Cinématographe Lumière

La Cinémathèque française

Septembre 1894 : le Kinétoscope Edison est présenté à Paris. Les frères Auguste et Louis Lumière, industriels de la photographie installés à Lyon, s’y intéressent, avec leur père Antoine. 

Ce que veulent les Lumière, c’est sortir les films de la boîte d’Edison et les montrer à un large public. Les deux frères se mettent au travail fin 1894.

C’est Louis qui conçoit au début de l’année suivante un nouvel appareil « chronophotographique », breveté sous ce terme le 13 février 1895. Il sera finalement baptisé en mai Cinématographe, écriture du mouvement en grec. Ce nom avait déjà été utilisé en 1892, dans un brevet de Léon Bouly, pour désigner une caméra à film.

Le Cinématographe est un appareil de prise de vues qui sert aussi de tireuse et de projecteur : il faut changer les objectifs et les magasins pour réaliser l’une des trois fonctions. Le film utilisé est de la même largeur que celui d’Edison, 35 mm, mais il est perforé autrement : un trou rond de chaque côté de l’image. Les pellicules ne dépassent pas 20 m de longueur.


Le 28 décembre 1895, une séance publique et payante est organisée au Salon Indien du Grand Café, 14 bd des Capucines.

Mais c’est l’Allemand Max Skladanowski qui a assuré la première projection payante en Europe, avec son Bioskop (1er novembre, Berlin). Le Bioskop à double bande est cependant complexe : deux films 54 mm, dont les perforations sont renforcées par des œillets métalliques, défilent en même temps, mais les images sont projetées alternativement d’une bande à l’autre.


Dans le mécanisme du Cinématographe, une came excentrique tourne dans un cadre portant deux griffes, cadre animé d’un mouvement alternatif avec arrêt aux extrémités de la course. Les griffes évoluent en avant et arrière grâce à une rampe sinueuse, le tout en relation avec un obturateur circulaire à ouverture réglable. Ce système s’inspire des machines à coudre et des traités de cinématique, notamment celui de Reuleaux publié en 1877.


Le mécanisme est parfait pour la prise de vues, un peu moins bon pour la projection, et Louis Lumière devra concevoir un projecteur spécifique en 1897.

Les Lumière chargent des dizaines d’opérateurs de filmer et de projeter à travers le monde et de constituer un catalogue de quelque 1400 films qui seront vendus. La concurrence est rude aux Etats-Unis, à cause de la Biograph et d’Edison, qui a compris avec retard l’intérêt de la projection.
En février 1897, Lumière commercialise le Cinématographe. Il est d’abord livré avec un objectif à mise au point automatique pour les sujets situés au-delà de 6 m. Plus tard, des objectifs Zeiss (foyers 50 ou 54 mm), plus perfectionnés, sont proposés. 425 exemplaires du Cinématographe sont fabriqués par l’ingénieur Jules Carpentier, 20 rue Delambre à Paris. Renonçant de son côté à développer sa propre caméra, Carpentier est pour beaucoup dans la conception finale de l’appareil.
En 1897, la pellicule 35 mm d’Edison s’est imposée comme un standard. Louis Lumière livre alors des caméras et projecteurs capables de passer la pellicule américaine. En 1904, dépassé par l’industrie, Lumière se retire de la compétition.

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil