Le Bureau de Marie Curie

Musée Curie

Un lieu unique
Le bureau de Marie Curie est un lieu authentique qui attire des visiteurs du monde entier : il est le cœur historique de l'actuel musée Curie. Cette pièce, à la fois sobre et fonctionnelle, est le vestige d’un laboratoire unique en son genre. Le mobilier et les objets présentés dans cette salle sont les témoins de l’histoire de l’Institut du radium. Ils invitent le public à s'imaginer un aspect méconnu de l’activité de la grande scientifique, hors des expériences qui ont fait l’histoire de la radioactivité.
Marie Curie
Marie Curie (1867-1934), née à Varsovie il y a 150 ans, est nommée en 1908 professeur titulaire de la chaire de physique à la Sorbonne, succédant à son époux Pierre Curie (1859-1906). Scientifique, double prix Nobel, elle est également la première directrice d’un laboratoire de recherche à l’Institut du radium, construit par l’Université de Paris et l’Institut Pasteur pour étudier les rayonnements et leurs applications.
La fabrique d'un lieu
« Chère Madame, Je vous envoie ci-joint le projet de laboratoire que vous m’avez demandé. […] Il se compose de 2 bâtiments qui occupent ensemble 500 mètres carrés de terrain bâti, avec une cour réservée au laboratoire entre les 2 bâtiments. […] Mon opinion est que la création d’un laboratoire de radioactivité serait très utile et a parfaitement une raison d’être. » Lettre du 11 février 1908 de Marie Curie à la Comtesse Greffulhe, amie et mécène.

L’Institut du radium est composé de deux laboratoires, l’un dédié aux recherches sur les rayonnements, sous tutelle de l’Université, et l’autre consacré aux études biologiques et médicales, géré par l’Institut Pasteur.
C’est l’architecte de la Sorbonne, Henri-Paul Nénot (1853-1934), qui est chargé de la construction de l’Institut du radium. Les bâtiments sont classiques, mais les laboratoires sont modernes et bien équipés. Marie Curie s’installe dans le pavillon Curie à partir de 1915.

A l’intérieur du bâtiment, Marie Curie, la directrice du laboratoire, dispose d’un espace particulier séparé des autres pièces : une entrée privée, un bureau, un laboratoire pour ses expériences de chimie, un autre pour la physique, une salle de repos…
Le bureau de Marie Curie est la seule pièce préservée aujourd’hui, avec son laboratoire de chimie reconstitué en 1981 après décontamination.

Le mobilier d'origine en chêne, encore conservé aujourd'hui, est fonctionnel et les équipements sont ceux des locaux universitaires de l’époque.

L’ensemble est prévu par l’architecte et les artisans fournisseurs des milieux académiques, avant la construction.

« Marie, pour lire ces papiers, gagne une pièce très claire, banale, étroite, où un profane reconnaîtrait difficilement le cabinet de travail d’une savante illustre. Un bureau ministre en chêne, un classeur, des bibliothèques, une vieille machine à écrire, un fauteuil de cuir semblable à 100 autres fauteuils de cuir lui confèrent une décence anonyme. (...)»

« (...) Sur la table, un encrier de marbre, des piles de brochures, un gobelet hérissé de stylographes et de crayons pointus, un « objet d’art » offert par une association d’étudiants ... »

Description du bureau de sa mère par Eve Curie, dans sa biographie : Madame Curie.

La table est chargée des bibelots, cadeaux et souvenirs de sa vie, pour la plupart encore conservés aujourd’hui.

Malgré deux prix Nobel et une notoriété internationale, le bureau de Marie Curie reste sobre et épuré, sans moulures ni lambris.

Les fenêtres sont hautes et baignent la pièce de soleil. Une lampe éclaire le plan de travail, apportant une lumière d’appoint, précieuse pour Marie Curie, atteinte de cataracte au début des années 1920.

Une porte-fenêtre mène directement au balcon surplombant le jardin, cet espace de verdure cher à Marie Curie.

« En achetant « mes » platanes et mes tilleuls tout de suite, je gagne deux ans. Lorsque nous ouvrirons le laboratoire, les arbres auront poussé, les massifs seront en fleurs. Mais, chut ! je n’ai parlé de rien à M. Nénot ! ».

Propos de Marie Curie rapportés par Eve Curie.

Cet ensemble offre à Marie Curie le confort nécessaire pour mener à bien ses expériences : un univers familier qui n’est probablement pas pour rien dans son attachement au laboratoire.

"Ce lieu de travail et de méditation unique, isolé du monde, à l’intérieur duquel elle avait rassemblé ceux qu’elle acceptait comme ses compagnons de travail, qu’ils fussent des scientifiques de haute qualité, des chercheurs débutants ou de modestes collaborateurs techniques », selon les mots de Marcel Guillot, chimiste au laboratoire dès 1927.

