18 avr. 2015 – 31 août 2015

Balenciaga, magicien de la dentelle

Cité de la dentelle et de la mode

Une exposition organisée sous le haut patronage de M. Hubert de Givenchy et coproduite avec la Fondation Cristóbal Balenciaga (Getaria, Espagne).

À l’occasion des 120 ans de la naissance de Cristóbal Balenciaga (1895, Getaria - 1972, Javea, Espagne):
La Cité de la dentelle et de la mode de Calais a consacré une exposition autour d’un sujet totalement inédit : ses créations en dentelle. Le thème était pourtant évident tant la dentelle a tenu, tout au long de sa carrière, une place privilégiée. 

La dentelle, Balenciaga l’adorait, il l’employa aussi bien en ornementation qu’en textile. Jouant sur les motifs, les couleurs, les matières ou la transparence de cette précieuse étoffe, il en a exploré toutes les caractéristiques.

Des blouses aux robes de cocktail, des tuniques aux accessoires, la dentelle fut donc souvent présente, témoignant de l’originalité stylistique du couturier, acteur majeur de l’évolution de la mode au cours des années 1950/60.

Balenciaga et l'Espagne

Un air espagnol

Basque espagnol, Balenciaga fuit la guerre civile pour s'établir à Paris en 1936 tout en conservant ses trois maisons de couture initiales de San Sebastian, Madrid et Barcelone. Du pays natal, où il retourne régulièrement, il retient les grands maîtres de la peinture, Goya notamment. Sur ses toiles, les femmes sont vêtues de dentelles avec parfois, un simple ruban en guise de ceinture.
Chez Balenciaga, l'accent ibérique se retrouve tant dans la théâtralité des volumes et des ornements que dans la sobriété, le goût pour les couleurs profondes et les matières nobles. La dentelle, la noire en particulier, tient une place de choix au fil de ses collections.
Cet ensemble de cocktail d'un noir profond affiche une sévérité certaine. Clin d'œil tant au vestiaire des élégantes de la Belle époque qu'à celui des religieux, et même des toreros avec leurs vestes courtes, le mantelet coordonné pare les épaules d'un double volant de dentelle. Le noeud de satin anime de ses reflets un décolleté pudique.

Accessoires

Balenciaga attache beaucoup d'importance aux accessoires : ils apportent la touche finale aux tenues, comme ils les font évoluer selon les heures du jour. Avec les écharpes, étoles, capes, boléros, tubes, mantilles ou encore gants-manches en dentelle ou en tulle brodé, le couturier exacerbe la féminité, qu'il teinte d'accent ibérique.

Balenciaga habille le monde

Succès mondial

Formé en Espagne et en Angleterre, Balenciaga a une parfaite connaissance de la haute couture parisienne. Etabli au 10 de l'avenue Georges V à Paris - adresse qui donnera son nom à un parfum-, il devient bientôt un couturier ouvert à toutes les modes du monde. Son style s'impose, reprenant certains éléments d'une saison à l'autre. Tout en revisitant la tradition donc, comme les fameux boléros, Balenciaga innove avec la ligne tonneau en 1946.
C'est en effet un des rares couturiers de l'époque à maîtriser la couture et les techniques de coupe. Quand le new-look de Dior remet au goût du jour la ligne appuyée, Balenciaga opte pour de nouveaux volumes, plus respectueux du corps. Il procure à chacune de ses créations un tombé incroyable. La précision de ses coupes, son goût pour les effets structuraux lui assurent un succès immédiat.

Les heures du jour et de la nuit

Une tenue pour chaque occasion...

A une époque où les exigences sociales scandent la vie des classes fortunées mais commencent néanmoins à se brouiller, Balenciaga imagine des types de tenues selon les heures du jour et les occasions. La dentelle se fait discrète sur un tailleur du matin mais à partir de la fin de l’après-midi, en particulier pour le cocktail, elle prend une place de choix. Le code vestimentaire de ce rendez-vous mondain : un ensemble constitué d'une robe -la pièce maîtresse- associée à un manteau, une cape ou une veste.

... ou une tenue évoluant selon l'occasion

Se souvenant des vêtements à transformation en vogue dans les années 1920, Balenciaga crée aussi des pièces évoluant selon les moments de la journée. Le principe de la robe avec son écharpe joue ce rôle. Le décolleté et les épaules recouvertes comme il se doit lors du cocktail se découvriront pour la soirée.
Il invente aussi la robe du soir courte dont la ceinture ornée d'un noeud se porte soit à la taille soit au bas de la robe, comme ce modèle en dentelle et gazar, étoffe sculpturale créée spécialement pour lui par la maison Abraham.

La petite robe noire

La « petite robe noire », symbole de deuil au départ, sera lancée par Coco Chanel et Edward Molyneux dans les années 20. Répondant parfaitement aux usages du temps, elle devient alors une pièce maîtresse du vestiaire des femmes du monde. Balenciaga imagine des variantes à chaque saison, assorties de leurs accessoires pour les sublimer en tenue de soirée.

Robe du soir

S'il est une pièce qui symbolise avant tout la Haute Couture, c'est bien la robe du soir, vitrine absolue de toute grande maison. Elle se fait plus ou moins longue, ornée et complexe selon l'importance de la soirée.
L'harmonie décorative de ce modèle de 1967 est inspirée du XVIIIe siècle, époque qu'affectionnait Balenciaga. Il en explore ici la richesse chromatique et ornementale à travers la profusion de motifs floraux dignes des tissus brochés et des cotonnades indiennes d'alors. Brodée sur tulle, la végétation soyeuse offre relief et légereté grace au jeu d'ombres portées sur l'envers de satin rose.

Différentes manières d'utiliser la dentelle

Dentelle de Calais

L'exposition évoque les noms d'anciens fabricants de dentelle de Calais aujourd'hui disparus tels Marescot, Dognin ou Brivet. La haute couture parisienne est particulièrement friande de cette étoffe d'exception. Aussi pendant plus de 20 ans, de l’après guerre à la fermeture des maisons Balenciaga en 1968, les clientes du couturier, Parisiennes mais aussi Européennes et Américaines sont-elles revêtues de dentelle de Calais (le label a évolué depuis 2015 sous la dénomination de "dentelle de Calais-Caudry®").

Étoffes et techniques novatrices

Dans les années 50, Balenciaga propose des tailleurs en dentelle mohair. Le rendu duveteux de l'étoffe jongle entre les codes de l'élégance et de la décontraction, dans la lignée des jerseys de chez Chanel.
Autre production originale, le créponné. Ce tissage d'entre-deux froncés de Valenciennes anime la pièce d'une succession de petites vagues de dentelle parallèles et en relief (détail photo ci-contre).

Rebrodage

Très souvent, les dentelles sont retravaillées. Balenciaga use de la dentelle rebrodée, comme ce modèle dont les lacets ajoutés en ton sur ton soulignent le motif. Valeur ajoutée à la précieuse étoffe, le rebrodage, étape de l'ennoblissement, est réalisé par des mains expertes au sein même des entreprises de dentelle mécanique.

Broderie d'art

La broderie d'art dépasse en temps et en complexité le travail de rebrodage mécanique, allant jusqu'à créer le motif à part entière, comme sur cette veste du soir en tulle marron. Les étoffes s'illuminent de fils de couleur, de cordonnets ou de fins rubans (comètes), de strass et de perles, et parfois même de paille et de raphia. Réalisée par de célèbres maisons telles Lesage et Rébé, la broderie d'art transforme les tenues en "habits de lumière", pour les grandes occasions !

Motifs peints à la main

Au cours des années 50, la dentelle parfois peinte à la main se fait encore plus précieuse et unique, comme cette robe de cocktail ivoire.

Egalement, la robe de cocktail à manches ballon dont la dentelle blanche, en plus d'être brodée de personnages colorés, comporte un fond ombré : le réseau de fils entre les motifs est peint en gris. Ce travail d'ennoblissement, dans l'esprit XVIIIe siècle, a été réalisé par la Maison Lesage.

La dentelle Chantilly blanche a été en partie peinte en noir à la main avant d’être brodée de fleurs et de couples de danseurs.

Broderies sur taffetas avec paillettes, fils d’or, perles et tubes transparents cousus au fil noir, frivolités et fils de soie pour les personnages inspirés du 18e siècle.

Références historiques

Les XVIIIe et XIXe siècles ont en effet fourni des modèles de motifs comme les pivoines et les grenades mais aussi les roses inspirées des Chantilly. Les dentelliers ont davantage renouvelé leurs fils, artificiels ou synthétiques – la soie est rare- que leurs motifs, encore traditionnels dans les années 50.

Motifs en dentelle découpés

Qu'elle soit main ou mécanique, la dentelle offre un fabuleux répertoire de formes, que Balenciaga s'est aussi plu à magnifier par application à la manière d'une broderie.
Illustrant ce chapitre, une robe du soir ivoire de 1946 et son boléro présentent une application de dentelle rebrodée de perles. De petite dimension au niveau de la taille, les motifs vont croissant aux extrémités de la robe.
Autre exemple, cette robe du soir sublimée par un décor en dentelle main de type Chantilly. Découpée dans un châle du Second Empire, elle est cousue à même le satin crème. Cette pratique restera cependant exceptionnelle.

Origami graphique

La transparence de la dentelle offre un terrain de jeu idéal pour créer des effets graphiques par superposition. Les plis de cette fine dentelle noire forment ici un cadre mouvant aux bouquets de fleurs stylisés. Ils se détachent du fond de la robe caramel, couleur qu'affectionne Balenciaga. Si la ligne du modèle est sobre et classique ici, le travail de pliage anime la surface d'un effet de profondeur flou et vaporeux.

Transparence : le corps dévoilé

Avant la révolution des années 60, la production de Balenciaga est d’une grande modernité. Il offre dès 1957 à sa clientèle internationale des modèles traduits en dentelle qui répondent à ce nouveau besoin : paraître jeune.
La ligne ample et évasée de la robe baby doll se superpose à une première étoffe plus proche du corps. La dentelle mousseuse rayonne autour de la silhouette alors mise en avant par transparence.

Cristóbal Balenciaga a su explorer tous les ressorts de la dentelle. Avec lui, l'étoffe se fait tour à tour liseret, accessoire, motif brodé par petites touches. Quand elle ne virevolte pas autour du corps, la dentelle l'épouse, le voile voire le protège en couches successives, comme elle peut aussi en révéler la carnation et les courbes sinueuses.
Encensé en son temps par les grands magazines de mode, Cristóbal Balenciaga a laissé une empreinte durable et continue d'influencer la création contemporaine.

Balenciaga
Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil