Feb 8, 2014

Plein feu sur les collections

Centre national du costume de scène

Cette exposition est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir quelques unes des plus belles vitrines d’expositions précédentes, prétextes à dévoiler quelques secrets sur les costumes de scène, les métiers et les coulisses du CNCS.

Cette salle présente une reconstitution des réserves du CNCS en mettant l’accent sur le travail lié à la conservation et à la présentation des costumes.
Les réserves, inaccessibles au public pour des raisons de sécurité et de préservation, sont les espaces de stockage des pièces de la collection lorsque celles-ci ne sont pas exposées.

Le petit théâtre est un espace libre et ludique pour se costumer et se photographier mais aussi pour découvrir les dessous des costumes et leur fabrication.

L’exposition inaugurale du CNCS en 2006 s’intitulait Bêtes de scène. C’était le tout premier hommage aux arts du costume de scène à travers l’un de ses rôles les plus imaginatifs : le travestissement animal.

Costume pour le rôle du rhinocéros dans "La flûte enchantée"

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Culotte en velours noir, veste en cuir noir, cravate grise, gilet de dentelle grise, manchettes gris clair, forme rembourrée, tête de rhinocéros.

Costume pour le rôle du crocodile dans "La symphonie fantastique".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Culotte en crêpe gauffré mordoré, gilet en satin bleu canard, habit en satin changeant vert à plis plats à larges revers en fausse broderies de latex patiné, engageantes en dentelle blanche, forme rembourrée, tête de crocodile.

Costume pour le rôle de l'aigle dans "La flûte enchantée".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Culotte en tulle retaillé, habit en velours bleu nuit plumé, gilet bleu marine, forme rembourrée, tête d’aigle en plumes, gants rouges avec griffes.

Costume pour le rôle du Tigre dans "La Flûte enchantée".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Collant beige, culotte, gilet, habit tigrés, forme rembourrée avec fourrure sur le devant, manchettes bordées de dentelles, tête de tigre.

Costume pour le rôle d'une grenouille dans "La flûte enchantée".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille.Académique vert, combinaison avec tête, forme rembourrée, pattes et mains de grenouilles, tête de grenouille.

Costume pour le rôle d'une chouette dans "La flûte enchantée".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Combinaison en petits volants de tulle froncés de plusieurs teintes de beige et de marron, ailes plumées fixées à la tête, tête de chouette plumée.

Costume pour le rôle d'une girafe dans "La flûte enchantée".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Académique peint de taches marron, robe peinte de taches marron, tête de girafe avec un long cou.

Costume pour le rôle d'un phacochère dans "La flûte enchantée".

Costume réalisé par Jean-Marc Stehlé dans les Ateliers de costumes de l'Opéra Bastille. Collant beige, culotte en poil ras, habit en skaï marron bordé de fourrure, gilet court en skaï, forme rembourrée pour le ventre, gants noirs, tête de phacochère.

Cette vitrine est issue de l'exposition "Christian Lacroix costumier".

Dans Les Arts Florissants (1685-1686), Gustave Charpentier célèbre la grandeur de Louis XIV par le truchement de quatre personnages allégoriques, la Musique, la Peinture, la Poésie et l’Architecture qui rivalisent d’invention pour glorifier le roi-mécène.

Christian Lacroix propose quatre robes de soirée en taffetas changeant jaune safran, rouge magenta, bleu électrique et vert émeraude aux décolletés bateau ornés d’une lisière de taffetas effrangé. Le bas des robes, les manches ou la taille sont maintenus rigides par une corde à piano, avec un effet froissé.

Robes réalisées par Christian Lacroix pour "Les Arts Florissants" et "La Descente d'Orphée aux enfers".

Robe longue avec bustier à bretelles, en jersey, lycra, acétate et voile de mousseline. Effet de draperie mouillée collant au corps, inspiré de la statuaire grecque. Tissus teints et repris avec des traces de peinture fluo rose, orange, vert, jaune. Collection Les Arts Florissants

Robe réalisée par Christian Lacroix pour "Didon et Enée".

Longue robe de style robe de soirée, en taffetas changeant jaune safran. Décolletés bateau aux corsages laissant dépasser une lisière de taffetas utilisé sur l'envers et effrangé. Bas de la robe, des manches et de la taille sont maintenus rigides par une corde à piano, avec un effet froissé.Collection Les Arts Florissants

Robe réalisée par Christian Lacroix pour "Didon et Enée".

Longue robe de style robe de soirée, en taffetas changeant bleu électrique. Décolletés bateau aux corsages laissant dépasser une lisière de taffetas utilisé sur l'envers et effrangé. Bas de la robe, des manches et de la taille sont maintenus rigides par une corde à piano, avec un effet froissé.Collection Les Arts Florissants

Cette vitrine est issue de l'exposition "Mille et une nuits".

Le décor a été réalisé à partir de la maquette de Pier Luigi Pizzi pour l’acte du Turc généreux des Indes galantes, opéra-ballet de Rameau. Théâtre du Châtelet, 1983. BnF, BMO.
Route des épices, route de la soie… Dans le répertoire des contes des Mille et une Nuits, ceux qui relatent des voyages sont très prisés, ils constituent l’évasion par excellence, le comble du merveilleux, l’antidote à la réalité.

Costumes pour "Obéron"

(De gauche à droite)- Le Prince : Manteau en faille noire, applications de cuir et de galons or, pompons gris, cabochons or et rouges au col. Ceinture blanche avec cabochons noirs et or. Pantalon bouffant en faille noire avec applications de galons or. Turban noir rayé blanc, plumes d'autruche, pointe or.- Cape en ottoman bleu marine. Tunique en velours rouge ornée de broderies jaunes. Pantalon bouffant en ottoman jaune. Guêtres en velours rouge. Turban en ottoman écru, garni de cabochons blancs et de plumes d'autruches blanches et vertes. - Caftan en ottoman blanc, galon or avec guirlande de pompons gris. Ceinture en ottoman noir, culotte en ottoman blanc galonnée or. Guêtres en ottoman blanc. Turban en ottoman noir garni de galons or et ornée de plumes d'autruches blanches.- Manteau en ottoman gris garni d'application en feutre bordeaux et de galons verts. Tunique en ottoman rouge ornée de broderies noires. Ceinture drapée en taffetas vert. Guêtres en ottoman mauve. Turban en ottoman mauve et vert.- Seigneur de Bagdad : Caftan en velours noir, brodé de motifs floraux bleus. Ceinture en ottoman orange, garnie de cabochons blancs. Pantalon bouffant en ottoman mauve. Cape en moire verte. Guêtres en soie verte. Turban en velours noir garni de cabochons blancs et de plumes d'autruches blanches.

Costumes pour "Obéron"

- Veste en velours noir et en ottoman rose galonnée or, garnie d'applications de cuir et de broderies noires. Pantalon bouffant en taffetas vert galonné noir et or. Tunique en ottoman rose garnie de cabochons blancs et brodée de motifs floraux verts et noirs. Large ceinture en taffetas vert drapée. Guêtres en lainage noir. Turban noir rayé violet plumes d'autruche. - Un oriental : caftan fendu devant en velours turquoise garni d'application de faille blanche brodées de laine et garni de cabochons blancs. Pantalon bouffant en faille violette. Guêtres en faille violette. Turban en velours côtelé turquoise et en ottoman bleu marine, garni de cabochons or et de plumes d'autruches blanches. - Caftan en ottoman bleu marine avec des applications en velours côtelé turquoise, manches garnies de cabochons blancs. Pantalon bouffant en ottoman mauve avec des ganses en velours turquoise. Guêtres en ottoman turquoise.- Caftan en ottoman rouge et bleu avec cabochons blancs. Ceinture en ottoman rayé rouge et jaune. Pantalon bouffant en ottoman rayé rouge et jaune avec application de soie verte en bas. Turban en velours noir et lamé or garni de cabochons blancs.

Cette vitrine est issue de l'exposition "Au fil des fleurs, scènes de jardin".

Créé à Versailles à la fin du XVIIe siècle par Jean-Baptiste de La Quintinie, le jardin potager de Louis XIV est destiné à la culture de fruits et légumes, espèces rares ou primeurs, afin d’alimenter les tables royales et les cornes d’abondance des fêtes de la cour.
Fruits et légumes en costumes sont cultivés sous la protection des divinités Pomone et Bacchus : citrouille, mandarine, fraise … sortent de terre, convoqués par les instruments de l’orchestre, les voix des acteurs ou les pas des danseurs.

Costume pour la Marchande des quatre saisons, porté par Catherine Renoult dans "Les Mamelles de Tirésias".

Veste courte en taffetas marron avec application de feutrine marron et de deux grappes de cerises en plastique rouge. Jupe en coton écru garni d'applications de fruits et légumes en plastique. Grosse citrouille en mousse floquée orange au dos, formant pouf.

Costume pour le rôle de Pomone dans "Orphée aux enfers"

Robe crinoline de style Second Empire. Bustier en soie orange garni de paille tressée, de faux fruits et fausses feuilles. Jupe crinoline en soie vert pâle, garnie de "coupes de fruits" en paille tressée, de faux fruits et de fausses feuilles. Dessus de jupe avec traîne au dos en soie orange pâle. Garniture de velours marron, de noeuds en ruban marron et de franges or.