Un lieu de travail
Depuis son bureau, la savante et directrice écrit des rapports et ses nombreuses correspondances. Marie Curie rédige de nombreux documents et gère les activités scientifiques et administratives du laboratoire. Elle est aidée par une secrétaire, Léonie Razet (1884-1950), pour soulager une lourde charge de travail.

De nombreux documents rédigés et signés de la main de Marie Curie offrent toutefois un aperçu de l’ampleur de ses activités...

Certains travaux du laboratoire, comme ceux du service des mesures de la radioactivité, passent par sa validation…

Elle gère un personnel de plus en plus nombreux…

Professeur, elle évalue les travaux de ses élèves, rédige les rapports de thèse et des demandes de bourse…

Son nécessaire à écrire est en partie conservé aujourd'hui : un trieur en bois, un porte-crayon, un porte-plume, un encrier en argent...

La modernité du laboratoire repose en grande partie sur un autre outil de travail : son système de télécommunication ou d’intercommunication.
Marie Curie dispose dans son bureau de l’un des 6 postes du réseau d’interphones, permettant de contacter ses collaborateurs.

la standardiste du laboratoire, Hélène Bardinet, qui oriente les appels, surveille les entrées et organise les visites.
Avec la secrétaire de Marie Curie, elle participe à la vie du laboratoire.
Ces deux femmes assistent la savante et occupent une place centrale dans l'organisation de ses activités.

Un lieu de vie
Le bureau de Marie Curie est un lieu de travail, intime et secret, mais également un lieu privilégié d’échanges et de rencontres. Au cœur du laboratoire, il illustre ces tranches de vie et ces souvenirs des hommes et des femmes ayant côtoyé la scientifique...

Après une prise de rendez-vous auprès de Mme Razet, on se rend au laboratoire le mardi ou le vendredi uniquement : assise derrière son bureau ministre, la personnalité impressionne, dans cet environnement pourtant modeste.

Interview du professeur Léon Winand par Paul Bordry, 1964

Au premier plan, cette machine à écrire nous rappelle que Marie Curie ne travaillait pas toujours seule en ce lieu : elle y travaillait parfois avec sa secrétaire qui l'assistait dans sa correspondance extensive.

Six chaises en bois et cuir nous laissent imaginer les réunions et entretiens dans ce bureau, avec ses collaborateurs ou toute autre personne demandant audience...

Recevant le personnel de son laboratoire...

... ou d'autres personnalités, comme avec la journaliste américaine Mary Mattingley Meloney (1878-1943), qui l'aidera à obtenir un gramme de radium.

Marie Curie verra passer au total 62 collaborateurs dans son laboratoire, auprès d'elle, entre 1914 et 1934.

Ils en feront un lieu vivant et en garderont un souvenir fort, sous l’encadrement de celle qu’ils appelaient « la patronne ».

Interview du Dr Guillot par Paul Bordry
Après Marie Curie...
C’est André Debierne (1874-1949), chimiste découvreur de l’actinium et proche collaborateur des Curie, qui succède à Marie Curie après son décès en 1934. De 1946 à 1956, Irène Curie (1897-1956) dirige le laboratoire, puis, pour 2 ans, son époux Frédéric Joliot (1900-1958), dernier occupant du bureau de Marie Curie.

Pendant 10 ans, entre 1946 et 1956, Irène Joliot-Curie utilise et s'approprie le bureau, remaniant ainsi légèrement le mobilier de la pièce. Elle conserve cependant certains objets en mémoire de sa mère.

Certains de ces objets, comme cette coupe remise lors d'un voyage de Marie Curie aux États-Unis, ou une statuette offerte par une association d'étudiants en 1923, figurent aujourd'hui en bonne place dans ce lieu de mémoire.

Le bureau de Marie Curie, finalement préservé après 1960, est au cœur de l’exposition permanente du Musée Curie, dans l’ancien pavillon Curie de l’Institut du Radium.

Aujourd'hui...
Les objets et les souvenirs de ce lieu évoquent le quotidien de Marie Curie, du laboratoire et des grands scientifiques qui lui ont succédé. Cette pièce historique est accessible lors de visites guidées, permettant au public de s’imprégner de l’ambiance préservée en ces murs : un bureau d'illustres.
Crédits : histoire

Arthur Theallier : Concepteur et chef de projet

sous la direction de :

Adrien Klapisz, Responsable de collection
Renaud Huynh, Directeur du Musée Curie et directeur de la publication

Merci à :

Natalie Pigeard, responsable du centre de ressources historiques
Anais Massiot, Archiviste
Xavier Reverdy-Thhevniaud, chargé de médiation
Camilla Maiani, stagiaire en muséologie

Remerciements : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Traduire avec Google
Accueil
Explorer
À proximité
Profil