Le palais de la Sécession

The Secession shortly after completion, postcard, dated June 2, 1899 (1899)Secession

L'Association des artistes visuels de la Sécession viennoise, créée au printemps 1897, s'est dévoilée au monde grâce à son nouveau club et à son bâtiment flambant neuf. Il a été créé par l'architecte Josef Maria Olbrich, originaire de Basse-Silésie, qui vivait à Vienne depuis 1890.

Building of the Secession, Getreidemarkt (1903)Secession

La création de ce bâtiment lui a permis de se faire un nom, à tout juste 30 ans, dans le monde de l'architecture. En 1899, il a été nommé directeur de la célèbre Colonie d'artistes de Mathildenhöhe, à Darmstadt en Allemagne, où il a travaillé pendant plusieurs années.

First draft for an exhibition building at the Wollzeile, the facade on the side of the ring road (1897), Joseph M. OlbrichSecession

Josef Maria Olbrich commença à planifier la construction d'un bâtiment pour la nouvelle Association des artistes visuels avant la fondation de celle-ci, en mars 1897. Il devait être construit sur le Stubenring, au coin avec Wollzeile, en face du musée de l'Art et de l'Industrie.

First draft for an exhibition house of the Association of Visual Artists Vienna Secession (1897), Joseph M. OlbrichSecession

La création de Josef Maria Olbrich emprunte de nombreuses références architecturales aux stations de métro viennoises qu'Otto Wagner avait conçues à la même époque. Pour marquer le périphérique de sa présence, l'entrée du bâtiment devait comporter deux grands pylônes de plus de 17 mètres de haut.

Version of the first draft (1897), Joseph M. OlbrichSecession

L'architecte a utilisé un motif de feuilles de laurier pour encadrer l'entrée. Il voulait sans doute en faire une structure en métal autoportante accentuée de dorures.

Draft for a temporary entrance to the Secession (1897), Joseph M. OlbrichSecession

Il avait d'ailleurs créé une structure similaire dans le cadre de sa participation au concours pour la conception du pavillon viennois à l'exposition du jubilé du parc d'attractions du Prater à Vienne. Le projet de pavillon faisait partie des nombreux monuments du jubilé à Vienne pour célébrer le jubilé d'or de l'empereur François-Joseph Ier.

Plan for the construction of the Secession, design of the surrounding space (1897), Joseph M. OlbrichSecession

En raison des objections du ministère de la Guerre par rapport au site proposé, un nouveau terrain pour le palais de la Sécession a été désigné à l'automne 1897, situé à Naschmarkt, à proximité immédiate de la Karlsplatz. La vénérable Académie des beaux-arts de Vienne se trouvait également à proximité.

Building of the Secession, Sketch for the second draft (1897), Joseph M. OlbrichSecession

L'architecte a modifié ses plans en fonction du nouveau site. Ils ont été approuvés en septembre 1897. Il a souhaité orner le dôme du motif de laurier, à l'origine prévu pour l'entrée.

Sketch, Autumn (1897), Joseph M. OlbrichSecession

Une fiche d'étude, sur laquelle l'architecte a dessiné de nombreux autres détails architecturaux, témoigne de l'originalité et de la grandeur de son projet. Il a peut-être aussi été inspiré par la proximité de la célèbre église Saint-Charles-Borromée et de son dôme.

Plan for the construction of the Secession, Cross section through the entrance hall (1897), Joseph M. OlbrichSecession

L'architecte a conçu le bâtiment en deux parties principales. D'une part, il a imaginé un hall d'entrée imposant, surmonté de lourds blocs, de pylônes et du dôme orné de lauriers. La grandeur inhabituelle de l'entrée en fait presque un immense monument à part entière.

Entrance Secession (1899)Secession

L'entrée a été conçue pour faire parler d'elle. La citation de Ludwig Hevesi, "Der Zeit ihre Kunst. Der Kunst ihre Freiheit" ("À chaque âge son art, à chaque art sa liberté"), apposée de façon visible sur une barre transversale, est rapidement devenue un signe d'engagement politique.

