Francisque Poulbot

Affichiste, illustrateur de cartes postales mais pas que...

Conception : Le Carton Voyageur - Musée de la carte postale

J'aurais cru que c'était bien plus grand que ça... la mer. J'aurais cru que c'était bien plus grand que ça... la mer. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Sa vie

- Attends-moi cinq minutes, j'attends qu'elle sèche - Attends-moi cinq minutes, j'attends qu'elle sèche par POULBOTLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Francisque Poulbot est né à Saint-Denis le 6 février 1879 et meurt à Paris dans le quartier Montmartre le 16 septembre 1946.

Aujourd'hui, nous allons apprendre à traverser la rue. - non, maman l'a défendu. Aujourd'hui, nous allons apprendre à traverser la rue. - non, maman l'a défendu. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Très tôt, il se passionne pour le dessin. A 16 ans, il publie ses premiers dessins mais cependant il n'ose pas se présenter à l'Ecole des beaux-arts.

Toutes les mêmes... elle viendra pas. Toutes les mêmes... elle viendra pas. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Affichiste et illustrateur de cartes postales

Va donc hé !!! Landru Va donc hé !!! Landru par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Ses dessins paraissent régulièrement dans les publications de l'époque, il crée des affiches, et apprend la gravure avec Eugène Delâtre.

C'était là, notre maison C'était là, notre maison par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

En août 1914, il est mobilisé dans le 2e Corps d'Armée, au 11e Régiment Territorial et durant cette période, il ne réalise aucune œuvre. En février 1915, il est hospitalisé et réformé pour des problèmes osseux. Il retourne alors à Paris et participe à l'effort de guerre en réalisant des dessins patriotiques, qui paraissent dans le quotidien Le Journal.

Journée du Poilu Journée du Poilu par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Il crée également des affiches pour la souscription à l'emprunt national ou pour les œuvres de guerre.

Ciel ! ... deux bougies ! ... - C'en est qu'une, je l'ai coupée en deux. Ciel ! ... deux bougies ! ... - C'en est qu'une, je l'ai coupée en deux. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Les enfants représentés interpellent les lecteurs afin de provoquer leur compassion. Francisque Poulbot sera récompensé pour ses dessins patriotiques par la Légion d'honneur.

Le Maréchal a dit qu'il est le père des légionnaires, c'est mon grand-père puisque papa est... Le Maréchal a dit qu'il est le père des légionnaires, c'est mon grand-père puisque papa est... par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Ses affiches et cartes postales patriotiques lui vaudront, pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'occupation allemande, d'être assigné à résidence. Il illustre pourtant six cartes postales destinées aux fils et filles de légionnaires. Elles sont accompagnées d'un mot de Philippe Pétain pour les jeunes élèves des écoles de France.

Nénette et Rintintin Nénette et RintintinLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Francisque Poulbot, à l'origine de Nénette et Rintintin

Nénette et Rintintin Nénette et RintintinLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Nénette et Rintintin, ces deux poupées de laine sont nées en 1918. Reliées par un cordon, elles étaient inséparables. Portées sur soi, ces poupées étaient censées protéger des obus et des bombardements.

Avant ... quant c'était pas la guerre ... Avant ... quant c'était pas la guerre ... par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Mais à l'origine, Nénette et Rintintin sont deux poupées créés en 1913 par Francisque Poulbot pour concurrencer les jouets allemands qui inondent le marché.

Je pense à la mienne qu'est restée chez nous et qui entend les sirènes. Je pense à la mienne qu'est restée chez nous et qui entend les sirènes. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Nénette, la fille est le surnom que donnait Poulbot à sa femme et Rintintin, le garçon, le surnom de Francisque Poulbot.

Tiens, v'là un bonbons Lucas, tu vas les voir se cavaler. Tiens, v'là un bonbons Lucas, tu vas les voir se cavaler. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Ses dessins à vocation publicitaire

La Salamandre crient-ils joyeux, pour se chauffer c'est merveilleux ! La Salamandre crient-ils joyeux, pour se chauffer c'est merveilleux ! par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Il crée des publicités pour les poêles à bois

Comme t'es belle ! - C'est ma vieille robe qu'était si sale, elle est bien revenue avec du Jako. Comme t'es belle ! - C'est ma vieille robe qu'était si sale, elle est bien revenue avec du Jako. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Pour la lessive Jako

Le biberon Pyrex en vente partout Le biberon Pyrex en vente partout par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Les biberons Pyrex

Si tu vois pas les billes, mets des lunettes comme tout le monde Si tu vois pas les billes, mets des lunettes comme tout le monde par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Ou encore pour sensibiliser au port des lunettes

Depuis que j'ai mal aux yeux, je n'en reçois plus des gifles, maman a trop peur de ma casser mes... Depuis que j'ai mal aux yeux, je n'en reçois plus des gifles, maman a trop peur de ma casser mes... par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Tous ses dessins mettent en scène des enfants, rappelant le gamin des rues, le titi parisien et qui prendront plus tard le nom de leur créateur.

Le Petit Poulbot Le Petit Poulbot par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Les P'tits Poulbot

Laisse-le, il est pas encore habitué, c'est les puces qui l'empêchent de dormir. Laisse-le, il est pas encore habitué, c'est les puces qui l'empêchent de dormir. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Outre la création de personnages devenus fétiches, Poulbot a grandement contribué à la vie montmartroise. En 1920, avec le concours de ses amis Adolphe Willette, Louis-Henri Forain et Maurice Neumont, il crée l'association la "République de Montmartre" pour venir en aide aux enfants défavorisés.

Il viendra pas jouer aujourd'hui, le gosse du facteur, il est parti ce matinà la colonie. Il viendra pas jouer aujourd'hui, le gosse du facteur, il est parti ce matinà la colonie. par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

En 1923, il ouvre un dispensaire "Les P'tit Poulbots" rue Lepic destiné à accueillir des enfants de Montmartre vivant dans la misère.

Sans Sans par Francisque PoulbotLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Durant les vingt dernières années de sa vie, Poulbot se consacre aux mal-logés et aux enfants déshérités.

- As-tu fini de jeter de la boue sur les personnes ? - C'est pas de la boue, c'est de la merdeLe Carton Voyageur - Musée de la carte postale

Aujourd'hui, le nom "poulbot" est un nom commun que l'on retrouve dans le dictionnaire et qui désigne les enfants pauvres de Paris.

Crédits : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Applications Google