Editorial Feature

Découvrez les artistes célèbres inspirés par les paysages d’Europe

Explorez le travail inspiré par les voyages de ces artistes

Depuis des siècles, de nombreux artistes ont été attirés par l’Europe en raison de la variété des paysages à capturer sur toile. Des collines verdoyantes de la campagne aux montagnes rocheuses recouvertes d’un ciel bleu céruléen en passant par les groupes de bâtiments gris le long d’une rivière effervescente. Il y a de quoi mettre à l’épreuve l’œil créatif de n’importe quel peintre.

Nous explorons ici les différents lieux où des artistes célèbres ont trouvé l’inspiration. Dans cette collection, nous retrouvons des artistes qui ont visité une ville ou un pays voisin, ceux qui sont venus pour des voyages ponctuels et d’autres qui ne sont jamais repartis.

Vincent van Gogh

L’artiste néerlandais Vincent van Gogh est né à Zundert, aux Pays-Bas. Il arriva en France pour la première fois en 1875 alors qu’il n’avait que 22 ans. Des années durant, l’artiste fit de nombreux allers-retours en France. Cette période est l’une des plus significatives de sa carrière. L’un de ses déménagements les plus importants fut celui de 1888, lorsqu’il quitta Paris pour Arles, en Provence, dans le sud de la France. Bien qu’il fasse partie d’une communauté animée d’artistes dans la capitale française depuis seulement deux ans, van Gogh voulait s’évader. Il s’est donc installé à Arles et a créé son propre studio, toujours connu sous le nom de Maison Jaune.

Van Gogh fut attiré par le soleil du sud de la France. C’est là qu’il a réalisé ses meilleures et plus célèbres œuvres, dont plusieurs de ses natures mortes de tournesol et Terrasse du café le soir (ci-dessous). L’artiste n’a passé qu’un an à Arles, et après un séjour volontaire dans un hôpital psychiatrique de Saint-Rémy de Provence, il est finalement retourné plus au nord, à Auvers-sur-Oise, en banlieue parisienne.

Terrasse du café le soir de Vincent van Gogh (de la collection du musée Kröller-Müller)
La Maison jaune de Vincent van Gogh (de la collection du musée Van Gogh)
Jardin public à Arles de Vincent van Gogh (de la collection du Gemeentemuseum)

Salvador Dalí

Port Lligat est un petit village situé dans une baie de la Costa Brava. En 1930, le peintre surréaliste Salvador Dalí décida de faire de ce lieu sa maison et, pendant les 40 années suivantes, transforma la cabane d’un pêcheur en un foyer. Né à Figueres en Catalogne et ayant grandi à Cadaqués, Dalí fut attiré à Port Lligat pour le paysage, la lumière et l’isolement dont il avait besoin pour créer ses œuvres.

L’artiste a dit un jour à propos de la région : « Port Lligat est mon lieu de production, le lieu idéal pour mon travail. Tout s’accorde pour qu’il en soit ainsi : le temps passe plus lentement et chaque heure a sa propre dimension. Il y règne une paix géologique : c’est un cas planétaire unique. » Qu’il s'agisse de peinture ou de sculpture, Dalí travaillait souvent à l’extérieur pour profiter au maximum de la vue.

Dalí peignant son épouse Gala à Port Lligat (de la collection de l’Agencia EFE)
Dalí assis à sa résidence à Port Lligat (de la collection de l’Agencia EFE)

Alexander Keirincx

Né à Anvers, Alexander Keirincx a été formé comme peintre baroque flamand et a fini par passer la majeure partie de sa vie à Amsterdam. Mais c’est un passage en Angleterre qui rend cet artiste plus significatif dans l’histoire de l’art britannique que beaucoup ne le pensent. Keirincx a été mandaté par le roi Charles Ier pour créer dix peintures de paysages, principalement des vues des châteaux et des maisons du roi dans le nord de l’Angleterre et en Écosse de 1639 à 1640. On ne sait pas pourquoi Keirincx a été choisi spécifiquement, mais cette décision était à la fois motivée politiquement et pour faire bonne figure après l’échec de la campagne de Charles Ier contre les Écossais.

Les peintures témoignent de l’esthétique détaillée des vues topographiques de Keirincx, combinée aux techniques traditionnelles, et de sa capacité à créer de la chaleur dans les scènes les plus sombres. Si le contexte complet dans lequel l’artiste se trouvait en Angleterre reste incertain, une chose est sûre : il a trouvé du réconfort dans les structures de pierre stoïques et les paysages qu’on lui a demandé de peindre. Ses peintures étaient les premières de ce que nous appellerions aujourd'hui des « portraits de maison » et sont devenues une tendance bien établie dans la peinture en Grande-Bretagne à la fin du XVIIe siècle, tout cela grâce aux œuvres qui ont été commandées à Keirincx.

Le château de Richmond, Yorkshire d’Alexander Keirincx (de la collection du Centre d’art britannique de Yale)

John Singer Sargent

Né de parents américains à Florence, en Italie, John Singer Sargent a vécu une existence nomade pendant la majeure partie de sa vie, voyageant à travers l’Europe à la recherche de nouveaux paysages à peindre pour sa satisfaction personnelle. Pendant 30 ans, au cours des XIXe et XXe siècles, Sargent fut un peintre de société très recherché, mais il produisit aussi des centaines de paysages et d’études de personnages qui n’étaient pas destinés à la vue du public. Venise fournit à Sargent la toile de fond parfaite pour mener cette double vie artistique à mesure que la ville lui posait des défis comme jamais il n'en avait rencontrés auparavant. Il finit par y voir une sorte de foyer spirituel.