Plan for the construction of the Secession, longitudinal section (1897), Joseph M. OlbrichSecession

En revanche, l'arrière du bâtiment est beaucoup plus épuré et fonctionnel. La verrière qui le surplombe évoque l'architecture industrielle et était perçue comme révolutionnaire, voire provocante.

Plan for the construction of the Secession, entrance level (1897), Joseph M. OlbrichSecession

La verrière est également l'unique source de lumière de la salle d'exposition. Aucune fenêtre latérale ne venait distraire la contemplation des œuvres d'art. Certains pourraient dire que l'architecte a ainsi créé le premier "White Cube" avec cette salle simple et polyvalente.

Dance of the Wreath-Bearing Maidens (1898), Koloman MoserSecession

L'arrière du bâtiment est orné d'une frise, réalisée selon la technique du sgraffite, représentant plusieurs vierges coiffées d'une couronne. Cette frise a été conçue par Koloman Moser, qui a également créé les motifs des reliefs en forme de hiboux, qui apparaissent plusieurs fois sur la façade latérale du bâtiment.

Foyer with the rose window "Archangel of the art" by Koloman Moser, postcard (1898)Secession

Il a également créé la grande rosette multicolore qui ornait le hall d'entrée. Malheureusement, cette vitre a été détruite par la suite, et même la frise de figurine de Moser sur la façade arrière n'a pas été conservée.

Foyer after the remodelling by Josef Hoffmann (1902)Secession

Après le départ de Josef Maria Olbrich pour la Colonie d'artistes de Mathildenhöhe, à Darmstadt en 1899, c'est Josef Hoffman qui a endossé le rôle d'architecte en chef de la Sécession. Il a repensé le hall d'entrée en 1902. Il était aussi responsable de la présentation des expositions aux côtés de Koloman Moser.

Ver Sacrum-Room at the II. Exhibition (1898)Secession

Josef Hoffmann a également créé la salle "Ver Sacrum", située à l'avant du bâtiment. Les courbes légères des meubles et des encadrements de portes relèvent encore de l'Art nouveau floral. Par la suite, l'architecte a préféré travailler avec des formes géométriques plus strictes.

„Das Heim der Wiener ’Sezession’“, in: „Ueber Land und Meer“, 1898, N. 13. (1898)Secession

Le fait que le palais de la Sécession soit financièrement viable est considéré comme un exemple du mécénat moderne. Avec l'État de Basse-Autriche, l'industriel Karl Wittgenstein a été le principal financier de sa construction. En outre, Josef Maria Olbrich et tous ses collègues ont renoncé à leurs honoraires.

Colored postcard, building of the Secession (1898)Secession

Avec son apparence radicalement nouvelle et son symbolisme mis en scène, le palais de la Sécession est immédiatement devenu la cible de critiques acerbes. On l'a qualifié de mélange entre haut fourneau et maison de verre, de maison assyrienne sans fenêtres ou encore de "tombeau du Mahdi".

Colored postcard, building of the Secession (1901)Secession

Le superbe dôme aux motifs de laurier était tout autant sujet à la critique qu'à l'admiration. Avec sa surface dorée, ses 3 000 feuilles de laurier et ses 700 baies en fer forgé, le dôme revêt un aspect presque exotique, ce qui était inhabituel à l'époque à Vienne.

Crédits : tous les supports
Il peut arriver que l'histoire présentée ait été créée par un tiers indépendant et qu'elle ne reflète pas toujours la ligne directrice des institutions, répertoriées ci-dessous, qui ont fourni le contenu.
Voir plus
Thème associé
Klimt vs. Klimt
From penniless unknown to the famous creator of The Kiss, get to know the contradictory life of Gustav Klimt
Afficher le thème
Applications Google