Loading

Masque anthropomorphe Bakorogui

UnknownDébut du XXème siècle

Musée du quai Branly - Jacques Chirac

Musée du quai Branly - Jacques Chirac
Paris, France

Les Toma, établis entre la Guinée et le Libéria, seraient les inventeurs du rituel du Poro, apparu au XVIème siècle. Ce rite d’initiation a ensuite été assimilé par plusieurs populations d’Afrique de l’Ouest, entre autres les Mende, les Kissi, les Kpelle, les Bassa, et les Sénoufo. Plusieurs types de masques sont utilisés, parmi lesquels les Angbaï, Bakorozai, Bakorogui.

Les masques Bakorogui manifestent la présence des ancêtres de façon générique. Ils peuvent être mâles ou femelles, pour renvoyer à la complémentarité homme-femme et à la séparation des genres, qui tient une grande place dans l'apprentissage dispensé lors de l'initiation.

La grosse moustache en poils de singe colobe, les yeux tubulaires et le nez busqué sont des signes de la masculinité, caractéristiques du masque Bakorogui. La mâchoire dissimulée sous la moustache est mobile et pouvait être actionnée par le porteur du masque. Il existe d'autres masques pourvus d'une mâchoire articulée chez les Dan de Côte d 'Ivoire et chez les Kpellé de Guinée et du Libéria, populations voisines des Toma. Un « guide-interprète » accompagne ce type de masque, qui peut avoir un comportement très agressif.

Details

  • Title: Masque anthropomorphe Bakorogui
  • Creator: Unknown
  • Date: Début du XXème siècle
  • Location: Guinée, région de Nzérékoré
  • Provenance of the object (French): Guinée, région de Nzérékoré
  • Ethnonym: Toma
  • Description (French): Les Toma, établis entre la Guinée et le Libéria, seraient les inventeurs du rituel du Poro, apparu au XVIème siècle. Ce rite d’initiation a ensuite été assimilé par plusieurs populations d’Afrique de l’Ouest, entre autres les Mende, les Kissi, les Kpelle, les Bassa, et les Sénoufo. Plusieurs types de masques sont utilisés, parmi lesquels les Angbaï, Bakorozai, Bakorogui. Les masques Bakorogui manifestent la présence des ancêtres de façon générique. Ils peuvent être mâles ou femelles, pour renvoyer à la complémentarité homme-femme et à la séparation des genres, qui tient une grande place dans l'apprentissage dispensé lors de l'initiation. La grosse moustache en poils de singe colobe, les yeux tubulaires et le nez busqué sont des signes de la masculinité, caractéristiques du masque Bakorogui. La mâchoire dissimulée sous la moustache est mobile et pouvait être actionnée par le porteur du masque. Il existe d'autres masques pourvus d'une mâchoire articulée chez les Dan de Côte d 'Ivoire et chez les Kpellé de Guinée et du Libéria, populations voisines des Toma. Un « guide-interprète » accompagne ce type de masque, qui peut avoir un comportement très agressif.
  • Rights: http://ymago.quaibranly.fr/_customer/fr/license.html

Get the app

Explore museums and play with Art Transfer, Pocket Galleries, Art Selfie, and more

Flash this QR Code to get the app
Google apps