Opera dei Pupi, marionnettes de Sicile. Opera dei Pupi, marionnettes de Sicile.

Cuticchio, Nino2008-03-15

Maison des Cultures du Monde

Maison des Cultures du Monde

Paris est menacé. De nombreux paladins de la cour de Charlemagne sont partis à la recherche de la princesse Angélique. Même Orlando, le plus valeureux des chevaliers, a quitté la cour et Charlemagne doit confier la commande de son armée à Rinaldo. Mais tous deux, épris de la belle Angélique, ont juré de se disputer son amour jusqu'à la mort. Un duel s'ensuit, mais, heureusement ! Le magicien Malagigi parvient à les séparer�
Joué par la compagnie de théâtre Bradamante de Palerme, ce duel propose une relecture moderne du gran duello, pièce du répertoire traditionnel de l'Opera dei Pupi, théâtre de marionnettes de Sicile né au cours du XIXe siècle. Les marionnettes, hautes de 60 à 70 cm, sont constituées d'armures étincelantes montées sur une tige de bois. La tête, finement sculptée, s'anime du regard transparent des yeux de verre. Jusqu'au début du siècle, les armures des princes étaient recouvertes d'écailles d'argent et les heaumes, les hauberts et les armes étaient aussi en métal précieux. Les personnages présentent des articulations au cou, aux épaules, aux coudes, aux poignets, aux genoux et aux chevilles. Plus les personnages sont importants, plus leurs articulations sont nombreuses et leur taille élevée.
La technique de manipulation requiert à la fois l'usage de tiges et de fils. La tête et le bras droit de la marionnette sont reliés à deux tiges de fer de 50 cm de longueur. Le bras gauche et parfois l'épée sont mus par un fil qui va rejoindre la poignée de la tige de fer qui commande les mouvements de la tête. Les jambes restent libres et c'est leur propre poids et leur rebondissement sur le plancher du castelet qui donnent à la marionnette un mouvement permanent de danse sautillante. Le castelet, surélevé, consiste en une boîte surmontée d'un rideau. Les montreurs manipulent les marionnettes, penchés au-dessus d'une rambarde. Le spectacle présente un aspect d'agitation furieuse, ponctuée par le bruit des armures et le cliquetis des armes et des pièces métalliques. L'Opera dei Pupi est un exemple de tradition bien vivante qui s'est transmise de manière ininterrompue jusqu'à nous.
Aujourd'hui il ne subsiste plus que trois troupes à Palerme. Le Festival de l'Imaginaire 2008 a choisi de présenter la compagnie Bradamante, emblématique de cette tradition reconnue chef-d'oeuvre du patrimoine culturel immatériel.

Dirigée par Nino Cuticchio, la compagnie Bradamante s'inscrit dans la tradition familiale. Fils et élève du grand puparo (poupier) Giacomo Cuticchio, Nino reçoit la tradition de son père et la transmet à son tour à sa famille. Nino Cuticchio est né en 1952 à San Cipirello (Palermo) dans le théâtre de son père, précisément sur la scène. En effet le théâtre est aussi la maison de la famille Cuticchio qui se déplace à travers toute la Sicile pour jouer ses spectacles. Dès son plus jeune âge, Nino suit son père dans les villes siciliennes et commence à jouer du pianino a cilindro (orgue de Barbarie), première étape de l'apprentissage du métier de poupier. À l'age de treize ans, Nino devient un des marionnettistes du théâtre de son père situé au centre de Palerme, puis le suit dans toutes ses tournées tant en Italie qu'à l'étranger. Suite à la crise du théâtre des pupi, son père choisit d'inscrire Nino dans une école de lithographie afin qu'il apprenne un métier. Nino commence à dessiner et se découvre un goût particulier pour la peinture. Il demande alors à son père de le conduire dans l'atelier d'un peintre. Nino passe son temps à peindre et durant cette période il produit soixante nouvelles toiles de fond, copiant les anciennes toiles tout en aidant son père le soir dans son nouveau théâtre, Ippogrifo, situé dans la ruelle Ragusi à Palerme. Grâce à son père, Nino rencontre le poupier et peintre Gaspare Canino di Alcamo. Canino devient un maître pour le garçon. Il lui apprend à dessiner les pupi, les chevaux et corrige les défauts des toiles de fond réalisées par Nino.
En 1984 son père lui prête vingt pupi et des castelets grâce auxquels Nino commence à réaliser des spectacles dans les écoles de Palerme et de la province. Au cours de ces mêmes années, Nino collabore avec le Musée International des Marionnettes pour lequel il réalise à la fois spectacles traditionnels et nouveaux spectacles commandés par le Musée.
Après la mort de son père en 1985, Nino poursuit son activité de poupier, continuant à faire vivre, avec ses filles Tiziana, Barbara, Alessandra et sa mère Pina Patti Cuticchio, le théâtre Ippogrifo de son père.
Florabelle Spielmann

Les personnages principaux :
�CHARLEMAGNE, l'empereur
�ORLANDO (Roland), un paladin
�RINALDO (Renaud), un paladin
�ANGELICA, la princesse de Catai
�RODOMONT, le roi d'Alger
�MALAGIGI, le magicien
�NACALONE, un démon

1e scène: Palais royal de Paris
Charlemagne a réuni le conseil des paladins pour lui faire savoir que le neveu d'Orlando et d'autres cavaliers ont manqué à leur devoir :
ils sont partis à la recherche d'Angélique, la belle princesse orientale. Un soldat vient annoncer le siège du royaume de Rodomont, roi d'Alger. Charlemagne envoie les paladins combattre sous le Commandement du prince Rinaldo.

2e scène: Camp païen
Rodomont dit à ses hommes, géants et chevaliers, qu'ils vont bientôt conquérir Paris. On entend crier �aux armes�. Tous partent combattre.

3e scène: Murs de Paris
Païens et chrétiens s'affrontent. Rodomont fait preuve de courage en les combattant, mais il est mis en fuite par Rinaldo qui le poursuit pour le tuer.

4e scène: Campagne
Orlando, à la recherche d'Angélique, tue un serpent. Il entend alors crier au secours et se hâte d'aller secourir celui qui est dans le besoin.

5e scène: Une plage
Un géant, voleur, a enlevé Angélique et veut l'amener à la foire de Salonique pour la vendre comme esclave. Orlando arrive et la délivre.
Alors que tous deux parlent d'amour, Rinaldo, à la recherche de Rodomont, arrive. Il voit Angélique et tombe encore une fois amoureux d'elle. Orlando ne lui permet pas de s'approcher.
Un combat s'ensuit.

6e scène: Porte de l 'enfer
Le magicien Malagigi apprend de Nacalone, un de ses démons, qu'Orlando et Rinaldo se battent depuis trois jours et deux nuits pour l'amour d'Angélique.
Or une prophétie dit que Rinaldo peut mourir d'un moment à l'autre.
Malagigi se souvient du conseil que son maître, l'enchanteur Merlin, lui a donné: combattre les Magiciens opposés à la foi chrétienne et veiller sur la vie des paladins.
Malagigi sait que les deux cousins ne l'écouteront pas. Il ordonne donc à Nacalone de se transformer en Duc Namo de Bavière, pendant que lui-même se transformera en Charlemagne. Il lui ordonne de prendre la princesse du Catai, de la mettre sur un cheval rapide et de la conduire à Marseille où elle trouvera un bateau qui la conduira dans ses terres des Indes. Dans le même temps, il ira convaincre les deux paladins de combattre, non plus entre eux, mais de nouveau contre les païens.

7e scène: Une plage
Orlando et Rinaldo sont toujours en train de se battre. Le duel est interrompu et le plan de Malagigi, déguisé en Charlemagne, marche à la perfection.

8e scène: Murs de Paris
Les soldats qui montent la garde voient arriver Orlando et Rinaldo : ils donnent l'alarme. Les deux armées s'affrontent, cette fois il n'y a que des morts. Tout devient calme quand Orlando fait battre la retraite. Orlando : "et maintenant paladins de France, soldats, rentrons dans Paris, allons consoler le coeur de notre empereur Charlemagne, allons dire à tout le monde merci et bonsoir".

En partenariat avec le CRT Artificio de Milan

Show lessRead more

Details

  • Title: Opera dei Pupi, marionnettes de Sicile. Opera dei Pupi, marionnettes de Sicile.
  • Creator: Cuticchio, Nino, Cuticchio, Nino
  • Date Created: 2008-03-15, 2008-03-15
  • Location: Italie

Additional Items

Recommended

Translate with Google
Home
Explore
Nearby
Profile