Costume pour le rôle de Colombine, porté par Monique Loudières dans "Carnaval"

Robe à volants en satin blanc garni de dentelle blanche et galonné de rouge avec motif de cerises rouges et feuilles vertes peint au pochoir.

Costume pour le rôle de la pomme de terre dans "Les Savants et la Révolution"

Habit et culotte en velours de soie noir garni de pommes de terre réalisées au crochet. Chapeau en paille garni de racines blanches.

Costume pour le rôle d'une fraise porté par Marie-Françoise Géry.

Tutu court, bustier de dentelle rouge sur fond de lamé. Garniture de pierres irisées. Tutu en forme de fraise en crin ruché de tulle rouge.

Costume pour le rôle d'une Mandarine porté par Catherine Biry dans "Casse-Noisette"

Tutu mi-long. Bustier en satin orange avec application de satin orange recouvert de résille or et bordé de paillettes argent. Manches ballon bordées d'un galon de crin blanc et or. Tutu boule en forme de mandarine en tulle orange.

Cette vitrine est issue de l'exposition "Opéra Russe, à l'aube des Ballets Russes".

Opéras russes, à l’aube des Ballets Russes était une invi¬tation à découvrir les costumes de spectacles russes pro¬duits à l’Opéra de Paris et à l’Opéra Comique au début du XXe siècle.
L’histoire de ces costumes est inséparable de celle du réemploi au théâtre et à l’opéra.
Conçus et utilisés pour un spectacle, les costumes sont net¬toyés et rangés à la fin des représentations en attente de fu¬tures reprises, qui peuvent parfois s’échelonner sur vingt ou trente années. À chaque nouvelle programmation et changement de distribution, les costumes sont repris par les ateliers pour être ajustés aux mesures de celui qui le portera sur scène. Lorsque le costume est trop usé, il est entièrement refait.

Costume pour le rôle de Voïvode dans "Tarass Boulba"

Manteau en velours bleu vif, avec applications de motifs floraux en toile or, cernés par une broderie formant un galon en relief. Boutons fleurs en métal. Galon or sur le devant et au bas. Faux brandebourgs en galon or.

Costume pour le rôle de Boris dans "Boris Godounov"

Veste en broché bleu et argent bordée d'un gros galon argent torsadé. Petit col rabattu. Trois faux brandebourgs en galon argent sur le devant.

Costume pour le rôle de Marina dans "Boris Godounov"

Grande robe en satin blanc à doubles manches, ornée d'un grand décor floral en galon or. Cabochons en perle au corsage et aux manches. Galon or en bas et sur le devant de la jupe, faux boutons en passementerie de deux tons d'or. Grand col en tarlatane blanche. Le décor de cette robe reprend exactement le motif d'une gravure publiée dans le programme de "Boris Godounov" en 1908.

Costume pour le rôle d'une polonaise dans "Boris Godounov"

Robe longue en soie bleue brochée de motifs floraux, guimpe en mousseline crème, grandes manches en soie blanche aux poignets soulignés de fourrure marron. Jupe ouverte sur une sous jupe en soie blanche à motifs floraux marron et blancs rebrodés de soie orange et noire, bordée dans le bas de fourrure marron.

Costumes pour les nobles polonais dans "Boris Godounov"

Robe mi longue en lainage blanc. Manches longues en taffetas blanc, avec applications de velours noir découpé en motif de corolles. Manteau en bandes longitudinales de satin blanc et de velours noir, galonnées or et ornées de pastilles or, grand col rabattu en velours noir, manches longues fendues. Torsades de fils en coton blanc et métal or formant brandebourgs.

Costumes pour les nobles polonais dans "Boris Godounov"

Redingote mi-longue en crêpe de laine rouge framboise galonné or, large galon or et boutons boules ouvragés en métal doré formant brandebourgs d'un seul côté, petit col rabattu blanc. Manteau en lainage noir quadrillé de galon or avec broderies en motifs carrés au fil vert. Grand col rabattu en lainage blanc galonné or. Fourrure noire aux bas des manches. Galon or tressé, orné de cabochons or formant brandebourgs.

Cette vitrine est issue de l'exposition "Vestiaire de Divas".

Archétype de la Diva, la divine… la chanteuse la plus connue au monde…
Depuis les débuts de sa carrière jusqu’à ses dernières apparitions sur scène, Maria Callas a déchaîné les passions du public, des artistes, des metteurs en scène et des chefs d’orchestre qui ont travaillé avec elle. Sa métamorphose physique, rapide et radicale, transformant sa silhouette en celle d’un mannequin, a modifié ses apparitions sur scène, modelées par Luchino Visconti, Franco Zeffirelli ou Pier Paolo Pasolini et costumées par Lila de Nobili, Piero Tosi ou Marcel Escoffier.
L’image de Maria Callas a été popularisée dans le monde entier par les magazines illustrés. A la scène, sa transformation corporelle lui permit de rendre plus crédible l’interprétation de ses personnages en l’aidant à utiliser son corps de façon plus expressive, son port de tête, ses longs bras, ses mains fines... Son souci de vérité scénique trouve son mentor en la personne de Visconti qui parfait son jeu d’actrice. Ensemble, ils travaillent, entre 1954 et 1957, à cinq opéras majeurs.

Costumes portés par Maria Callas pour le rôle de Norma

(De gauche à droite)- Robe longue en jersey de soie drapé à largeencolure. Jupe longue en mousseline, ceinture tressée de galons argent. Longue cape en velours bleu ardoise, galons argent.- Robe longue en jersey de laine violet drapé à large encolure, taille ajustée.- Longue cape en velours rouge bordé de galons or et d'une frange en chenille rouge.- Robe longue en organza et mousseline saumon et orange drapée à large décolleté galonné argent. Pans drapés dans le dos formant cape. Jupe drapée, avec un panne au plus court devant galonné argent. Ceinture en organza saumon, galon or et argent.

Costume porté par Maria Callas pour le rôle de Floria Tosca

Robe longue de style Empire à manches ballons en mousseline rose orange. Taille haute soulignée d’un ruban.

Costumes portés par Maria Callas pour le rôle de Violetta dans "La Traviata"

Costumes de style XIXe siècle. Robe crinoline en sergé de coton bleu foncé,plissée à la taille. Veste corsage en velours bleu foncé orné de galons noirs, dentelle blanche au col et aux poignets.Jupe à crinoline en shantung de soie gris clair. Veste de type « visite » en velours, brandebourgs avec festons en relief.

Cette vitrine est issue de l'exposition "l'art du costume à la Comédie-Française".

Mounet-Sully (1841-1916), tragédien français, débuta sa carrière à la Comédie-Française en 1872 dans le rôle d’Oreste. Grâce à ses qualités physiques et vocales (stature imposante, gestes harmonieux) il marqua son époque. Jean Cocteau le qualifia de « monstre sacré » au même titre que Sarah Bernhardt. Il a toujours porté un vif intérêt au choix de ses costumes et à celui de ses partenaires. Il intervient auprès du costumier, est très exigeant lors des répétitions demandant aux comédiens de jouer avec les costumes de scène dès les premières répétitions. Peintre, dessinateur, sculpteur dans sa jeunesse, il s’est toujours intéressé à l’art et en particulier à la recherche des modèles authentiques.

L’envers du décor présenté en 2012 levait le voile sur un aspect encore méconnu des collections du CNCS : la scénographie. Cette exposition permettait de découvrir ma¬quettes de décors, éléments de machinerie et trucages de scène au XIXe siècle.
Le musée a ouvert en juillet 2006 avec l’appellation complète de Centre national du costume de scène et de la scénographie.
Aujourd’hui, la collection est constituée de différents types d’éléments :
• une quarantaine de toiles peintes créées pour l’Opéra de Paris et l’Opéra Comique au milieu du XXe siècle, réalisées dans leurs ateliers. Certaines d’entre elles sont l’œuvre de grands artistes : André Derain pour Salade, en 1935 ; Jean Cocteau pour la reprise en 1962 de l’opéra de Debussy Pelléas et Melisande ; Erté, créateur du rideau de scène pour Les Mamelles de Tirésias, opéra-comique de Poulenc en 1947.

La grande salle de l’exposition Rudolf Noureev (2009) est présentée ici en écho à la Collection Noureev, nouvel espace permanent ouvert en octobre 2013.
L’espace permanent dédié à la Collection Noureev est situé au rez-de-chaussée du CNCS. La scénographie de cet espace imaginée par le décorateur Ezio Frigerio commémore à la fois la carrière exceptionnelle de ce grand danseur du XXe siècle, son travail de chorégraphe, son cadre de vie, son goût pour les décors et les intérieurs opulents, sa passion de collectionneur (objets, mobilier et textiles) et son amour pour la musique.

Credits: All media
The story featured may in some cases have been created by an independent third party and may not always represent the views of the institutions, listed below, who have supplied the content.
Translate with Google
Home
Explore
Nearby
Profile