Le béluga du Saint-Laurent et l'humain à la croisée des chemins

En plein cœur du Saint-Laurent, le béluga côtoie l’humain jour après jour. Découvrez comment Parcs Canada contribue à ce que l’humain cohabite mieux avec le béluga.

Parcs Canada

Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent

Béluga du Saint-Laurent, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Chapitre 1

Le béluga, une baleine arctique en plein coeur du Saint-Laurent.

Une population isolée des autres

Les bélugas du Saint-Laurent vivent dans l’estuaire du Saint-Laurent et la rivière Saguenay. Ils sont isolés des autres populations se trouvant au nord du Canada, de la Russie et de l'Alaska. Comptant environ 900 bélugas, la population est désignée en voie de disparition. 

Leur habitat est aujourd’hui protégé en partie par le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent.

Vue aérienne du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent

Premier parc à protéger exclusivement le milieu marin au Québec. Il favorise les activités éducatives, récréatives et scientifiques dans le respect des mesures de conservation et de protection des espèces en péril comme le béluga. 

L’histoire de la création du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent est intimement liée à celle du béluga.

Vue aérienne de Pointe-Noire avec bélugas, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Chapitre 2

Un plongeon au centre-ville du parc marin.

Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

L’embouchure du fjord du Saguenay

L’embouchure du fjord est le «centre-ville» du parc marin. C’est un lieu de rencontre entre les eaux de l’Atlantique, du fleuve Saint-Laurent et du fjord. La convergence des courants favorise la présence des proies, des mammifères marins et des humains dans le secteur. 

Habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Lieu de rencontre

L’embouchure est sur la route incontournable que les bélugas du Saint-Laurent empruntent maintes fois l’été pour s’alimenter, se rencontrer ou se rendre dans un endroit calme. 

Portrait global de la navigation dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Point chaud de la cohabitation

Aujourd’hui, c’est l’endroit le plus achalandé du parc marin et le plus bruyant de l’habitat du béluga. Cargos, plaisanciers, traversiers, kayakistes, croisiéristes et scientifiques, tous y voyagent. Les bélugas et les humains partagent le même espace en même temps.

Vue aérienne de Pointe-Noire avec bélugas, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Un lieu de recherche

Les recherches réalisées par Parcs Canada à l’embouchure du Saguenay permettent de mieux comprendre le béluga et de trouver des solutions pour une cohabitation durable avec l’humain. Remontons le temps pour découvrir cette longue histoire qui unit les deux espèces.

Le béluga et l'humain à la croisée des chemins, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), OrceineParcs Canada

Chapitre 3

Un chapitre de l’histoire du béluga du Saint-Laurent avec l’humain.

Au 19e siècle, on surnomme le béluga, le «marsouin blanc»

À l’époque, on estime la population de bélugas du Saint-Laurent à 10 000 individus. Présents près des berges, ils sont visibles par centaines par les riverains et les pêcheurs du Saint-Laurent.

Un ennemi à éradiquer

Entre 1930 et 1938, des bombardements sur des troupeaux ont lieu dans certaines régions du Saint-Laurent.

Pêche aux marsouins (bélugas) à Rivière-Ouelle (1929), Archives de la Côte-du-SudParcs Canada

Au début du 20e siècle, le béluga devient l’ennemi

Soupçonnés d’être responsables du déclin des stocks de morue, les bélugas sont traqués et tués dans l’espoir de faire remonter les populations de poissons. On va même jusqu’à payer une prime à ceux qui ramènent une queue de béluga. 

En 1938, un chercheur perce le secret

Dr Vadim-D Vladykov, mandaté par la province de Québec, examine le contenu des estomacs de bélugas. Constat: ils mangent surtout des petits poissons et peu de morues. La chasse commerciale du béluga prend fin dans les années 1950. La pêche sportive continue à petite échelle jusqu’en 1979.

Nourriture du marsouin blanc ou béluga, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, Vadim Dimitrij Vladikov, 1940, Provenant de la collection : Parcs Canada
,
Couverture du rapport "Chasse et biologie du marsouin blanc", Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, Vadim Dimitrij Vladikov, 1940, Provenant de la collection : Parcs Canada
Afficher moinsEn savoir plus

Le béluga et l'humain à la croisée des chemins, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), OrceineParcs Canada

Dans les années 1970, la protection du béluga débute

Malgré l’arrêt de la chasse, la population ne se rétablit pas. L’humain est de plus en plus présent. Les scientifiques s'interrogent, la population s’inquiète. Un mouvement citoyen pour la protection du béluga voit le jour. L’idée de créer une aire marine protégée émerge.

Chapitre 4

Étudier le béluga depuis Pointe-Noire.

Centre d'interprétation et d'observation de Pointe-Noire, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2021), Mathieu DupuisParcs Canada

1970, l'observation du béluga depuis la rive débute

La station de phare de Pointe-Noire, située en hauteur sur une falaise abrupte, offre un point de vue imprenable sur les bélugas qui parcourent l’estuaire du Saint-Laurent, le fjord du Saguenay et son embouchure. 

C’est à cet endroit que Leone Pippard débute les premières recherches sur le béluga à partir de la rive.

Une pionnière de l'étude du béluga sonne l’alarme

Depuis cette vue sur l'habitat des bélugas, Leone Pippard les étudie pendant des années. Ses recherches mettront en lumière la précarité de l'espèce et l’importance de l’embouchure du fjord du Saguenay. 

Ses recherches permettront d'appuyer la création d'une aire marine protégée. Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent voit le jour en 1998.

Réseau d'observation terrestre du béluga du Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

50 ans plus tard, les observations se poursuivent

Le Centre d'interprétation et d'observation de Pointe-Noire de Parcs Canada accueille encore aujourd’hui des chercheurs qui étudient les bélugas et le mouvement des navires depuis ses hauteurs. Depuis 1998, ce sont les scientifiques de Parcs Canada qui assurent ce suivi.  

Pointe-Noire est maintenant devenu le point central d'un réseau d'observation du béluga qui s’étend au-delà des limites du parc marin.

Le béluga et l'humain à la croisée des chemins, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), OrceineParcs Canada

Chapitre 5

Après plus de 50 ans d’observation, qu’avons-nous appris sur le béluga?

Béluga du Saint-Laurent, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

La compréhension des comportements se précise

Nagent-ils lentement, rapidement ou à contre-courant? Restent-ils à la surface? À travers le temps, les chercheurs ont consigné leurs observations à Pointe-Noire. Ces informations permettent de comprendre si les bélugas se déplacent, s’alimentent, socialisent ou se reposent. 

L’embouchure du fjord du Saguenay se révèle un lieu d’une grande importance dans l’habitat du béluga

En plein coeur de l’habitat du béluga, l’embouchure du Saguenay est une véritable plaque tournante qui relie les secteurs d’alimentation, de repos, de socialisation et de soins des jeunes. Les observations faites à partir de Pointe-Noire permettent de mieux comprendre les mouvements de la population de bélugas du Saint-Laurent.

Une rare scène d’allaitement survenue près de Pointe-Noire

Surveillez le petit se rapprocher de sa mère. Naissant en plein cœur de l’été, les jeunes bélugas sont allaités pendant deux ans et restent avec leur mère plusieurs années pour apprendre à communiquer et à chasser. Les eaux calmes sont propices aux apprentissages.

Le béluga et l'humain à la croisée des chemins, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), OrceineParcs Canada

Chapitre 6

Vivre dans un environnement bruyant et occupé par l’humain

Mission acoustique Saguenay, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2016), Nadia Ménard, Parcs CanadaParcs Canada

Une présence bruyante

Depuis la rive, des chercheurs suivent les mouvements des bélugas et des bateaux à l’embouchure du fjord du Saguenay. Sous l’eau, des hydrophones enregistrent les vocalises des baleines et le bruit occasionné par les activités humaines. 

Vue aérienne de Pointe-Noire avec bélugas, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Vocalises de bélugas
00:00

Une présence bruyante

Sous l'eau, l'embouchure du Saguenay s’apparente à une cathédrale; les sons se réverbèrent sur les falaises et forment des échos. De par sa forme et la grande présence de bateaux, il s’agit du lieu le plus bruyant du parc marin. 

Bélugas du Saint-Laurent et bateaux, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Le bruit d’origine humaine, particulièrement celui du transport maritime, est identifié comme un des freins au rétablissement du béluga. La présence des bateaux nuit à leur communication: la variété et la quantité de vocalises chutent et leur portée est réduite. 

Embarcations à l'embouchure du fjord du Saguenay, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2011), Renaud PintiauxParcs Canada

Une présence qui dérange

En présence d’embarcations, à moteur ou non, les bélugas changent leur comportement naturel. Lorsqu'ils se dirigent vers un bateau ou s'en éloignent, ils modifient leur plongée ou interrompent leurs activités comme l’allaitement, l’alimentation ou le repos.

Béluga du Saint-Laurent, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Une présence qui dérange

Depuis 2010, les scientifiques ont constaté une importante hausse des mortalités des femelles bélugas et des nouveau-nés. Le dérangement engendré par la navigation pourrait être l’une des explications.

Le béluga et l'humain à la croisée des chemins, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), OrceineParcs Canada

Chapitre 7

Comment retrouver le calme et la tranquilité?

Vue aérienne du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Mise en place d’un règlement unique au Canada

Depuis 2002, le Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent protège les mammifères marins dans l’ensemble du parc. C’est le premier règlement au Canada qui a établi des distances d’approches des baleines.

Mesures de protection des mammifères marins dans l'estuaire du Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Redonner des lieux de quiétude

Les connaissances scientifiques acquises avec les années ont permis à Parcs Canada d'appliquer des mesures de protection aux quatre coins de l’habitat du béluga pour qu’il retrouve des havres de paix, propices aux soins des jeunes et au repos. 

Secteur de conservation dans l'estuaire moyen

44 % du parc marin est exempt d'excursions commerciales aux baleines.

Réduction de vitesse de l’industrie du transport maritime

Zone de réduction des vitesses dans l'estuaire maritime où s'alimentent plusieurs espèces de baleines.

Embouchure de la rivière Saguenay, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Réduction de vitesse à l’embouchure du Saguenay

Zone où la vitesse des embarcations est limitée à 15 nœuds (28 km/h) entre mai et octobre pour diminuer le dérangement et les risques de collision et atténuer l'effet du bruit sous-marin.

Mesures de protection des mammifères marins dans l'estuaire du Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Zone d'interdiction temporaire au trafic, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Période d'interdiction de navigation

La zone identifiée en jaune à l'entrée de la baie Sainte-Marguerite est interdite à la navigation durant l'été pour offrir une plus grande quiétude aux bélugas.

Mesures de protection des mammifères marins dans l'estuaire du Saint-Laurent (2022), Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Bélugas du Saint-Laurent et bateaux, Parc marin du Saguenay–Saint-LaurentParcs Canada

Apprendre à partager l’espace

Aujourd’hui, les plaisanciers et autres usagers qui naviguent dans le parc marin doivent garder leurs distances et éviter toute interaction avec les bélugas.

Observatrice de Parcs Canada au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2021), Mathieu DupuisParcs Canada

Découvrir à la manière des premiers observateurs

Depuis la rive, les visiteurs de Pointe-Noire et de l’ensemble du parc marin observent les bélugas en leur laissant toute la quiétude et l’espace nécessaire à leur survie.  

Bateau de recherche de Parcs Canada au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2021), Mathieu DupuisParcs Canada

Cibler les bonnes actions à mettre en place

En mer comme depuis la rive, l'équipe de Parcs Canada poursuit ses efforts de recherche sur le béluga et son habitat pour mieux comprendre ses besoins.

Le béluga et l'humain à la croisée des chemins, Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (2022), OrceineParcs Canada

Pour un avenir meilleur

En plein cœur du Saint-Laurent, l’humain apprend à mieux cohabiter avec le béluga.

Crédits : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Applications Google