ! Nous retenions notre souffle pendant chaque prise. Heureusement, la quatrième (et dernière) fut la bonne.

Le plus difficile était de parvenir à évoluer librement dans le théâtre sans que le matériel et l'équipe technique n'apparaissent à l'écran, car il est presque impossible de cacher quoi que ce soit dans le théâtre. Notre ingénieur du son, Etienne Pozzo, a caché des micros partout pendant que les musiciens se préparaient et répétaient. Notre directeur de la photographie, Kaname Onoyama, a quant à lui dissimulé les éclairages dans les loges supérieures. Ensuite, Colin, le réalisateur, a imaginé la "chorégraphie" que notre opérateur steadicam devrait respecter et a indiqué aux figurants ce qu'il attendait d'eux.

Au final, nous avons plusieurs raisons d'être fiers de ce film. D'abord, et surtout, nous avons eu la possibilité de mettre en valeur la beauté de ce lieu incroyable qu'est le Teatro Bibiena, tout en le respectant. Ensuite, nous avons eu la chance de réaliser ce film avec la collaboration des habitants de Mantoue, qui ont non seulement fait office de figurants, mais qui nous ont également aidés à la production, à la mise en scène, et bien plus encore. Nous avions vraiment l'impression que tous les habitants de la ville œuvraient ensemble, ce qui est très gratifiant.

Raconté par Chryde de La Blogothèque
Remerciements : tous les supports
Partager cette page avec un ami
Accueil
Explorer
À proximité
Profil