Parcours dans les collections de la Cité de la dentelle et de la mode

Cité de la dentelle et de la mode

Musée de référence de la dentelle tissée sur des métiers.

La Cité de la dentelle et de la mode
La Cité de la dentelle et de la mode est un musée municipal récent né de l’histoire d’un premier musée : le Musée des Beaux-arts et de la dentelle de Calais (Hauts-de-France). Après une histoire commune mouvementée de plus de 150 ans (deux déménagements, un incendie majeur des collections en 1940, une réouverture dans un nouveau bâtiment en 1965), les collections dentelle ont quitté le Musée des Beaux-arts en 2009 pour prendre place dans l'actuelle Cité de la dentelle et de la mode. 
L'usine Boulart
La Cité de la dentelle et de la mode est installée dans une des dernières usines collectives de dentelle typique de la fin du XIXe siècle à Calais, au cœur du quartier Saint-Pierre, lequel est entièrement voué à l’activité dentellière.

Du nom de ses constructeurs, l’usine Boulart a été édifiée dans les années 1870. Avec sa forme en U, elle est caractéristique des bâtiments industriels de l’époque.

L'usine abrite de multiples fabricants. Tous se partagent la force motrice d'une unique machine à vapeur, située dans la cour. Des tourelles extérieures permettent de desservir les différents ateliers.

En 1902, on compte jusqu’à 80 métiers à dentelle dans la fabrique.

Le site est resté en activité jusqu’en 2000 et a été racheté par la Ville de Calais pour en faire un lieu dédié à l’industrie dentellière, fleuron de l’histoire industrielle de Calais.

Le bâtiment
Inaugurée en 2009, la Cité de la dentelle et de la mode est le fruit de la réhabilitation opérée par le cabinet d’architectes Moatti Rivière. Composé d’une authentique usine de dentelle du XIXe siècle et d’une extension de verre et d’acier aux lignes futuristes, le bâtiment mérite à lui seul la visite. Les architectes ont souligné la valeur du patrimoine tout en constituant une passerelle avec la création contemporaine. 

Une longue façade en verre sérigraphié aux motifs des cartons Jacquard des métiers à dentelle Leavers est venue se greffer sur le corps de bâtiment d’origine. Les courbes opposent symboliquement la douceur de la dentelle à l’austérité de l’usine et des lourds métiers qui y fonctionnaient.

A l'intérieur, la scénographie, réalisée par l’Atelier Pascal Payeur, met en valeur les collections industrielles et textiles dans une ambiance sophistiquée.

Collections de mode et industrielles
Conciliant à la fois des collections de mode et industrielles, la Cité de la dentelle et de la mode est le musée de référence de la dentelle tissée sur des métiers. Sur un parcours de plus de 2500m2, ses vastes galeries dévoilent les techniques, la lingerie et la haute couture, les aspects les plus contemporains de ce textile haut de gamme. Le point d’orgue de la visite est la mise en fonctionnement des métiers à tisser la dentelle, monumentales machines de fonte qui produisent cette étoffe d’exception

Dans sa galerie des expositions, la Cité présente de grands couturiers ou de jeunes créateurs de renom (Cristóbal Balenciaga, Anne Valérie Hash, Iris Van Herpen, on aura tout vu).

Quant à la galerie d’actualité, elle est dédiée à la scène foisonnante de la création contemporaine en textile et mode. Un centre de ressources permet de se plonger dans plus d'un siècle et demi d'archives industrielles.

Au temps de la dentelle à la main
La dentelle de Calais, exclusivement mécanique, s’est d’abord inspirée de la dentelle à la main avant de s’en affranchir. Apparu au XVIᶱ siècle en Italie et dans les Flandres, ce tissu ajouré d’exception est réalisé alors aux fuseaux ou à l’aiguille. Il ornera vêtements et intérieurs des élites européennes jusqu’au XIXᶱ siècle. Cet artisanat d’art très coûteux, signe extérieur de richesse, devient un enjeu économique important notamment sous Louis XIV et Napoléon III

Dans la seconde moitié du XIXᶱ, presque victime de ce succès, la production manuelle se voit incapable de répondre à la demande croissante, liée à l’essor de la haute couture et à l’ouverture des grands magasins.

La mécanisation concurrence alors la dentelle à la main.

L'aventure industrielle de la dentelle à Calais
En 1816, des entrepreneurs anglais débarquent à Calais afin d’y implanter des métiers à fabriquer le tulle. Rapidement suivis par d’autres fabricants anglais, qui formèrent des ouvriers français, ils transforment Calais et le village voisin de Saint-Pierre-lès-Calais en véritable cité industrielle. Associés en 1834 aux cartons Jacquard, les métiers fabriquent désormais les premières dentelles mécaniques

Le bourg Saint-Pierre-lès-Calais s’urbanise au rythme de la croissance industrielle : usines, maisons d’ouvriers et de patrons, banques, magasins de vente côtoient les nouveaux bâtiments institutionnels et culturels.

L'industrie dentellière modèle la vie calaisienne tout au long des XIXᶱ et XXᶱ siècles. Elle atteignit son apogée au début du XXᶱ siècle avec plus de 500 fabricants employant 30 000 ouvriers et ouvrières.

L'atelier Leavers et la chaîne de fabrication

La fabrication de la dentelle tissée sur métiers Leavers découle d’un long processus. L’atelier de production constitue la phase la plus impressionnante, avec la mise en action des fameux métiers Leavers, gigantesques machines de fonte de douze tonnes. Depuis près de deux siècles, la mécanique de ces machines est restée quasiment identique. La Cité présente cinq métiers Leavers, véritables patrimoines historiques

Bruit Leavers

et propose à ses visiteurs des démonstrations quotidiennes de fabrication de dentelle mécanique.

La présence d’un ouvrier tulliste, qui conduit la machine, favorise le dialogue pour des explications techniques et une remise en contexte de la vie dans l’usine.

Si la démonstration de la fabrication est le clou de la visite, elle ne saurait résumer à elle seule cette dentelle tissée.
De la création aux finitions en passant par la préparation des matières, différents postes de travail et des courts-métrages réalisés en entreprise retracent les principales étapes.

Plus de soixante professions participent à la chaine de production, long processus dans lesquelles les savoir-faire manuels continuent à jouer un rôle essentiel dans la fabrication de ce matériau raffiné et luxueux.

Plus d'un siècle de modes en dentelle
Sur les 3 200 pièces que comptent les collections mode et qui couvrent la période de 1850 à nos jours, les rotations donnent à voir les grands noms : Worth, Doucet, Redfern, Chanel, Schiaparelli, Lacroix, Gaultier, Chantal Thomass... De la taille corsetée de la « Belle époque » aux tenues « grunges » en passant par les minijupes des sixties, le vêtement traduit bien l’émancipation progressive de la femme et son implication dans la société

La place de la dentelle suit les tendances tant dans le vêtement que le sous-vêtement.

Vêtements haute-couture et lingerie fine, projections, revues de mode et salon d’essayage virtuel illustrent les multiples évolutions stylistiques, techniques et esthétiques survenues depuis plus d’un siècle.

Robe de bal, robe de diner, robe de cocktail, robe d'après-midi .... Autant de dénominations qui reflètent la codification vestimentaire encore en cours durant les années 1960. S'il était scandaleux de découvrir bras, épaules et gorges durant la journée, il aurait été tout aussi incongru pour une jeune femme de ne pas les découvrir lors d'une soirée.

Aussi, cette robe de grand bal est composée d'un corsage bustier ainsi que d'une jupe ample à bascule, formée de trois volants de dentelle Chantilly noire, et dont le large ruban de satin noir souligne la taille fine.

Présent et futurs de la dentelle
Après la mécanisation au XIXᶱ siècle, le textile connait une deuxième révolution avec l’arrivée des fibres artificielles et synthétiques ou plus récemment l’adjonction de propriétés par micro-encapsulation. La dentelle adopte donc les nouvelles matières mais s’ouvre aussi à de nouveaux traitements et usages

Détournée et déclinée à l’infini, l’esthétique de la dentelle est aussi une source d’inspiration qui se révèle extrêmement contemporaine.

La Cité invite et expose des artistes émergents ou confirmés de la mode, du design, de l’architecture et des arts appliqués, par le biais d’accrochages renouvelés chaque année.

Crédits : histoire

Photos : Fred Collier | Ville de Calais ;
F. Kleinefenn ; Cité de la dentelle et de la mode

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil