Loading

Les myriades de cavaliers

1375/1382

Castle of Angers

Castle of Angers

Scène 26 de la deuxième pièce de la tapisserie de l'Apocalypse d'Angers. Alors que résonne la sixième trompette, des myriades de cavaliers déferlent…
Ils sont 200 millions dans le texte, mais seulement six ici. Ils massacrent un tiers de l’humanité symbolisée par sept personnes écrasées sous les sabots des envahisseurs.
Cette simplification n’exclut pas un souci du détail. Ainsi la représentation des montures sur cette scène est conforme au texte de l’Apocalypse « et les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions et de leur bouche il sortait du feu, de la fumée, du soufre. (…) Car la puissance de ces chevaux est dans leur bouche et dans leur queues, parce que leurs queues ressemblent à des serpents et qu’elles ont des têtes dont elles blessent ».
Ces cavaliers, malgré cette description fantastique, sont aussi très représentatifs des soldats du 14e siècle et peut être même de l’armée anglaise, ennemie des français. Nous sommes en effet en pleine Guerre de Cent ans au moment de la création de la tapisserie.
On voit sur cette scène un cavalier en armure, un coutelier ; le seul individu non armé est sans doute un valet ou un page. Un des personnages semble être un mercenaire venu d’Orient. Il est armé d’un grand sabre à lame recourbée et porte une coiffe très étrange.
Un soldat à droite porte un casque bombé au milieu et dont les bords se relèvent sur le devant, et tient une grande lance. Chevauchant en première ligne, un autre soldat dont le casque est orné de deux plumes de faisan, puis un personnage vêtu en orange, aux mains gantées de fer, coiffé d’un turban.
Au centre de l’image se trouve un superbe cavalier dont l’armure est particulièrement détaillée : cotte de mailles, casque, jambières, gantelets articulés, solerets. Son bouclier comporte une échancrure destinée à recevoir sa longue lance qui s’achève par une pièce métallique très acérée en forme de losange. Le cavalier porte à la taille une petite dague et une épée dont seule la poignée est visible. Enfin, son casque, dont la visière est relevée, est surmonté d’une plume d’autruche blanche. Le soin apporté à la représentation de ce personnage, la richesse et le style de son armement laissent à penser que ce cavalier pourrait être le fils du roi d’Angleterre, Edouard, prince de Galles, surnommé le Prince Noir.

Show lessRead more

Details

  • Title: Les myriades de cavaliers
  • Date: 1375/1382
  • Location: Angers, château, galerie de la tapisserie de l'Apocalypse

Recommended

Home
Explore
Nearby
Profile