De 1898 à 1913, l’artiste se rendait à Venise au moins une fois par an. Plutôt que de se concentrer sur l’agitation des passants, Sargent tourna son regard vers les canaux et les vues architecturales, et fit presque abstraction des personnages de ses œuvres. Pendant cette période, Sargent put affiner ses capacités dans la représentation des lueurs de l’eau, mais aussi travailler sur ses compétences en tant que dessinateur en réalisant des études architecturales des grands bâtiments et des façades ornées de Venise.

Rio dei Mendicanti, Venise de John Singer Sargent (de la collection du musée d'art d'Indianapolis à Newfields)
La Piazzetta de John Singer Sargent (de la collection de la National Gallery of Art, Washington DC)
Le Rialto de John Singer Sargent (extrait de la collection du musée des beaux-arts de Virginie)

Mary Cassatt

Mary Stevenson Cassatt était une peintre et graveuse américaine. Originaire de Pennsylvanie, mais tellement déterminée à devenir artiste, elle a pris en main son éducation artistique et s’est installée à Paris en 1866, à l’âge de 22 ans, avec sa mère et des amis de la famille comme chaperons. Cassatt est tombée dans la mouvance impressionniste, née en France, et elle s’est concentrée sur la peinture de la vie sociale et privée des femmes, avec un accent particulier sur les liens intimes entre mères et enfants. Le style impressionniste a donné à Cassatt la liberté de peindre des scènes en plein air, et elle était attirée par les scènes surpeuplées parsemées de moments de tranquillité.

Lorsqu’elle arrive à Paris, elle se lie d’amitié avec Edgar Degas et c’est grâce à ce lien qu’elle devient la seule femme à exposer avec les autres impressionnistes. Cassatt a tellement apprécié le bouillonnement de Paris et de sa banlieue qu’elle y est restée jusqu’à sa mort en 1926, à l’âge de 82 ans.

Enfant cueillant un fruit de Mary Cassatt (de la collection du musée des beaux-arts de Virginie)
Une femme et une fille au volant de Mary Cassatt (de la collection du musée des beaux-arts de Philadelphie)
Dans la loge de Mary Cassatt (de la collection du musée des beaux-arts de Boston)

Claude Monet

Comme Camille Pissarro et Charles-François Daubigny, Claude Monet s’installe à Londres pendant la guerre franco-prussienne (1870-1871). Il arriva en hiver et ne parlait pas anglais, et trouva toute cette expérience épouvantable. Pourtant, malgré la dureté de ces mois froids, l’artiste est revenu dans la capitale anglaise en 1899, 1900, 1901 et 1904, après s’être laissé charmer par l’architecture et le ciel brumeux de Londres.

Il séjourna à l’hôtel Savoy et peint la ville depuis les balcons. Il tourna également son attention vers certains des points d’intérêt les plus emblématiques de Londres, comme la série d’œuvres qu’il a peintes des Chambres du Parlement. Ce que Monet aimait le plus, c’était la nature changeante du temps à Londres, où « aucun jour ne ressemble à un autre » et il trouvait plus passionnant de peindre la brume déformée qui engloutissait l’horizon plutôt qu’une journée claire et ensoleillée.

La Tamise à Westminster de Claude Monet (de la collection de la Galerie nationale de Londres)
Chambres du Parlement, Londres de Claude Monet (de la collection du musée d’art moderne André-Malraux)
Pont de Waterloo de Claude Monet (de la collection du musée d’art de Denver)

Pablo Picasso

Alors que Pablo Picasso est né à Malaga et a commencé sa carrière artistique à Barcelone, c’est dans la ville de Paris, en France, que beaucoup disent que l’artiste s’est imposé. Picasso est arrivé dans la capitale française en 1900 et la ville grouillait déjà d’artistes modernistes. Il est fasciné par l’œuvre d’Edgar Degas, Vincent van Gogh et Paul Cézanne.

Le style de Picasso a beaucoup changé au cours de ces années et il a été fortement influencé par ces artistes, mais son imagination a été stimulée par la ville elle-même. Plein de bohème malicieuse et de glamour discret, c’était les rues de Paris et les groupes de gens intéressants que Picasso ne pouvait s’empêcher de peindre. Picasso était particulièrement épris non seulement de Paris, mais aussi de la France dans son ensemble, et il a fini par devenir assez riche pour acheter un château au pied de la montagne Sainte-Victoire. C’était une vue dont il se vantait car elle avait été immortalisée de nombreuses fois sur toile par son héros, Cézanne, et lorsque l’artiste mourut en 1973, il demanda à y être enterré.

Le Repas Frugal de Pablo Picasso (de la collection de la National Gallery of Art, Washington DC)
Portrait de Pablo Picasso de Juan Gris à Paris (1912) (de la collection de l’Art Institute of Chicago)
Picasso dans son atelier à Mougins, France (1949) de Gjon Mili (extrait de la collection de LIFE Photo Collection)
Partager cette page avec un ami
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil